En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 35 min 5 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 3 heures 43 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 13 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 22 heures 13 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 23 heures 34 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 32 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 12 heures 39 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 13 heures 54 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 23 heures 2 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 1 jour 2 min
© AFP
© AFP
Contre-attaque

François Fillon : "Rien ne pourra me faire changer d'avis, je suis candidat à l'élection présidentielle"

Publié le 06 février 2017
"Le but de cette opération, c'est d'effacer le choix des électeurs de la primaire qui se sont affranchis du système", a déclaré l'ancien Premier ministre face aux journalistes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Le but de cette opération, c'est d'effacer le choix des électeurs de la primaire qui se sont affranchis du système", a déclaré l'ancien Premier ministre face aux journalistes.

 

Enlisé depuis le 25 janvier dans l'affaire des soupçons d'emplois présumés fictifs qui pèsent sur son épouse Penelope, François Fillon a tenu ce lundi une conférence de presse à son QG de campagne, à Paris. "Je vais publier sur Internet dans la soirée un tableau des rémunérations perçues par mon épouse, ainsi que ma déclaration telle que je l'ai transmise" à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique "en décembre", a-t-il notamment indiqué.

>>>> À lire aussi : Pourquoi la droite Fillon d'avant le "Penelopegate" dérange

Mise à jour 21h58 : François Fillon crédité de 18,5% d'intentions de vote

Selon les résultats d'un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, iTELE et Sud-Radio, l'ancien Premier ministre est crédité de 18,5% d'intentions de vote au premier tour, derrière Emmanuel Macron (20,5%), et Marine Le Pen (25,5%).

"Tout le monde est clairement derrière Fillon", assure Thierry Solère 

"Le rassemblement a eu lieu. Tout le monde est aujourd'hui bien clairement derrière François Fillon", a assuré Thierry Solère (LR) à la presse. "Les grandes personnalités de la droite et du centre droit français, de Jean-Christophe Lagarde à Brice Hortefeux, du président du Sénat (Gérard Larcher) à François Baroin, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand, seront au quotidien associés à la campagne, présents sur le terrain, présents sur les médias", a-t-il ajouté

Comme il l'avait indiqué aux journalistes, François Fillon a publié lundi soir sa déclaration de patrimoine sur son site de campagne. Ce document précise la rémunération totale de sa femme Penelope comme collaboratrice parlementaire.

Florian Philippot dénonce les "mensonges" de François Fillon

Au micro d'Europe 1, le vice-président du Front national, Florian Philippot, a souhaité le "retrait" de François Fillon, et dit ne pas l'avoir trouvé convaincant : "Il a rompu le lien de confiance avec les Français et ce lien aura du mal à se retisser". 

Georges Fenech espère ne pas avoir "la gueule de bois" au soir du premier tour de la présidentielle

Le député sarkozyste du Rhône, Georges Fenech, qui avait envisagé la semaine dernière de lancer un appel au "sursaut" aux parlementaires LR, a espéré ce lundi ne pas avoir "la gueule de bois" au soir du premier tour de la présidentielle.

Selon Benoît Hamon, François Fillon "persiste dans le déni"

"Ça montre finalement que François Fillon ne comprend pas bien qu’il y a une forme d’impunité (...) qui apparaît comme anormale pour les Français", a déclaré le député des Yvelines.

16h55 : fin de la conférence de presse

"Rien ne pourra me faire changer d'avis, je suis candidat à l'élection présidentielle. Et je suis candidat pour la gagner." 

"Je suis honnête. Et c'est la raison pour laquelle cette accusation m'est tombée dessus comme un coup de tonnerre", assure François Fillon.

"Je présente mes excuses aux Français"

"En travaillant avec ma femme et mes enfants, j'ai privilégié cette collaboration de confiance qui aujourd'hui suscite la défiance. C'était une erreur. Je le regrette profondément : je présente mes excuses aux Français (…) Le but de cette opération, c'est d'effacer le choix des électeurs de la primaire qui se sont affranchis du système", poursuit François Fillon. 

François Fillon : "Tous les faits évoqués sont légaux et transparents"

"Je ne peux pas accepter les accusations infondées qui me prennent pour cible après 32 ans de vie politique, 32 ans sans aucun problème judiciaire, 32 ans d'éthique irréprochable (…) C'est le candidat la présidentielle de la droite et du centre qui est visé aujourd'hui (...) Tous les faits évoqués sont légaux et transparents (…) Pendant toutes ces années, mon épouse a pris en charge ces taches simples mais nécessaires. C'est elle qui a géré le courriers qu'on m'a adressé, qui a tenu mon agenda. C'est elle qui a travaillé sur mes interventions dans la Sarthe. "Le salaire [de mon épouse] était parfaitement justifié parce que son travail était indispensable à mes activités d'élu", assure François Fillon.

Plus tôt dans la journée, Alain Juppé a définitivement coupé court aux rumeurs sur son éventuel retour comme candidat des Républicains en cas d'abandon de François Fillon. Le maire de Bordeaux a confié avoir "un peu de mal à comprendre d'où viennent ces rumeurs". 

"J'ai dit quelle était ma position : clairement et définitivement, c'est non. Et vous me connaissez, non c'est non !", a-t-il ajouté.

Vu sur : Vu sur BFMTV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 07/02/2017 - 09:46
@horus 35
Quel est donc votre politicien(ne) qui correspond à votre choix en sachant que nul ne peut être blanc blanc en politique ??? (et souvent dans la vie en général) ;Je ne pense surtout pas que les politiciens soient tous pourris en général de quelques bords ils soient ; certains sont véreux et sans conviction , prêts à tous pour le pouvoir ,d'autres ont de vrais convictions et un projet pour leurs pays tous a des degrés divers aiment l'argent comme souvent tout un chacun mais sans en faire une valeur essentielle .Bonne journée
horus35
- 06/02/2017 - 22:44
@von straffenberg
Ni avec lui,ni avec vous ! Les supporters de la canaillerie politique on tendance à me faire vomir ! Quant à envoyer des gens à l'échafaud c'est avec grand plaisir que je le ferais avec toutes ces canailles qui pourrissent notre pays !
Wortstein
- 06/02/2017 - 21:32
Bon le Fillon.
Il a perdu pas loin de 3-4 kilos depuis le début de l'affaire. Assez punchy et surtout revanchard. Je plains ceux qui ont monté ce dossier creux. Ceux qui ici voit dans les gains de sa société de conseils, matière à polémique, je les plains. Le dossier est vide. Il est parfaitement légitime qu'un homme ayant exercé les plus hautes fonctions, propose ses services dans le privé. On ne vois pas bien le problème même avec de très hypothétiques commanditaires russes ou extra terrestres. A moins d'être mondophobe. Je l'ai trouvé ému, la voix chevrotante à certains moments intenses. Ça ne veut pas dire qu'il est tout blanc mais ceux qui le croyaient mort, vont s'en mordre les doigts. Il lui reste 3 mois pour remonter la pente, ce qu'il a déjà prouvé être capable de faire. Vu le dossier Wikileaks sur Macron qui va sortir, les projos vont tout doucement changer de présumé criminel.