En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 30 min 33 sec
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 1 heure 40 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 2 heures 35 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 24 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 11 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 1 heure 34 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 9 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 2 heures 35 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 18 heures 53 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 22 heures 29 min
© AFP
© AFP
Dernière chance ?

Meeting du sursaut pour François Fillon :"J'ai le cuir solide mais qu’on laisse ma femme en dehors de ce débat politique"

Publié le 30 janvier 2017
Le candidat des Républicains organisait un grand meeting à la Villette (Paris) pour tenter de reprendre la main sur une campagne entachée par le PenelopeGate.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le candidat des Républicains organisait un grand meeting à la Villette (Paris) pour tenter de reprendre la main sur une campagne entachée par le PenelopeGate.

Il fallait bien un tel meeting pour tenter de reprendre un nouveau souffle. Entouré de toute la droite, François Fillon organisait donc un "grand rassemblement" Porte de la Villette à Paris. A l'origine, ce devait être un évènement pour tuer dans l'œuf la primaire socialiste, dont le scrutin est organisé le même jour.

A LIRE AUSSI - Ces reproches à l’égard de François Fillon que la droite pense tout bas mais qui pourraient bientôt émerger en pleine campagne

Une sorte de 'Bourget" pour lui, un meeting fondateur pour relancer une campagne hésitante depuis plusieurs semaines. Mais les révélations du Canard enchaîné sont passées par là et voici le député contraint à rassurer son parti et des électeurs déçus par le PenelopeGate.

Bonne chance à @Fillon pour demain à #LaVillette Pas le choix. Le discours d'une vie, de sa vie est espéré. Talent et surtout sincérité!

— Philippe Bilger (@BilgerPhilippe) 28 janvier 2017

A la tribune, le candidat de la droite, très ému et chaudement applaudi, a donc tenté, pendant une heure, de reprendre la main en réaffirmant ses intentions présidentielles et sa motivation pour remporter la mise en mai prochain. Le tout sous les yeux de Penelope Fillon, évidemment.

"Depuis le début, Penelope est à mes côtés (…) nous n’avons rien à cacher, nous n’avons qu’un seul compte au crédit agricole ( …)  à travers Penelope, on cherche à me casser. Moi, je en crains rien, si on veut m’attaquer qu’on le fasse en face mais qu’on laisse ma femme en dehors de ce débat politique" a-t-il lancé, les larmes aux yeux. "Je veux dire à Penelope que je l’aime et que je ne pardonnerai jamais." 

Concentré sur sa campagne, il s'est aussi évertué à polir son image de libéral, sous la pression de ses proches, notamment en annonçant des mesures pour les plus modestes. "Je baisserai massivement les charges qui pèsent sur le coût du travail et sur la feuille de paye des Français : le gain sera d’au moins 250 euros par an et de 500 euros pour les couples qui travaillent" a-t-il souligné. Il est aussi revenu sur son intention de supprimer pas moins de 500 000 postes de fonctionnaires, durant son futur quinquennat. "C’est raisonnable, c’est du bon sens" affirme-t-il. " Mon but, ce n’est pas de réduire les postes pour le plaisir (…) je suis l’ennemi de la bureaucratie pas l’ennemi des fonctionnaires."

Le candidat à la présidentielle n'a pas oublié les thématiques identitaires : "La France unie n'est pas une addition de communautés. Nous avons une identité, nous avons des coutumes, nous avons une culture, nous avons un drapeau. Le repli communautariste est un danger (…) je serais le défenseur intransigeant de la liberté d’expression même quand il s‘agit d’exprimer leur attachement à leur culture, à leur origine, à leur nation, à la France", tout en se défendant des critiques de ses adversaires sur son traditionnalisme : "On me décrit comme le représentant d’une France traditionnelle mais celui qui n’a pas de racines marche dans le vide (…) je ne renie rien de ce qu’on m'a transmis (…) pas plus ma foi personnelle que mes engagements politiques (…) je sais aussi que nous aurons besoin de tout le monde (…) n’opposons pas les riches aux pauvres, les patrons et les ouvriers, les croyants et les agnostiques. »

Et l'immigration : "L’immigration, sans intégration doit être stoppée. En France, les étrangers ont des devoirs, avant de réclamer des droits. C’est une question d’unité nationale." 

Cela suffira-t-il à sauver la candidature du député de Paris ? Il bénéficie évidemment de la présomption d'innocence et l'enquête préliminaire ne sera pas forcément conclue avant le 7 mai. D'ici là, François Fillon devra retrouver sa cote de popularité et rassurer ceux qui ont été plongés dans le doute.

A LIRE AUSSI - PenelopeGate : l'éthique en toc de François Fillon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Orchidee31
- 30/01/2017 - 21:57
Arcole34
Merci du fond du coeur pour votre commentaire - c'est exactement ce que j'aurais pu ecrire -
l'enclume
- 30/01/2017 - 17:32
Tu l'as dit bouffi
Et cela, ce n'est pas le pognon des contribuables ????
decryptage/bercy-quand-macron-depensait-120-000-euros-en-8-mois-pour-repas-en-bonne-compagnie-2947833.html/page/0/1
l'enclume
- 30/01/2017 - 17:32
Tu l'as dit bouffi
Et cela, ce n'est pas le pognon des contribuables ????
decryptage/bercy-quand-macron-depensait-120-000-euros-en-8-mois-pour-repas-en-bonne-compagnie-2947833.html/page/0/1