En direct
Best of
Best Of
En direct
© AFP
Réactions de la matinée
Primaire de la gauche : le rassemblement oui, mais quel rassemblement ?
Publié le 16 janvier 2017
Les candidats à la primaire de la gauche se sont positionnés par rapport à Emmanuel Macron, dans l’optique du rassemblement de la gauche après la primaire.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les candidats à la primaire de la gauche se sont positionnés par rapport à Emmanuel Macron, dans l’optique du rassemblement de la gauche après la primaire.

Manuel Valls était l’invité d’Europe 1. Au lendemain du deuxième primaire de la gauche, il s’est rallié à la proposition faite par Benoît Hamon de comptabiliser le vote blanc. Il estime qu’il faut le « prendre totalement en compte, avec le risque qu’au deuxième tour, celui qui est élu n’ait pas la majorité des suffrages ». Ce risque vaut selon lui la peine d’être pris : « je préfère que les gens aillent voter plutôt qu’ils s’abstiennent ». En revanche, Manuel Valls ne revient pas sur sa proposition de supprimer le 49.3, qui avait l’objet de controverses quand il était Premier ministre : « j’ai dû engager la responsabilité du gouvernement sur deux textes seulement. Je l’ai fait parce qu’une partie du groupe socialiste s’est engagé à voter contre. En même temps, j’ai réfléchi à l’évolution de nos institutions, surtout s’il y a moins de députés. Je ne propose pas la suppression pour le budget par exemple. » Autre point qu’il a soulevé : Manuel Valls s’est engagé à « poursuivre la baisse des impôts sur le revenu pour les classes moyennes et les couches populaires ».  Enfin, Manuel Valls a déclaré que s’il gagnait la primaire, il dialoguera avec Emmanuel Macron pour « créer les conditions du rassemblement ». 

[video:https://www.youtube.com/watch?v=XDzJYg_vy3M]

 

Benoît Hamon était l’invité de BFMTV et RMC et répondait aux questions de Jean-Jacques Bourdin. L’ancien ministre, lui aussi candidat à la primaire de la gauche. Il a lui aussi insister sur la nécessité de rassembler la gauche. Il a évoqué Jean-Luc Mélenchon en mettant l'accent sur le fait qu’il ne faut pas « donner l’impression que l’essentiel qui se jouerait, ce serait de battre l’autre gauche (…) Pour Jean-Luc Mélenchon, battre les socialistes et Yannick Jadot [candidat des écologistes], c’est un mauvais combat ». Quant à Emmanuel Macron, Benoît Hamon parle également de la nécessité de rassembler, à condition qu’il se dise clairement de gauche, et pas de « ni droite ni gauche ». Pour l’ancien ministre, Emmanuel macron n’est pas de gauche « quand il remet en cause les 35 heures, quand il remet en cause l’impôt sur la fortune ». Il a cependant convenu qu’Emmanuel Macron avait un charisme capable d’entraîner les foules.

[video:https://youtu.be/B_jS1PCh_Qo]

 

Arnaud Montebourg était l’invité de France Inter. Il a jugé au micro de Patrick Cohen qu’il avait montré lors du deuxième débat de la primaire de la gauche, qu’il se démarquait des autres candidats par son discours « très volontariste » pour une relance économique et écologique. Il s’est opposé à la « vision d’une société de la résignation ». Il est revenu également sur son altercation avec Laurence Ferrari lors du débat, en généralisant son propos : « les quelques personnes très riches qui achètent des médias, les concentrent et finalement unifient la pensée dominante, le miroir dans lequel la France peut se regarder, complètement univoque : ce qu’on appelle la pensée unique ». De manière globale, Arnaud Montebourg s’est présenté comme le candidat qui s’oppose aux puissants : « Je défends le fait de m’attaquer au ‘mur des puissants’ : les banques, la concentration des médias privés, les paradis fiscaux ». Sur Emmanuel Macron, il a estimé que le fondateur d’En marche n’était pas assez clair :  « je n’arrive pas à savoir qui est Emmanuel Macron puisque nous n’avons toujours pas d’éléments, il rend hommage à Philippe de Villiers au Puy du Fou, à Valéry Giscard d’Estaing à Chanonat et à Mitterrand à Nevers : essayer de comprendre quelque chose. Moi j’ai besoin de propositions claires. Il veut faire la révolution, je n’ai toujours pas compris laquelle ». 

[video:https://www.youtube.com/watch?v=HnAUeu0LUnI]

 

Vincent Peillon était également l’invité de France Inter. Il a confirmé son désaccord avec l’ancien Premier ministre Manuel Valls sur la question de la crise des réfugiés, déjà exprimé lors du deuxième débat de la primaire de la gauche. « L’Europe, dit-il, a fait trop tard et trop peu ». Il est favorable à un « corridor humanitaire » et pas à « ces spots qui continuent de mettre les réfugiés dans des situations difficiles ». Comme ses homologues candidats à la primaire, il a insisté sur la nécessité du rassemblement des forces de gauche : « Depuis 1936, jamais la gauche ne gouverne quand elle commence par faire des excommunications. Et je le dis aussi pour Mélenchon : à un moment (…)  il faudra qu’il cesse de dire au parti auquel il appartenu près de 20 ans qu’ils sont historiquement inutiles. Dans l’Histoire, les socialistes n’ont pas été totalement inutiles ». 

[video:https://www.youtube.com/watch?v=1Nz23h8CA5U]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 16/01/2017 - 16:53
" la belle alliance"
Il fallait être socialiste pour trouver un tel intitulé de 7 candidats qui se détestent tous plus les uns que les autres.
jpd
- 16/01/2017 - 13:01
Le vainqueur de la primaire de gauche est :
EMMANUEL MACRON, puisque celui qui arrivera en tête du second tour des primaires ira discuter du rassemblement avec le dissident et comme il a l'avantage de l'opinion...