En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© AFP
Mea culpa

François Fillon admet ne pas avoir "été bon" sur la Sécurité sociale

Publié le 11 janvier 2017
"On n’a pas été clairs dans nos propositions. Ce que nous avions écrit a été mal compris, je l’ai retiré" a indiqué le candidat de la droite sur RMC.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"On n’a pas été clairs dans nos propositions. Ce que nous avions écrit a été mal compris, je l’ai retiré" a indiqué le candidat de la droite sur RMC.

Ni bon, ni clair. Ce mercredi matin à l'antenne de RMC, François Fillon a fait son mea culpa concernant ses propositions sur la Sécurité sociale. "On n’a pas été bons, on n’a pas été clairs dans nos propositions. Ce que nous avions écrit a été mal compris, je l’ai retiré, j’ai lancé un débat avec l’ensemble des responsables de la santé, les médecins"  a affirmé le candidat de la droite. "Je referai des propositions avant la fin du mois de janvier ou début février. Ce que je veux c’est qu’il y ait une meilleure répartition entre les mutuelles et la Sécurité sociale et que les mutuelles soient plus contrôlées". 

L'ancien Premier ministre souhaite la création "d'une agence de régulation sur les mutuelles", car "il va bien falloir réorganiser notre système de protection sociale et de santé". "Ce matin toutes les radios nous expliquent que le système est en train de sauter, parce qu’il n’y a plus assez de place dans les services d’urgence, de médecins sur le terrain…", juge-t-il. "Une simple épidémie de grippe est en train de paralyser le système. Ce qui montre que quand Mme Touraine explique que tout va bien, que tout est formidable, que c’est le programme de François Fillon qui menace la Sécurité sociale, ça n’a juste aucun sens".

François Fillon est également revenu sur un des points les plus polémiques de son programme, la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires. Un objectif qu'il assume pleinement. "Ce n'est pas pour le plaisir de supprimer 500.000 postes. C'est parce que nous avons un niveau de dépenses publiques qui est insupportable" poursuit-il.

Interrogé sur le soutien gênant de Bachar el-Assad à son encontre, l'ex-chef du gouvernement a nié toute proximité avec le président syrien. "C'est est un dictateur et un manipulateur. Je ne souhaite pas le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir. C'est un dictateur avec un passé sanglant, comme d'ailleurs son père. Je dis simplement depuis quatre ans, et les faits me donnent raison, que Bachar el-Assad a le soutien d'une partie de son peuple".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Une vegan attaque en justice ses voisins amateurs de viande, 2000 personnes veulent organiser un barbecue chez elle

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
borissm
- 12/01/2017 - 11:11
Mais si vous avez été bon, M. Fillon !
Et continuez comme cela sans en changer un iota. C'est ce qui vous fera élire, pas des compromission, des reculades et des arrangements "raisonnables" -- ça, on en a plein des tiroirs.
Par ailleurs, chère @Isableue, le travail n'est pas une "peine" ou une "charge", comme le pense Hamon qui n'a jamais travaillé et qui ne parle que par on-dits, mais c'est la fierté de l'homme.
jurgio
- 12/01/2017 - 10:33
La Sécurité sociale doit absolument être réformée
et on ne pourra le faire que si on n'y touche pas. Un postulat que les politiques n'arrivent pas à comprendre. Fillon a tenté les paroles, dont on sait qu'elles ne seront pas suivies d'actes, c'est bien mais mais rien n'y fait. Couvrez-vous et laissez passer s'il vous plaît, le saint-sacrement.
JG
- 11/01/2017 - 23:26
à cet acharnement...
Je critique l'orthographe des journalistes... mais si je fais une faute de syntaxe dans le titre...ça la fout mal !!!