En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© AFP
Mea culpa
François Fillon admet ne pas avoir "été bon" sur la Sécurité sociale
Publié le 11 janvier 2017
"On n’a pas été clairs dans nos propositions. Ce que nous avions écrit a été mal compris, je l’ai retiré" a indiqué le candidat de la droite sur RMC.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"On n’a pas été clairs dans nos propositions. Ce que nous avions écrit a été mal compris, je l’ai retiré" a indiqué le candidat de la droite sur RMC.

Ni bon, ni clair. Ce mercredi matin à l'antenne de RMC, François Fillon a fait son mea culpa concernant ses propositions sur la Sécurité sociale. "On n’a pas été bons, on n’a pas été clairs dans nos propositions. Ce que nous avions écrit a été mal compris, je l’ai retiré, j’ai lancé un débat avec l’ensemble des responsables de la santé, les médecins"  a affirmé le candidat de la droite. "Je referai des propositions avant la fin du mois de janvier ou début février. Ce que je veux c’est qu’il y ait une meilleure répartition entre les mutuelles et la Sécurité sociale et que les mutuelles soient plus contrôlées". 

L'ancien Premier ministre souhaite la création "d'une agence de régulation sur les mutuelles", car "il va bien falloir réorganiser notre système de protection sociale et de santé". "Ce matin toutes les radios nous expliquent que le système est en train de sauter, parce qu’il n’y a plus assez de place dans les services d’urgence, de médecins sur le terrain…", juge-t-il. "Une simple épidémie de grippe est en train de paralyser le système. Ce qui montre que quand Mme Touraine explique que tout va bien, que tout est formidable, que c’est le programme de François Fillon qui menace la Sécurité sociale, ça n’a juste aucun sens".

François Fillon est également revenu sur un des points les plus polémiques de son programme, la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires. Un objectif qu'il assume pleinement. "Ce n'est pas pour le plaisir de supprimer 500.000 postes. C'est parce que nous avons un niveau de dépenses publiques qui est insupportable" poursuit-il.

Interrogé sur le soutien gênant de Bachar el-Assad à son encontre, l'ex-chef du gouvernement a nié toute proximité avec le président syrien. "C'est est un dictateur et un manipulateur. Je ne souhaite pas le maintien de Bachar el-Assad au pouvoir. C'est un dictateur avec un passé sanglant, comme d'ailleurs son père. Je dis simplement depuis quatre ans, et les faits me donnent raison, que Bachar el-Assad a le soutien d'une partie de son peuple".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
borissm
- 12/01/2017 - 11:11
Mais si vous avez été bon, M. Fillon !
Et continuez comme cela sans en changer un iota. C'est ce qui vous fera élire, pas des compromission, des reculades et des arrangements "raisonnables" -- ça, on en a plein des tiroirs.
Par ailleurs, chère @Isableue, le travail n'est pas une "peine" ou une "charge", comme le pense Hamon qui n'a jamais travaillé et qui ne parle que par on-dits, mais c'est la fierté de l'homme.
jurgio
- 12/01/2017 - 10:33
La Sécurité sociale doit absolument être réformée
et on ne pourra le faire que si on n'y touche pas. Un postulat que les politiques n'arrivent pas à comprendre. Fillon a tenté les paroles, dont on sait qu'elles ne seront pas suivies d'actes, c'est bien mais mais rien n'y fait. Couvrez-vous et laissez passer s'il vous plaît, le saint-sacrement.
JG
- 11/01/2017 - 23:26
à cet acharnement...
Je critique l'orthographe des journalistes... mais si je fais une faute de syntaxe dans le titre...ça la fout mal !!!