En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Thomas SAMSON / POOL / AFP
Francois Fillon gagnant de la primaire Atlantico.fr
Comptes de campagne

Primaire de la droite et du centre : François Fillon a dépensé deux fois plus en meetings que Nicolas Sarkozy

Publié le 21 décembre 2016
Le vainqueur de la primaire a dépensé 1.481.796 euros dont 1.022.760 pour les seules réunions publiques, qui ont été très nombreuses pendant sa campagne.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le vainqueur de la primaire a dépensé 1.481.796 euros dont 1.022.760 pour les seules réunions publiques, qui ont été très nombreuses pendant sa campagne.

Selon la Haute Autorité pour la primaire de la droite, qui a publié mercredi 21 décembre les comptes de campagne des sept candidats, François Fillon a dépensé deux fois plus en réunions publiques que Nicolas Sarkozy. Le vainqueur de la primaire a dépensé 1.481.796 euros, et se situe ainsi juste en-dessous du plafond fixé à 1,5 millions d'euros pour la durée officielle de la campagne, du 21 septembre à la fin du mois de novembre. 

Les sept candidats se sont financés par un système de dons à leur micro-parti. François Fillon, qui a remporté l'élection, a dépensé 1.481.796 euros dont 1.022.760 pour les seules réunions publiques, qui ont été très nombreuses pendant sa campagne. C'est le candidat qui a le plus dépensé dans ce domaine. 

Arrivé en seconde position, Alain Juppé a dépensé au total un peu plus que François Fillon, approchant également le plafond, avec 1.488.112 euros dont 765.130,63 au titre des réunions publiques et plus de 244.000 euros en propagande téléphonique, contre 13.000 euros pour Fillon. Nicolas Sarkozy a dépensé un peu moins, avec un montant total de 1.301.528 euros dont 449.229 euros pour des réunions publiques. 

>>>> À lire aussi : Mission (très) possible: comment François Fillon pourrait rassurer la majorité de Français que son programme inquiète

Vu sur : Lu sur Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 21/12/2016 - 21:22
Il en fallait de l'argent pour dégommer Sarkozy !
Ils y ont réussi ! eh bien qu'ils savourent leurs victoires qui risque de s'arrêter au 1er tour de la présidentielle ! La France a toujours privilégié les minus : De Gaulle, ahi par la gauche, l'extrême droite, etc a du partir car il était trop haut pour les français !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 21/12/2016 - 17:13
Faut dire....
...que Sarko avait déjà une sacré avance.......Bygmalionnesque'''