En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Dernière ligne droite

Primaire de la droite et du centre : François Fillon et Alain Juppé ont donné leurs derniers meetings de campagne

Publié le 25 novembre 2016
À deux jours du second tour de la primaire, François Fillon a donné un meeting à la Porte de Versailles, à Paris, et Alain Juppé a pris la parole à Nancy.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À deux jours du second tour de la primaire, François Fillon a donné un meeting à la Porte de Versailles, à Paris, et Alain Juppé a pris la parole à Nancy.
  • Alain Juppé et François Fillon ont répondu aux questions des journalistes pendant presque deux heures. Un large panel de sujets a été abordé allant de l'emploi, de la TVA et du terrorisme en passant par la santé et la politique étrangère.
  • Thierry Solère, organisateur de la primaire, a salué "une formidable manifestation populaire". Aujourd'hui, les deux candidats sont repartis en campagne.
  • Selon un sondage Harris Interactive en exclusivité pour Atlantico, 67% de ceux qui sont sûrs de voter dimanche souhaitent la victoire de François Fillon ; selon un sondage Elabe diffusé par BFM-TV, François Fillon a été jugé plus convaincant que son rival Alain Juppé par 57% des Français.
  • Le débat n'a pas entrainé de dérapages particuliers, comme redouté par certains.

 

>>>> À LIRE AUSSI : Débat décisif : ex æquo sur la forme, Fillon vainqueur sur le terrain des valeurs de droite

20h55 : FIN DE CE DIRECT

20h55 : le discours d'Alain Juppé est terminé 

20h50 : Alain Juppé : "J'ai la conviction que je peux vous conduire à la victoire en mai 2017"

20h45 : Alain Juppé : "Cette campagne m’a apporté tant de moments chaleureux. Je ne me suis jamais fait engueuler dans aucun village, village ou rue (…) La réalité de la France, c'est sa diversité. C'est une richesse et une force".

20h38 : Alain Juppé : "Si je veux zéro charges sur le SMIC, c’est pour permettre aux jeunes d’être recrutés et débloquer l’embauche dans les entreprises ! (…) "Il n'y a pas de libéralisme sans justice, c'est ce que j'appelle mon libéralisme humaniste".

20h33 : Alain Juppé : "Il faudra parler avec monsieur Poutine mais j'ai été un peu surpris d'entendre monsieur Poutine donner sa préférence. Je ne sais pas s'il va venir voter dimanche", s'interroge avec irone l'ancien Premier ministre. 

20h29 : Alain Juppé rappelle son opposition à l'entrée de la Turquie dans l'UE

"Stop à de nouveaux élargissements ! La Turquie n’a évidemment pas sa place comme Etat membre de l’Union Européenne (…) La politique étrangère que je conçois, c'est une France libre. Inféodée à personne (…) La France n'est inféodée à personne. C'est la grande leçon du Général De Gaulle", estime Alain Juppé.

20h22 : Alain Juppé évoque la santé

"Mon objectif c'est pas de se passer du modèle social français mais c'est le consolider (…) La santé est ce que nous avons de plus précieux. Notre système de santé doit être consolidé (…) Je ne limiterai pas le remboursement de l'assurance maladie aux maladies rares et de longue durée", affirme le maire de Bordeaux. 

20h19 : Alain Juppé : "Ce qui menace notre modèle social, c’est le chômage de masse que la politique menée depuis 2012 a été incapable de faire reculer (…) Je ne veux pas d'une démagogie anti-fonction publique (…) Je ne dirai pas aux fonctionnaires vous allez travailler 39 heures, tout en étant payés 37 heures".

20h13 : Alain Juppé : "Avec François Fillon, nous avons des convergences bien sûr, mais aussi des différences et je vais y revenir"

20h10 : À Nancy, Alain Juppé remercie ses soutiens, à commencer par Nathalie Kosciusko-Morizet

"Ce soir, j'ai une mention particulière pour les femmes, parce qu'aujourd'hui, c'est la journée pour l'élimination des violences faites aux femmes (…) Je propose aussi un programme pour lutter contre la précarité qui frappe plus les femmes que les hommes", assure le maire de Bordeaux. 

20h08 : François Fillon vient de terminer son discours à la Porte de Versailles, à Paris

20h05 : Alain Juppé prend enfin la parole à Nancy pour son dernier meeting

19h50 : François Fillon évoque la souveraineté 

"La souveraineté française ne peut être incarnée par un homme qui navigue à vue dans son propre pays (…) J’appelle de mes vœux une France souveraine".

19h45 : François Fillon : "Oui je crois à la Liberté, et je n’irai pas à genoux implorer le pardon des idéologues"

"Ce qui est brutal, ça n’est évidemment pas mon projet, c’est le chômage de masse qui casse des millions de Français ! (…) Avec nos millions de chômeurs et nos montagnes de dettes, si on n’accélère pas maintenant, quand démarrera-t-on ?", lance François Fillon. 

19h38 : François Fillon : "Si on n'accélère pas maintenant, je me demande quand est-ce qu'on va démarrer"

"La résignation paralyse le pays, le pouvoir socialiste a mené les Français à douter d'eux-mêmes (…) Nous devons réformer en profondeur notre économie et notre société (…) Ceux qui se disent modérés ont déjà baissé les bras", assure l'ancien Premier ministre. 

19h32 : François Fillon assure qu'Alain Juppé n'est pas son "ennemi", mais son "concurrent" 

"Alain Juppé n'est pas mon ennemi parce que mon ennemi, c'est le déclin de la France", assure François Fillon, avant de poursuivre : "La résignation paralyse le pays, le pouvoir socialiste a mené les Français à douter d'eux-mêmes (…) Nous devons réformer en profondeur notre économie et notre société".

19h27 : Alain Juppé vient d'arriver au Parc des expositions de Nancy (Meurthe-et-Moselle), où il prendra bientôt la parole 

19h25 : François Fillon : "Je trace ma route avec mon projet et mes valeurs"

"Il y a trois ans j'étais seul ou presque, ce soir vous êtes près de 10 000 (…) Cette vague populaire mérite qu'on la respecte, elle ne mérite pas les sarcasmes (…) Il y a une semaine, j'étais vu comme réformateur, me voilà qualifié d'ultra-libéral et de croque-mitaine réactionnaire (…) Je trace ma route avec mon projet et mes valeurs", a tout d'abord déclaré François Fillon en ouverture de son dernier meeting. 

19h20 : François Fillon arrive sur scène pour prendre la parole à la Porte de Versailles 

19h10 : Bruno Le Maire à François Fillon : "Je souhaite que tu sois élu Président de la République française en mai 2017"

19h00 : Meeting de François Fillon : Eric Woerth prend la parole à la Porte de Versailles pour réaffirmer son soutien à l'ancien Premier ministre 

18h30 : François Fillon doit prendre la parole à 19H10

Le candidat arrivé en tête au premier tour de la primaire de la droite et du centre donne son dernier meeting vendredi soir à la porte de Versailles, à Paris, où l'attendent déjà de nombreux soutiens, dont Nadine Morano ou Eric Ciotti. 

17h40 : à Colombey-les-Deux-Eglises, Alain Juppé a "retrouvé ses racines gaullistes"

"En ce moment un peu trouble, c'est toujours bien de se ressourcer, de retrouver ses racines politiques, et les miennes sont gaullistes", a déclaré Alain Juppé ce vendredi à Colombey-les-Deux-Eglises, avant son meeting de Nancy. 

16h18 : les regrets de campagne d'Alain Juppé

Le maire de Bordeaux se serait-il déjà réconcilié à un résultat attendu ? Il s'est exprimé sur ses regrets de campagne : il aurait dû plus "décortiquer le programme de certains de mes concurrents" ; "Je ne me suis pas assoupi, j'ai fait une campagne intense mais pas ciblée sur la bonne cible", ajoute-t-il. Il estime également qu'il aurait dû plus réagir à la prétendue campagne de dénigrement dont il aurait fait l'objet sur ses liens avec l'islamisme. Et enfin, il regrette d'avoir parlé de "continuer le combat" au soir du premier tour. "Tout le monde s'est dit “ah mais il s'est posé la question” - on a dit que j'ai songé à renoncer", déplore-t-il.

15h49 : François Fillon s'exprime contre les violences faites aux femmes

Sur son compte Facebook, ainsi que sur Twitter, François Fillon marque la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. Il rappelle qu'une loi sur les violences conjugales a été passée quand il était Premier ministre, et détaille les propositions de son projet pour lutter contre les violences faites aux femmes : développer l'hébergement d'urgence, encourager les femmes à porter plainte, ou encore renforcer les dispositifs de signalement du harcèlement sexuel.

15h18 : les jeunes de Bruno Le Maire soutiennent Alain Juppé

Au lendemain du second tour, Bruno Le Maire s'était rallié au favori, François Fillon ; mais s'il avait déclaré son intention de vote, il n'avait pas donné de consignes. Aujourd'hui deux de ses "jeunes référents", Alexandre Fongaro et Mathieu Le Cossec, publient une tribune pour annoncer leur soutien au maire de Bordeaux. Ils citent sa "compréhension du monde", son parti-pris pour la France "du numérique et de l'esprit d'entreprise" et, enfin, les questions "sociétales". 

14h15 : 67% des Français qui participeront au second tour de la primaire souhaitent la victoire de François Fillon

Un sondage d'Harris Interactive en exclusivité pour Atlantico qui devrait plaire à l'homme de la Sarthe. François Fillon a plus convaincu les spectateurs du débat (42% contre 37% pour Alain Juppé), notamment les sympathisants LR (83%). Et 67% des personnes affirmant qu'elles iront voter dimanche prochain disent souhaiter la victoire de François Fillon, contre 30% pour Alain Juppé. 

13h51 : pour Philippe Martinez, le patron de la CGT, François Fillon et Alain Juppé devraient "aller dans un hôpital"

Une des passes d'armes les plus violentes du débat fut sur le sujet de la réduction du nombre de fonctionnaires, et leur temps de travail et rémunération. S'il y a des différences entre les deux candidats, ils sont néanmoins tous les deux sur une ligne relativement libérale qui verrait des suppressions de postes et des aménagements budgétaires. 

Une position qui a forcément fait réagir Philippe Martinez, le patron de la CGT. "Je crois qu'ils sont décalés avec la vraie vie. Allez dans un hôpital, voyez avec quelle tension, quels sous-effectifs travaillent les infirmières et le corps médical en général", a-t-il tancé

12h36 : Alain Juppé se rend à Colombey-les-Deux-Églises

Alain Juppé sera cet après-midi à Colombey-les-Deux-Églises pour rendre hommage au Général de Gaulle, à partir de 14h15, a-t-il communiqué. Il déposera une gerbe sur la tombe du Général. Il sera en meeting à Nancy ce soir.  

12h29 : Jean-Frédéric Poisson publie une tribune acerbe contre Alain Juppé et ses propos sur le catholicisme

Le député des Yvelines revient sur la déclaration d'Alain Juppé opposant le pape François et la Manif pour tous. "Soit il connaît mal les prises de position du pape François sur la famille ou l'avortement, soit il prend les gens pour des incultes!", écrit-il sur le Huffington Post. 

Le candidat malheureux du premier tour résume sa prise de position pour le second tour : "depuis le début de cette campagne, j'ai toujours dit que je ne souhaitais absolument pas, pour le bien de la France, qu'Alain Juppé gagne cette primaire. J'ai toujours combattu son idée d'une France multiculturelle, dénoncé sa naïveté sur le sujet de l'islam, refusé son projet technocratique et sa vision mondialiste de l'économie. A l'inverse, j'ai toujours reconnu que le candidat dont j'étais le plus proche idéologiquement, malgré des divergences importantes sur certains sujets comme le mariage pour tous et la vision de l'économie, était François Fillon que j'ai donc choisi de soutenir."

11h18 : François Fillon, candidat le plus recherché en France pendant le débat

Qui a été le candidat le plus recherché en France pendant le débat ? #PrimaireLeDebat #Fillon #Juppé. pic.twitter.com/4JhxtpfrZa

— GoogleTrends (@GoogleTrends) November 24, 2016

11h11 : François Fillon continue de faire campagne...

Visite de la #Startup Devialet, entreprise exceptionnelle qui représente exactement ce que doit être l'avenir de l'économie française. pic.twitter.com/mZjErJKfZF

— François Fillon (@FrancoisFillon) November 25, 2016

... mais côté Juppé, on ne désespère pas.

Ce matin à la gare Saint Lazare pour expliquer le projet d'@alainjuppe pour la France ! Dimanche, votez et faites voter ! #JevoteJuppé pic.twitter.com/Q2jhkgICtK

— Jeunes avec Juppé (@JeunesAvecJuppe) November 25, 2016
 

10h53 : Regardez toute l'interview de François Fillon sur RTL


François Fillon, invité du 25 novembre par rtl-fr

10h36 : Moins d'activité sur les réseaux sociaux pour ce débat

France Info a analysé les réactions des réseaux sociaux au débat. "il y avait moins de monde que pour les débats d'avant le premier tour." Le pic d'engagement est arrivé "quand les deux candidats ont parlé du modèle social français et des réformes qu'ils comptent faire".

Le tweet le plus partagé ? "Celui de Marisol Touraine qui s'est mêlée au débat sur Twitter."

J'ai fait chiffrer le programme santé de #Fillon : chaque foyer paiera en moyenne 3200€ de + par an pour se soigner. #Danger #LeGrandDebat

— Marisol Touraine (@MarisolTouraine) November 24, 2016

Twitter France, de son côté, a publié des statistiques sur l'engagement sur sa plate-forme pendant cette soirée.

📊 327 594 Tweets comportant des termes associés à #PrimaireLeDébat ont été publiés durant la soirée pic.twitter.com/gQePje4glD

— Twitter Politique (@TwitterPolFR) November 24, 2016

📈 Conversations sur les candidats #PrimaireLeDébat (20h30-23h30)
→ 140 000+ Tweets sur @francoisfillon
→ 91 000+ Tweets sur @alainjuppe pic.twitter.com/xp6VfTbmbq

— Twitter Politique (@TwitterPolFR) November 24, 2016

⚡️ Les 5 moments les plus Tweetés de #PrimaireLeDébat https://t.co/ehpwIBORDo

— Twitter Politique (@TwitterPolFR) November 24, 2016
 

9h50 : "François Fillon porte un diagnostic extrêmement lucide sur la société" affirme Eric Woerth

"F. Fillon porte un diagnostic extrêmement lucide sur la société française" — @EricWoerth #E1Primaire #LeGrandDebat pic.twitter.com/GrxaMF6IoH

— Europe 1 (@Europe1) 25 novembre 2016

9h30 : un "très bon débat" souligne Luc Ferry

REVOIR - @FerryLuc : "C'était un très bon débat. Comparons avec le débat américain, nous avons beaucoup de chance" #Le79Inter @AliBaddou pic.twitter.com/3xfzi801xx

— France Inter (@franceinter) 25 novembre 2016

9h10 : belle audience pour le débat

Donc, 8 506 000 téléspectateurs, 33.8% des téléspectateurs devant #PrimaireLeDebat hier #audiences #lgdm #europe1

— Antoine Gaugoy (@AntoineGaugoy) 25 novembre 2016

8h50 : "J'ai plus de chances de gagner face à Marine Le Pen" assure Alain Juppé

"Je ne porte pas d'attaques personnelles. Je n'ai aucune animosité personnelle envers François Fillon" a expliqué Alain Juppé sur RMC et BFMTV. "Nous avons pourtant de profondes divergences. Sur l'international, la gestion de la fonction publique… Je regrette de ne pas avoir suffisamment décortiqué le programme de François Fillon avant le 1er tour" estime le maire de Bordeaux qui est de nouveau revenu sur le cas des fonctionnaires. "Imposer à 500.000 fonctionnaires de travailler 39h payées 37, ça ne se fera pas, je le dis. Je ne laisserai pas faire ce fonctionnaire-bashing."

Selon lui, "il faut des réformes courageuses mais le courage ce n'est pas la brutalité (…) Il ne faut pas casser le système social mais l'améliorer et le réparer."

Et de souligner : "J'ai plus de chances de gagner face à Marine Le Pen avec mon programme. Pensez-y dimanche !"

8h45 : Et si François Hollande évitait la primaire ?

Quand l'entourage de F.#Hollande nous rappelle que le Président n'a jamais dit lui même formellement qu'il participerait à la #Primaire...

— Maryse Burgot (@MaryseBurgot) 25 novembre 2016

8h40 : "François Fillon a 30 ans de retard" affirme Florian Philippot

#LaPrimaire > "#Fillon veut nous imposer le poison de la troïka. C'est scandaleux" (@f_philippot) pic.twitter.com/dPqDTRIAkM

— iTELE (@itele) 25 novembre 2016

8h35 : "François Fillon est un adversaire sérieux pour la gauche" affirme Manuel Valls

"François Fillon, pour la droite, c'est le négatif de Nicolas Sarkozy", affirme le Premier ministre dans Paris Normandie. "Il ne suscite pas les mêmes passions. Il véhicule, en tout cas aujourd'hui, une image de sang-froid et de dignité (…) Par conséquent, François Fillon est un adversaire sérieux pour la gauche. Il ne faut pas le sous-estimer, bien au contraire, car il pourra rassembler la droite".

8h30 : Fillon, promet de "tenir"

"En 2003 j'ai fait une réforme des retraites qui a mis 2,5 millions de personnes dans la rue, et j'ai tenu." @FrancoisFillon #RTLMatin

— FILLON 2017 (@Fillon2017_fr) 25 novembre 2016

8h25 : "Je suis moderne avec Alain Juppé" martèle Hervé Mariton

"L'identité religieuse a pris dans ce débat une place excessive estime sur Public Sénat et Sud radio l'ex-candidat à la primaire, qui a rejoint Alain Juppé. "Le ton est parfois allé trop loin, des deux côtés." Il maintient toujours son soutien au maire de Bordeaux qui "est sur des réalités opérationnelles", et a une "capacité à être élu face à un Front National dangereux." Et de rappeler : "On peut être moderne et conservateur. Je suis moderne avec Alain Juppé"

8h20 : le débat "peut changer la donne" affirme Virginie Calmels

"Juppé et Fillon ont la même vision et font le même diagnostic : seul le curseur diffère" affirme Virginie Calmels, proche du maire de Bordeaux sur Europe 1. Elle précise que le débat a été "très éclairant sur les programmes des candidats : il peut changer la donne."

8h15 : "deux à trois jours de déchaînements ridicules" critique Jérôme Chartier

"Le débat a été dans l'ensemble de bonne tenue, malgré deux à trois jours de déchaînements ridicules" estime sur France 2 le porte-parole de François Fillon, évoquant évidemment les attaques sur l'IVG.

8h10 : Fillon estime que Hollande ne sera pas au second tour

Interrogé sur son vote en cas de second tour entre Marine Le Pen et François Hollande, François  Fillon a botté en touche : "Jamais je ne voterai pour Marine Le Pen, et je ne pense pas que Monsieur Hollande sera au second tour".

8h05 : sur l'IVG, François Fillon perd patience

"Le tribunal de l'inquisition ça suffit. Je ne vais pas tous les jours répondre à une question qui n'aurait jamais dû être posée" a coupé le candidat après une nouvelle évocation de l'avortement.

8h : "Pierre Bergé n'a pas de culture" affirme François Fillon

Le candidat a été invité à réagir à un tweet polémique de Pierre Bergé.

Voter Fillon c'est voter pour la France réac, la Manif pour Tous, qui m'a menacé de mort. La France pétainiste. Quand va-t-on à Vichy?

— Pierre Bergé (@pvgberge) 24 novembre 2016

" Comparer mon programme à Vichy ça veut dire que Pierre Bergé n'a pas de culture" a tranché François Fillon. "Il faut que ces gens comprennent qu'ils sont les meilleurs agents électoraux des extrêmes."

7h55 : François Fillon est interviewé ce matin sur RTL

"Ce n'est pas un combat, ce n'est pas une question de gagner ou de ne pas gagner. Mais je pense que le débat s'est bien passé, qu'il a été sérieux et digne", affirme-t-il.

7h30 : l'avis tranché de Philippe de Villiers

#PrimaireLeDébat: nullissime tant sur le diagnostic que sur la perspective. Rien sur l'immigration, l'islamisation,l'Europe,la souveraineté

— Philippe de Villiers (@PhdeVilliers) 24 novembre 2016

7h15 : de nombreux élus de droite saluent le débat "courtois "

Beau moment de démocratie ce soir à la TV. Des projets précis et un débat courtois. Les électeurs pourront faire leur choix en toute clareté

— Jean-Pierre Raffarin (@jpraffarin) 24 novembre 2016

Avec ces primaires la droite française a assumé des débats de fond, apaisés, respectueux. Un véritable aggiornamento. #PrimaireDroite

— Luc CHATEL (@LucChatel) 24 novembre 2016

Débat de bonne tenue qui permettra une belle unité le 27 au soir.Fillon tres convaincant.Ceux qui l'ont caricaturé en sont pour leurs frais.

— Roger KAROUTCHI (@RKaroutchi) 24 novembre 2016

7h08 : Avantage Fillon, selon un sondage

Un premier sondage réalisé par Elabe pour BFMTV donne des premières indications sur l'impact du débat : François Fillon a été jugé le plus convaincant par 71% des téléspectateurs se déclarant sympathisants de la droite et du centre. Ce chiffre se fixe à 57% pour l'ensemble de la population. 

7h05 : "L'eurosterité est leur seul horizon" juge Florian Philippot

Dépecer ce qui reste de Sécurité sociale : une autre "joyeuseté" du programme #Fillon...👎 L'eurosterité est leur seul horizon #LeGrandDebat

— Florian Philippot (@f_philippot) 24 novembre 2016

Sur l'insécurité pas un mot sur les dégâts de l'immigration massive non assimilée. Pas à l'aise avec leur bilan commun...#LeGrandDebat

— Florian Philippot (@f_philippot) 24 novembre 2016

7h : le patron du PS, très critique

Le débat @FrancoisFillon / @alainjuppe c'est Valeurs actuelles qui bat Le Figaro ! #PrimaireLeDébat

— Jean-Chr. Cambadélis (@jccambadelis) 24 novembre 2016

6h50 : les réactions des candidats à chaud

Immédiatement après la fin du débat, les deux candidats ont réagi à chaud.  Pour François Fillon, "le débat a été riche, sérieux et serein. Comme le reste de cette campagne des primaires." Alain Juppé : "J’ai défendu mon idée, mes projets. Le débat a été digne, constructif. Je pense que les François ont pu se faire une idée. Il y a beaucoup de différences".

6h45 : le résumé de la soirée

C’était le dernier débat de la primaire de la droite et du centre, l’occasion d’abattre ses dernières cartes. Passé en quelques jours du statut de grand favori à celui de distancé, Alain Juppé a tenté de se montrer plus offensif que lors des précédents débats. François Fillon a lui défendu son programme, jugé par certains comme irréaliste et trop rigoureux. Si le ton est resté globalement courtois, les deux hommes se sont accrochés sur certains points, notamment sur la réforme du temps de travail et la fameuse diminution du nombre de fonctionnaires. Supprimer 500 000 fonctionnaires comme le dit François, ça n'est pas possible a notamment déclaré Alain Juppé.

Alors qu’elle avait fait polémique dès le début de semaine lorsqu’Alain Juppé a demandé à François Fillon de clarifier sa position sur l’avortement, la question de l’IVG a ressurgi. "Je serais devenu depuis quelques jours un conservateur moyenâgeux, devenu contre l’avortement…", a ironisé Fillon. "Dans mon livre, je dis aussi que jamais on ne touchera à l’IVG. Ma conscience, ça me regarde. Par ailleurs je suis un homme, donc ce n’est pas à moi de prendre une décision personnelle sur ce sujet". "Le maire de Bordeaux a répliqué : "Je pense que l'IVG est un droit fondamental. C'est un drame, pour la femme, pour le couple parfois".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Geolion
- 25/11/2016 - 15:56
Juppé, et l'islam...
Je reprends un texte reçu à la véracité vérifiée et que j'approuve :
Soigneusement passé sous silence par les médias, le récent départ d’Amine Elbahi de l’équipe de campagne d’Alain Juppé est pourtant révélateur des fréquentations du maire de Bordeaux. Livrant les raisons de cette rupture dans une lettre mise en ligne début octobre et intitulée « Pourquoi je quitte l’équipe d’Alain Juppé », le jeune Roubaisien devait en effet confier ne plus supporter la promiscuité du candidat à la primaire LR avec les salafistes.

Parce que rester aux côtés de Juppé « serait renier (ses) convictions », Amine Elbahi, engagé dans la lutte contre la « radicalisation » depuis que sa sœur a quitté le domicile familial, à l’été 2014, pour rejoindre l’EI en Syrie, devait ainsi rappeler très justement que « nous ne pouvons plus affirmer d’un côté combattre le salafisme et de l’autre travailler à leurs côtés, notamment l’UOIF, présidée par Amar Lasfar et dont les dirigeants sont Tareq Oubrou (décoré de la légion d'honneur par Juppé) et grand ami de T.Ramadan, Hassan Iquouissen ou encore Ahmed Miktar, qui prône, comme Rachid Abou Houdeyfa, un islam politique incompatible avec les valeurs de la République »
von straffenberg
- 25/11/2016 - 14:33
Impressions soleil levant
Juppé c'est un peu repris dans ce débat face à un Fillon toujours clair et accessible dans ses analyses . Je regrette que des sujets importants comme l'Europe et l'Islam furent escamotés (Cela a soulagé Juppé.....) ;
L'essentiel pour moi n'est pas dans les programmes mais dans la personnalité de Fillon pugnacité et courage politique face à un candidat de compromis bien dans la lignée des futurs postulants "vintage" Hollande , Bayrou ;Tout ceci devrait, si tout vas bien refondre le paysage politique qui en a bien besoin .
edac44
- 25/11/2016 - 11:46
Dans l'indifférence des subtiles différences entre candidats
Bonnet blanc et blanc bonnet étaient finalement d'accord sur la couleur blanche de leur couvre chef. Ils ne se sont donc pas crêpés le chignon comme certains l'espéraient, ce qui arrangeait bien le maire de Bordeaux. Consensus pour laminer, voire décimer la fonction publique mais ordonnances contre référendums pour y parvenir !... mis à part les moyens et peut-être les délais, pas sûr que l'électeur sans parti pris est vu la différence. On verra ça Dimanche!...