En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Revirement?
Primaire : l'écart se resserre sensiblement entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy
Publié le 02 novembre 2016
Selon un sondage Ifop-Fiducial pour iTELE, Paris Match et Sud Radio, le maire de Bordeaux enregistre une baisse dans les intentions de vote au contraire de son principal rival.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Ifop-Fiducial pour iTELE, Paris Match et Sud Radio, le maire de Bordeaux enregistre une baisse dans les intentions de vote au contraire de son principal rival.

On ne peut pas encore parler de retournement de situation, mais… Pour la première fois depuis deux mois, Nicolas Sarkozy réduit sensiblement l’écart avec Alain Juppé dans la course à la primaire. Selon les résultats d’un sondage Ifop-Fiducial pour iTELE, Paris Match et Sud Radio, qui prend en compte la période du 18-31 octobre, le maire de Bordeaux enregistre une légère baisse au contraire de son principal rival.

Dans les faits, Alain Juppé perd 4 points à 37% en intentions de vote (contre 41% pour la période 30 septembre-17 octobre), tandis que l’ancien chef de l’Etat en gagne 2 sur la même période (31% contre 29% il y a quinze jours). Selon Le Figaro, cette inversion de la tendance est une première depuis le 26 septembre (enquête Cevipof réalisée par Ipsos pour Le Monde). C’est notamment auprès des sympathisants Républicains que le maire de Bordeaux connait des difficultés : il perd 5 points d'intentions de vote entre les deux dates du sondage (30% contre 35% il y a quinze jours). Nicolas Sarkozy lui, ne faiblit pas, et gagne deux points parmi cet électorat (42% contre 40% il y a quinze jours). Mais Alain Juppé domine toujours dans l’électorat centriste (71%) et chez les sympathisants de gauche (69%).

L'ex-Premier ministre peut rester plus ou moins serein. Au second tour, il disposerait toujours d’un matelas très confortable sur son adversaire (57% contre 43%).  A noter que ce sondage confirmerait le regain de forme de François Fillon. Il gagne un point (12%) et ravirait la troisième place du podium à Bruno Le Maire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 02/11/2016 - 20:44
Bd
Grotesque !!!! Taper sur Qwant.com : " Juppé égo surdimensionné " il y a une avalanche etc .... Un peu de repos serait nécessaire à bd !
bd
- 02/11/2016 - 17:52
@cloette
Une avalanche d'articles et de preuves...
Copie-colle ceci: https://www.qwant.com/?q=narcissique+sarkozy&client=opensearch

bd
- 02/11/2016 - 17:49
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un politicien sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir au prix de n'importe quelle manipulation. 
Les «sans empathie» sont souvent des propagateurs de haine. 
Ils sont aussi souvent attirés par la complosphère. 
Si l’on pouvait éviter ce genre de personne toxique en politique…