En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 36 min 53 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 21 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 5 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 47 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 47 min 56 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 43 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 39 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 55 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 39 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 42 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Starting blocks

Emmanuel Macron charge François Hollande et lorgne sur Alain Juppé

Publié le 16 octobre 2016
L'ex-ministre profite d'une longue interview dans Challenges pour tacler sévèrement François Hollande et sa "présidence de l'anecdote."
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-ministre profite d'une longue interview dans Challenges pour tacler sévèrement François Hollande et sa "présidence de l'anecdote."

Alors que la candidature de François Hollande semble s'éloigner un peu plus, Emmanuel Macron ressort de l'ombre dans une interview fleuve pour Challenges. L'occasion pour lui de préciser ses intentions pour la prochaine présidentielle et de critiquer sévèrement le quinquennat auquel il a participé. "Les Français attendaient un projet collectif fondé sur une idéologie claire, et cela n’est jamais venu. Par manque de clarification idéologique, François Hollande a dès le premier jour commencé à cohabiter avec son propre camp" juge Emmanuel Macron. "Pour ma part, je ne crois pas au président 'normal'. Les Français n’attendent pas cela. Au contraire, un tel concept les déstabilise, les insécurise".  Et de critiquer une "présidence de l'anecdote, de l'événement et de la réaction" qui "banalise la fonction."

Le jeune politique en profite pour s'éloigner du parti socialiste. "Le PS ne repose plus sur une base idéologique suffisamment cohérente, et conséquemment sa capacité d'action est très limitée (…) Je ne suis pas membre du Parti socialiste, mais je suis de gauche. Le Parti socialiste n'a pas le monopole de la gauche."

Pour tenter de percer, Emmanuel Macron s'efforce donc d'effacer les critiques faites à son encontre. "Je suis un produit du système méritocratique français, pas un produit du système politique français (…) Le système politique, avec ses codes et ses usages, je ne cherche pas à le respecter parce que je ne lui appartiens pas." De la même façon, l'ancien ministre estime qu'un candidat n'a pas besoin d'avoir été élu. "Je récuse l'idée que, pour prétendre à certaines fonctions dans la République, il faille être ou avoir été conseiller départemental, maire, député, sénateur" affirme-t-il. "Ce serait un parcours imposé facilitant la reproduction d'une espèce renfermée sur elle-même"

Souhaitant se placer au-dessus des partis, Emmanuel Macron n'hésite pas à faire quelques appels du pied à Alain Juppé : "j'ai avec Alain Juppé des convergences sur ce que peut et doit être la vie en société" affirme-t-il même s'il rejette le concept "d'identité heureuse" jugée "trop statique, trop loin de la réalité." Pas sûr que le maire de Bordeaux soit sensible à cet appel du pied, jugeant l'ancien ministre de l'Economie "ni compétent, ni loyal".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
La science
- 17/10/2016 - 10:40
Juppé dit que 200.000 immigrés réguliers/an « ce n'estpas trop »
Lors d’un débat très tendu sur France 2 le 6 octobre 2016 entre Alain Juppé, et le maire de Béziers apparenté au Front National, Robert Ménard, le maire de Bordeaux déclare que 200.000 immigrés réguliers/an « ce n’est pas trop » et cela « ne change pas le visage de la France » (note cela fait tout de même 1 million de plus chaque 5 ans sans compter les naissances, irréguliers…).

Il faut faire leur deuil du concept d’«assimilation» qui consiste à vouloir «effacer les origines, nier toute différence». Il faut «comprendre et accepter» la fidélité des immigrés à leurs origines, «source d’une diversité qui enrichit notre patrimoine». (Les « 12 travaux de l’opposition » publié le 10 septembre 2014).
«Le regroupement familial est un droit» (source : Le Figaro 27 avril 2016). En matière de regroupement familial, A. Juppé dénonce l'attitude "pas humaine" de N. Sarkozy (source : www.bfmtv.com/politique).
vangog
- 17/10/2016 - 00:46
Vraiment aucune fierté, ces gauchistes!
Macron le gauchiste est co-responsable de la moitié des politiques des trente dernières années, alternées entre droite et gauche. Mais come la plupart des gauchistes, il est incapable d'en assumer la responsabilité. Et comme la plupart des gauchistes, il lui faut un bouc émissaire, histoire de se défausser...Flamby est le bouc émissaire parfait, un peu con-con, et absolument aveugle de ce qui se passe: le mouvement révolutionnaire qui rendra le pouvoir au peuple en l'arrachant à cette noblesse gauchiste (sens large) corrompue, est en marche, et rien ne pourra l'arrêter! Macron fait partie de la noblesse gauchiste, qu'il appelle improprement méritocratie, mais qui est le produit du copinage et de la rapine de la France. Malgré tous ses efforts, il n'échappera ps aux piques...
Jean-Benoist
- 16/10/2016 - 21:05
macron bidon et
Juppé le petit vieux enarque sourd et condamné qui fait alliance avec Bayrou, Raffarin et Mariton? Cest fin ..des haricots