En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Starting blocks
Emmanuel Macron charge François Hollande et lorgne sur Alain Juppé
Publié le 16 octobre 2016
L'ex-ministre profite d'une longue interview dans Challenges pour tacler sévèrement François Hollande et sa "présidence de l'anecdote."
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-ministre profite d'une longue interview dans Challenges pour tacler sévèrement François Hollande et sa "présidence de l'anecdote."

Alors que la candidature de François Hollande semble s'éloigner un peu plus, Emmanuel Macron ressort de l'ombre dans une interview fleuve pour Challenges. L'occasion pour lui de préciser ses intentions pour la prochaine présidentielle et de critiquer sévèrement le quinquennat auquel il a participé. "Les Français attendaient un projet collectif fondé sur une idéologie claire, et cela n’est jamais venu. Par manque de clarification idéologique, François Hollande a dès le premier jour commencé à cohabiter avec son propre camp" juge Emmanuel Macron. "Pour ma part, je ne crois pas au président 'normal'. Les Français n’attendent pas cela. Au contraire, un tel concept les déstabilise, les insécurise".  Et de critiquer une "présidence de l'anecdote, de l'événement et de la réaction" qui "banalise la fonction."

Le jeune politique en profite pour s'éloigner du parti socialiste. "Le PS ne repose plus sur une base idéologique suffisamment cohérente, et conséquemment sa capacité d'action est très limitée (…) Je ne suis pas membre du Parti socialiste, mais je suis de gauche. Le Parti socialiste n'a pas le monopole de la gauche."

Pour tenter de percer, Emmanuel Macron s'efforce donc d'effacer les critiques faites à son encontre. "Je suis un produit du système méritocratique français, pas un produit du système politique français (…) Le système politique, avec ses codes et ses usages, je ne cherche pas à le respecter parce que je ne lui appartiens pas." De la même façon, l'ancien ministre estime qu'un candidat n'a pas besoin d'avoir été élu. "Je récuse l'idée que, pour prétendre à certaines fonctions dans la République, il faille être ou avoir été conseiller départemental, maire, député, sénateur" affirme-t-il. "Ce serait un parcours imposé facilitant la reproduction d'une espèce renfermée sur elle-même"

Souhaitant se placer au-dessus des partis, Emmanuel Macron n'hésite pas à faire quelques appels du pied à Alain Juppé : "j'ai avec Alain Juppé des convergences sur ce que peut et doit être la vie en société" affirme-t-il même s'il rejette le concept "d'identité heureuse" jugée "trop statique, trop loin de la réalité." Pas sûr que le maire de Bordeaux soit sensible à cet appel du pied, jugeant l'ancien ministre de l'Economie "ni compétent, ni loyal".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
La science
- 17/10/2016 - 10:40
Juppé dit que 200.000 immigrés réguliers/an « ce n'estpas trop »
Lors d’un débat très tendu sur France 2 le 6 octobre 2016 entre Alain Juppé, et le maire de Béziers apparenté au Front National, Robert Ménard, le maire de Bordeaux déclare que 200.000 immigrés réguliers/an « ce n’est pas trop » et cela « ne change pas le visage de la France » (note cela fait tout de même 1 million de plus chaque 5 ans sans compter les naissances, irréguliers…).

Il faut faire leur deuil du concept d’«assimilation» qui consiste à vouloir «effacer les origines, nier toute différence». Il faut «comprendre et accepter» la fidélité des immigrés à leurs origines, «source d’une diversité qui enrichit notre patrimoine». (Les « 12 travaux de l’opposition » publié le 10 septembre 2014).
«Le regroupement familial est un droit» (source : Le Figaro 27 avril 2016). En matière de regroupement familial, A. Juppé dénonce l'attitude "pas humaine" de N. Sarkozy (source : www.bfmtv.com/politique).
vangog
- 17/10/2016 - 00:46
Vraiment aucune fierté, ces gauchistes!
Macron le gauchiste est co-responsable de la moitié des politiques des trente dernières années, alternées entre droite et gauche. Mais come la plupart des gauchistes, il est incapable d'en assumer la responsabilité. Et comme la plupart des gauchistes, il lui faut un bouc émissaire, histoire de se défausser...Flamby est le bouc émissaire parfait, un peu con-con, et absolument aveugle de ce qui se passe: le mouvement révolutionnaire qui rendra le pouvoir au peuple en l'arrachant à cette noblesse gauchiste (sens large) corrompue, est en marche, et rien ne pourra l'arrêter! Macron fait partie de la noblesse gauchiste, qu'il appelle improprement méritocratie, mais qui est le produit du copinage et de la rapine de la France. Malgré tous ses efforts, il n'échappera ps aux piques...
Jean-Benoist
- 16/10/2016 - 21:05
macron bidon et
Juppé le petit vieux enarque sourd et condamné qui fait alliance avec Bayrou, Raffarin et Mariton? Cest fin ..des haricots