En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Nicolas Sarkozy discours poing serré Atlantico.fr
Tant qu'à faire...
Primaire : à nouveau plombé par les sondages, Nicolas Sarkozy tente de reprendre la main
Publié le 10 octobre 2016
Le candidat était au Zénith de Paris pour un grand meeting alors qu'une nouvelle étude le donne perdant dans tous les cas.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le candidat était au Zénith de Paris pour un grand meeting alors qu'une nouvelle étude le donne perdant dans tous les cas.

6000 partisans en feu pour accueillir Nicolas Sarkozy au Zénith de Paris. Le candidat à la primaire a décidé de mettre les bouchées doubles pour tenter de rattraper son retard, face au favori Alain Juppé. "Peuple de France, allez dire que la majorité silencieuse a décidé de ne plus être silencieuse" a-t-il lancé.

Offensif, l'ancien président a de nouveau justifié son recours à deux référendums controversés qu'il souhaite mettre en place dès son élection à l'Elysée (un sur le regroupement familial, l'autre sur l'internement des fichés S les plus dangereux). "Qu’il est touchant ce nouveau cartel des non qu’a si bien connu le général de Gaulle et qui n’a à la bouche que la démocratie participative mais qui s’étrangle d’indignation à l’idée que l’on puisse solliciter directement le peuple. Je ne suis décidément pas des leurs" a-t-il tranché. En creux de toute la soirée, "la France de la vie réelle" contre les élites.

Il en faudra probablement plus pour Nicolas Sarkozy qui a encore perdu énormément de points, selon un dernier sondage Kantar Sofres-OnePoint pour Le Figaro, RTL et LCI, réalisé courant septembre. Au premier tour, il récolterait 28% des voix contre 42% pour Alain Juppé, dans le cadre d'une forte participation (3,2 millions d'électeurs). Même dans le cas d'une participation faible (1,8 million d'électeurs), le maire de Bordeaux garderait une large avance (41% contre 32%). Quant au second tour, il serait sans appel : dans le meilleur des cas, Nicolas Sarkozy serait battu de 14 points. Dans le pire des cas : 24 points… La dernière ligne droite s'annonce tendue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Septentrionale
- 10/10/2016 - 16:21
Les sondages ou des plans sur une comète nommée désir
Personne ne sait qui va voter. La Droite ne veut pas du vieux Marie-Chantal palliatif du Ventre-à-pattes pour la gauche malade d'elle-même.
essentimo
- 10/10/2016 - 12:46
Qui commande
et paye tous ces sondages ? On trouverait peut-être là une raison à l'engouement ,présumé pour Juppé !
tata971
- 10/10/2016 - 11:56
je crois pas les sondages
Ils se sont trompés bien des fois... si c'est juppe je ne voterais ni pour lui ni pour MLP