En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© REUTERS/Jean-Paul Pelissier
Kafka
En excès de vitesse le soir du 13 novembre, un policier parisien sommé de s'expliquer
Publié le 17 septembre 2016
Cet officier appartenant à la police judiciaire de Paris est accusé d'avoir roulé trop vite le soir des attentats.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cet officier appartenant à la police judiciaire de Paris est accusé d'avoir roulé trop vite le soir des attentats.

L'histoire parait invraisemblable... mais il ne faut jamais sous-estimer l'administration française. Un officier de la police judiciaire de Paris, qui se rendait le 13 novembre 2015 à 22h30 en intervention, en pleine vague d'attentats à Paris et Saint-Denis, a été contrôlé en excès de vitesse à bord de son véhicule de service. "Aujourd'hui, on lui demande des explications sur cette infraction", déplore sur BFM TV Nicolas Comte, secrétaire général adjoint d'Unité SGP Police FO qui dénonce "des mesures qui ne sont pas adaptées au quotidien". 

Fort heureusement, le policier ne devrait pas avoir à régler cette contravention. Mais "c'est toujours désagréable de se justifier quand on fait son travail, surtout quand on fait son travail un soir aussi difficile", poursuit-il.

Cette demande d'explication fait suite à un rappel à l'ordre de la préfecture de police, qui a décidé de sévir face à la multiplication des infractions au Code de la route des forces de l'ordre. 

"Au cours du premier semestre de l'année 2016, [...] je constate une augmentation significative de plus de 49 % du nombre d'infractions au Code de la route commises lors de l'utilisation des véhicules de service du parc de la préfecture de police", peut-on lire dans une note signée par le directeur de cabinet du préfet de police, Michel Cadot, divulguée dans Le Parisien.

Diffusée en plein état d'urgence, cette note n'a pas été reçue positivement par les principaux syndicats de police. 

"Les policiers sont constamment sollicités pour des colis ou des individus suspects. Ils interviennent dans l'urgence et s'affranchissent, certes, parfois des règles du Code de la route", explique Patrice Ribeiro, le secrétaire général du syndicat Synergie-Officiers.

"Cette note est une aberration ! . On va intervenir en Vélib' ou en métro, si ça continue", renchérit Philippe Capon, secrétaire général du syndicat Unsa-Police.

 

Vu sur : Lu dans BFM TV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 18/09/2016 - 11:32
Excès de vitesse d'un policier le 13 Novembre 2015
Zèle imbécile de quelque fanatique de la limitation de vitesse. Il s'agissait de tenter de sauver des vies.
lexxis
- 18/09/2016 - 09:38
KAFKA
Lors des attentats du Bataclan, l'armée pourtant présente n'avait pas le droit de tirer. Lors des alertes qui fusent partout, les policiers devront scrupuleusement respecter toutes les zones 30 qu'ils traverseront et marquer nettement les stops sur leur chemin. Il y a chez nous un tas d'imbéciles qui n'ont pas compris qu'en France, ce qui compte, ce n'est pas de préserver la vie des victimes, de parer les dangers qu'elles encourent, non le plus important, c'est le respect scrupuleux de la règle… Sauf bien sûr pour les terroristes, l'un d'entre eux à Nice ayant même eu le front , alors que la voie était médiocrement barrée d'emprunter le trottoir laissé curieusement libre pour accomplir son oeuvre de mort.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 17/09/2016 - 23:28
surtout pas de vagues !
on attends le prochain poste sur-indicié et/ou hors échelle !