En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti

07.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 24 min 47 sec
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 3 heures 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 15 heures 30 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 16 heures 37 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 18 heures 22 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 19 heures 42 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 23 heures 57 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 15 heures 24 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 15 heures 58 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 17 heures 48 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 18 heures 58 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 20 heures 8 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 23 heures 37 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 1 jour 5 min
© Reuters
Hollande discours démocratie terrorisme salle Wagram - Atlantico.fr
© Reuters
Hollande discours démocratie terrorisme salle Wagram - Atlantico.fr
À suivre

Avec son discours de Wagram, François Hollande se pose en rempart contre le terrorisme et entrevoit 2017

Publié le 08 septembre 2016
"Je fais tout pour protéger les Français mais je leur dois aussi la vérité. La menace, elle est là, et elle va durer", a prévenu le président de la République.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Je fais tout pour protéger les Français mais je leur dois aussi la vérité. La menace, elle est là, et elle va durer", a prévenu le président de la République.
  • En fin de discours, François Hollande a évoqué l'élection présidentielle de 2017 : "les Français auront à décider de leur avenir et de celui de notre pays"

  • La laïcité "n’est pas la religion d’État contre les religions", a-t-il affirmé plus tôt 

  • Sur la question du burkini, le chef de l'État refuse toute "législation de circonstance, aussi inapplicable qu’inconstitutionnelle"

>>>> À lire aussi : L'essentiel des réactions au discours de François Hollande

 

C'était l'heure du grand oral pour François Hollande. Le chef de l'Etat a prononcé un discours très attendu lors du colloque "La Démocratie face au terrorisme", salle Wagram, à Paris.  Selon le site de FranceInfo, c'est après les attentats de Nice que les stratèges de l'Elysée ont eu l'idée de ce discours, car le terrorisme est le sujet qui va "structurer la campagne à venir" selon eux.

>>>> À lire aussi : Discours de Wagram : François Hollande sous-entend clairement qu'il sera candidat

En présence d'une bonne partie du gouvernement (Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve notamment), le locataire de l'Elysée a débuté son discours par une ode à la démocratie. "Malgré la peur, malgré la souffrance, nous vaincrons", a-t-il lancé. "La démocratie sera toujours plus forte que la barbarie qui lui a déclaré la guerre. Au terme de la lutte, la démocratie triomphera".

Ce qu’en revanche, je peux garantir aux Français, c’est que toute la puissance de l’État sera engagée pour venir à bout de l’ennemi #Wagram

— François Hollande (@fhollande) 8 septembre 2016
 

S'il a parlé d'un "combat long et éprouvant", François Hollande estime que les démocraties gagnent toujours. " Je fais tout pour protéger les Français mais je leur dois aussi la vérité. La menace, elle est là, et elle va durer. Le terrorisme islamiste a l'illusion de croire que la démocratie est faible. Mais les démocraties gagnent toujours les guerres. Elles ont vaincu le fascisme, le nazisme. Les terroristes seront traqués et, au bout du compte, annihilés".

Rapidement, le chef de l'Etat s'est attaqué à la droite. Volontiers offensif, il a condamné la "surenchère" de propositions issues de la droite et l'extrême-droite face au terrorisme, qui oublient selon lui que "le seul camp qui vaille, c'est la République". Ces reniements seraient autant de renoncements sans nullement assurer la sécurité des Français", tranche-t-il. "Est-ce que l'adoption du Patriot Act ou le camp de Guantanamo ont protégé les Etats-Unis ? Non" déclare-t-il.

Visant directement Nicolas Sarkozy qui avait parlé cet été d'"arguties juridiques" lorsque le gouvernement a rejeté sa proposition de centres de rétention préventive, le président a répliqué : "Les principes constitutionnels ne sont pas des arguties juridiques".

Faisant référence à Alain Juppé et à Alain Finkielkraut, il a estimé que "l'identité, elle n'est ni heureuse, ni malheureuse. La France est bien plus qu'une identité, c'est une idée, qui fait de la France un pays singulier".

François Hollande a également listé les mesures prises par l'exécutif durant son mandat, notamment la fin de la réduction des effectifs militaires. "Qui peut dire avec un peu de sincérité que nous n'avons pas tout fait pour protéger nos policiers, nos gendarmes et nos militaires ?" a-t-il demandé.

>>>> À lire aussi : Discours de Wagram : quand François Hollande tacle sèchement Nicolas Sarkozy

Concernant l'islam, le chef de l'Etat a déclaré vouloir réussir "la construction de l'islam de France". Sans citer le burkini, il annonce qu'il n'y aura pas de législation de circonstance, aussi inapplicable qu'inconstitutionnelle". A la question "l'islam est-il compatible avec la République" : "Ma réponse est oui, clairement oui" a-t-il tranché.

Je l’affirme, tant que je suis Président, il n’y aura pas de législation de circonstance, aussi inapplicable qu’inconstitutionnelle #Wagram

— François Hollande (@fhollande) 8 septembre 2016
 

François Hollande a également fait référence aux prochaines échéances électorales. "Ce n'est pas facile l'élection...," a-t-il confié. "Il faut la mériter. Il faut s'y préparer. Et il faut respecter les citoyens." Il a par ailleurs détaillé les enjeux à venir ce ces prochaines présidentielles : "la protection des Français, la cohésion nationale, le modèle social, la conception de la démocratie, la place de la France en Europe et dans le monde."

Alors que certains attendaient que le président donne des pistes concernant une éventuelle candidature à la présidentielle, il est resté sibyllin mais a laissé entendre qu'il n'en resterait pas là. 'Quand le danger est là, nous devons nous retrouver. Je ne me détournerai pas de cet objectif qui m'a animé tout au long du quinquennat. Je ne laisserai pas la France être abîmée, réduite, son état de droit contesté, son éducation réduite et sa culture amputée. C'est le combat d'une vie."

Puis de conclure :"Nous sommes la France et je vous l'assure, la démocratie est notre arme et notre âme, et c'est ainsi que nous vaincrons le terrorisme. Vive la République et vive la France".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 09/09/2016 - 18:47
Néron...
la marionnette Hollande a prononcé le discours que les "stratèges de l'Elysée" lui ont écrit. Il s'agit désespérément de tenter de surfer sur les attentats, donc sur les cadavres.... mais de Charlie Hebdo à Nice en passant par le Bataclan nous savons bien qu'il est le responsable de ce bain de sang. Une sorte de Néron qui contemple l'immense gâchis qu'il a lui-même provoqué... Fétide.
jurgio
- 09/09/2016 - 16:19
Si Hollande continue à grossir
il pourrait être le rempart de deux ou trois personnes, pas plus.
Beredan
- 09/09/2016 - 10:38
Un rempart de trouille !
Avec le mini-hercule razmoket , c'est une chaise percée qu'il oppose au terrorisme islamiste . Il est à souhaiter qu'en 2017 il soit balayé telle une feuille de papier hygiénique maculé...