En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Ça rigole plus !

Pour lutter contre le terrorisme, Donald Trump propose un filtrage "extrême" des migrants

Publié le 16 août 2016
Lundi 15 août, Donald Trump a présenté son programme de politique étrangère, entièrement tournée vers l'élimination de l'État islamique.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi 15 août, Donald Trump a présenté son programme de politique étrangère, entièrement tournée vers l'élimination de l'État islamique.

Lundi 15 août, lors d'un discours dans l'Ohio, le candidat républicain, malmené par des semaines de polémiques plus ou moins vaines, a retrouvé le sérieux que les Américains attendent généralement des présidentiables pour définir les axes de ce qui sera sa politique étrangère s'il est élu le 8 novembre prochain.

Pour Donald Trump, tous les efforts doivent désormais être concentrés vers un seul objectif, l'élimination de Daech, de ses suppôts et de son idéologie. Pour cela, le milliardaire extraverti propose une redéfinition des alliances et un durcissement sans précédent de la politique migratoire.

"Tout pays qui partage notre but sera notre allié. On ne peut pas toujours choisir ses amis, mais on ne doit jamais manquer de reconnaître ses ennemis". Trump a donc mentionné comme faisant partie du bon camp : le roi Abdallah de Jordanie, le maréchal Sissi en Égypte et Vladimir Poutine en Russie. Plus inattendu, compte tenu de sa récente mise en cause de son utilité, l'Alliance atlantique est aussi cooptée dans cet axe du bien: "Depuis mes commentaires (sic), l'Otan a créé une division pour lutter contre le terrorisme, ce qui est une très bonne chose, vraiment très bien", applaudit Trump.

"Nous serons durs, et même extrêmes"

Mais la marque de son plan tient à "la mise en place immédiate d'une nouvelle politique d'immigration". En parlant des immigrés, Trump s'est prononcé ainsi : "Notre pays a assez de problèmes, nous n'avons pas besoin d'en accueillir d'autres". "Nous serons durs, et même extrêmes", a-t-il ajouté. Il a également rappelé que durant la guerre froide, l'octroi de visas était soumis à un "contrôle idéologique", il promet "une enquête ultrapoussée" sur les étrangers voulant se rendre aux États-Unis. Pour une efficacité maximale, "toute immigration en provenance de pays ou de régions où ces vérifications ne sont pas possibles sera suspendue". Le candidat a évoqué la France "où, comme on l'a vu, des populations étrangères ont amené leur antisémitisme avec elles"...

En ce qui concerne l'immigration clandestine, Trump parle d'une nouvelle politique de visas, ce qui ne veut pas dire qu'il ait renoncé à ériger un mur le long de la frontière avec le Mexique. La guerre qu'il entend mener à l'EI est multiple, "financière, cybernétique et idéologique". Une guerre où il "ne télégraphiera pas (ses) plans à l'ennemi" et fermera "tout accès à Internet" aux prosélytes de Daech.

En contraste avec sa propre fermeté, Donald Trump n'a pas de mots assez durs pour la politique étrangère de Barack Obama, sa "tournée mondiale d'excuses" en 2009, ses "paroles naïves suivies d'actes encore plus naïfs qui ont directement conduit à l'émergence de l'EI". Sa rivale Hillary Clinton, ancienne secrétaire d'État, est évidemment aussi coupable "d'un mauvais jugement après l'autre".

 

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/08/2016 - 21:46
Excellent Trump!
Les Medias gauchistes n'osent même plus diffuser leur petit laïus ironique anti-Trump...ils commencent à se rendre compte que les solutions simples sont souvent les meilleures, et que la paix mondiale passera par Trump, certainement par par Hilarious, petit soldat du Bilderberg, générateur de chaos et d'exodes mondialistes...
clint
- 16/08/2016 - 10:20
L'Europe, l' Allemagne et la France en 1er devraient le faire !
Et ce très rapidement, même si ça ne fait pas partie des "valeurs de gauche" pipots des soit-disants socialo-communistes. Ca ne concerne pas que la France : il suffit de voir les hordes de touristes qui passent de France en Espagne sans aucun contrôle se déversant sur les plages non surveillées !
assougoudrel
- 16/08/2016 - 09:58
Ceux qui ont gouverné le
pays, de tout bords, ont plus que manqué de discernement. Le pire se passe avec les dirigeants actuels, aveuglés par une idéologie débile et nous sommes dans une situation effrayante. Ces abrutis ne s'en rendent même pas compte. Il nous serait rassurant d'avoir un tel homme pour défendre le pays, cherchant des alliés crédibles. J'ai lu, il y a quelques mois dans "Valeurs Actuelles" que le gouvernement syrien avait donné à la France la liste des français partis faire le djihad. Hollande, Valls et Fabius ont refusé, sous prétexte que cela venait de Bachar El Assad. C'est criminel à l’extrême. Voilà le type d'homme qu'il nous faut pour la sécurité de la France. S'il devient président des USA, ce serait déjà mieux pour nous, mais comme notre Gros nain n'a aucun poids (à par son poids corporel), la France sera exclus lors des décisions par les grands de ce monde. Les bien-pensants de chez nous aboieront inutilement près de la boîte aux lettres et nous aurons encore honte, car un certain imbécile s'est permis de dire à la presse que Donald Trump ne mérite pas d'être président, tout comme le président syrien ne méritait pas d'être né. Et lui, le mérite-t-il (la présidence)?