En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© capture d'écran Business Insider
Réforme

Taxi : le projet de rachat des licences bat de l'aile

Publié le 08 juillet 2016
A peine présenté, le projet du gouvernement de créer un fonds de garantie pour racheter aux taxis leur licence est déjà boycotté.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A peine présenté, le projet du gouvernement de créer un fonds de garantie pour racheter aux taxis leur licence est déjà boycotté.

Jeudi soir, le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies a présenté aux représentants des chauffeurs de taxi le projet de créer un fonds de garantie pour racheter leur licence. Ce «fonds de garantie» permettrait aux taxis ayant racheté leur licence à un collègue de mettre fin à leur activité en récupérant leur mise initiale dans la limite de 200 000 euros maximum. Les licences rachetées par l’État seraient retirées du marché et remplacées par des licences incessibles délivrées par les préfectures de police. Cette solution aiderait les taxis s’étant endettés pour acheter ce document et qui s’inquiètent de la dévalorisation de leur autorisation de stationnement (ADS, leur donnant le monopole de la maraude) et de la perte de chiffre d’affaires depuis l’arrivée des VTC, de rembourser leur investissement. Et pour ceux qui souhaitent partir en retraite et qui ont investi dans leur licence en vue de récupérer un capital pour leurs vieux jours, il s’agit d’un pécule non négligeable.

 

Cependant, les chauffeurs restent mécontents. «Le succès de notre proposition a été mitigé», a déclaré Alain Vidalies. En effet, certains mettent en avant le fait que l’État, responsable de la situation actuelle et qui n’a pas su anticiper le bouleversement du marché créé par la concurrence des VTC, devrait indemniser sans aucune condition les taxis, voire supprimer purement et simplement les VTC. L'activité de ces derniers a pourtant été légalisée par la loi Thévenoud en vigueur depuis deux ans.

 

Un fond annuel de 100 millions d'euros

 

De nombreuses pistes sont actuellement à l’étude pour mettre en place un système de prélèvements basé sur la«solidarité au sein du secteur» : taxe forfaitaire sur les réservations prises sur les plateformes de VTC et de taxis, ou sur le chiffre d’affaires ; droit d’entrée acquitté par les nouveaux, qu’ils soient taxis ou VTC, notamment à travers les nouvelles licences non cessibles délivrées par les préfectures de police, etc. Dans son plan, le gouvernement juge que c’est par la juxtaposition de ces différentes sources de financement qu’il arrivera à abonder son fonds de garantie à hauteur de 100 millions d’euros par an.

 

Jusqu’au 15 septembre

 

«Nous n’allons pas mettre en œuvre cette démarche si personne n’y souscrit», a admis Alain Vidalies, qui déplore«l’atomisation des structures représentatives dans ce secteur». Le gouvernement va néanmoins ouvrir une consultation écrite afin de permettre aux représentants des taxis, des VTC et des plateformes de se prononcer publiquement jusqu’au 15 septembre sur le dispositif proposé, ainsi que sur son mode de financement.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Plongeur
- 09/07/2016 - 12:56
Lutte d'influence
C'est la G7 et autres Taxis bleus ou Gescop qui sont à la manoeuvre, l'interet des artisans est d'accepter cet accord très interessant pour eux.
Jardinier
- 09/07/2016 - 12:21
D'accord avec vangog,
S'ils ne prennent pas cet accord, et bien tant pis pour eux.
vangog
- 08/07/2016 - 22:12
Boarfff! C'est un bras-de-fer pour obtenir plus...
les taxis suivent le mouvement de toutes les minorités, dans ce pays, car ils savent qu'ils possèdent un pouvoir de blocage et peuvent obtenir le maximum, avec ce gouvernement de larves. Maus, globalement, c'est un bon accord et les taxis ne devraient pas faire la fine bouche, s'ils n'avaient un tel gouvernement de bi-nationaux en face d'eux...