En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Fille prodigue
Affaire Bettencourt : la fille de Liliane Bettencourt a été mise en examen
Publié le 07 juillet 2016
Françoise Bettencourt Meyers, la fille de la milliardaire Liliane Bettencourt, a été mise en examen ce jeudi pour subornation de témoin par le juge d'instruction en charge de l'enquête à Paris sur les témoins au cœur de l'affaire d'abus de faiblesse à l'encontre de sa mère.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Bettencourt Meyers, la fille de la milliardaire Liliane Bettencourt, a été mise en examen ce jeudi pour subornation de témoin par le juge d'instruction en charge de l'enquête à Paris sur les témoins au cœur de l'affaire d'abus de faiblesse à l'encontre de sa mère.

Elle s'était dérobée une première fois en avril dernier mais le juge ne l'a pas raté cette fois – ci.  Ce jeudi 7 juillet, Françoise Bettencourt Meyers a été mise en examen pour "subornation de témoin" par le juge parisien Roger Le Loire. La fille de l'héritière de L'Oréal a été interrogée sur un prêt de 300.000 euros avec intérêts consenti en novembre 2012 à Claire Thibout, ex-comptable de sa mère, a affirmé son avocat Me Jean Veil, à la sortie de l'audition. Le juge a annoncé sa mise en examen devant le pôle financier du tribunal de grande instance de Paris et son intention de "faire un recours". "Cette affaire ne tient pas la route. Cette mise en examen est à mon avis totalement nulle", a-t-il déclaré à la sortie de l'audition, qui a duré un peu plus de deux heures et demi.

Devant le juge, sa cliente a expliqué que "le prêt est intervenu en 2012 deux ans après la fin de sa guerre judiciaire avec François-Marie Banier (confident de sa mère), puisque, depuis, les deux parties avaient transigé (en 2010) (...) Pour Mme Bettencourt Meyers, le conflit était terminé et elle n'avait strictement aucune raison de soudoyer, de suborner un quelconque témoin, et évidemment pas Claire Thibout", a fait valoir l'avocat. "Cette somme sera remboursée, par conséquent ce n'est pas un paiement", avait-il affirmé à son arrivée au pôle financier.

"Problèmes de liquidités"…

Dans l'enquête ouverte après la contre-attaque judiciaire de François-Marie Banier, le juge a mis en examen cinq anciennes employées de Mme Bettencourt pour faux témoignage. Toutes avaient décrit l'emprise de l'artiste sur leur patronne à travers des récits qui se sont avérés décisifs dans le premier procès du dossier d'abus de faiblesse début 2015 à Bordeaux.

Sur le prêt, les avocats de Mme Bettencourt Meyers affirment qu'il a été consenti à Mme Thibout pour faire face à des "problèmes de liquidités", à la suite de l'affaire Bettencourt.

Le juge a comparé les dizaines d'heures d'auditions de l'ex-comptable et pointé des contradictions de dates ou de circonstances, notamment sur les conditions de souscription de contrats d'assurance-vie au bénéfice de Monsieur Banier.

Comme l'a révélé iTELE, une confrontation est prévue vendredi entre l'ex-comptable et son accusateur, a indiqué à l'AFP l'entourage de Monsieur Banier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires