En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Couac

60 000 postes d'enseignants: pour Copé, "Hollande est celui qui ne décide rien"

Publié le 16 mars 2012
Alors que la polémique sur les 60 000 postes d'enseignants divise le PS, l'UMP ironise...
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la polémique sur les 60 000 postes d'enseignants divise le PS, l'UMP ironise...

[Mis à jour le 18 janvier à 12h40]

Ce mercredi matin sur France Info, Jean François Copé a qualifié la proposition du candidat socialiste de "ridicule et irréaliste". "A trois mois de l’élection, M. Hollande devient de plus en plus celui qui ne décide rien. Or, nous, nous sommes dans la majorité ceux qui décident des choses" a-t-il déclaré.

Le secrétaire national de l’UMP, Sébastien Huyghe a, lui, parlé de "cacophonie" et a appelé le candidat socialiste à "sortir de l'ambiguïté afin de présenter un programme clair aux Français."

L'UMP s'est même fendu d'une petit vidéo parodique sur la polémique.

 

Au sein du PS, Ségolène Royal a dénoncé le communiqué des trois socialistes sur RTL : "Ce n'est pas bien que les socialistes polémiquent publiquement, il y a des lieux de discussions pour ça."

 

 

Lors de la primaire socialiste, François Hollande avait annoncé la création de 60 000 postes dans l'Education nationale, sans toutefois indiquer comment il les financerait. Ce dimanche, sur France 5, Jérôme Cahuzac, le président socialiste de la commission des Finances de l'Assemblée a expliqué que ces emplois seraient en fait des redéploiements.

En réponse à cette déclaration, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Marie-Noëlle Lienemann, trois membres de l'aile gauche du PS, ont publié ce mardi un communiqué. "Si les 60.000 créations de postes annoncées par François Hollande ne devaient l'être que par redéploiement, cela reviendrait à réduire le service public de la santé ou de l'emploi pour consolider les moyens de l'Éducation nationale. Cela n'aurait aucun sens. Un poste de professeur en plus ne peut être payé par un poste d'infirmière en moins." écrivent-ils. Et de conclure : "La crise appelle la responsabilité et la crédibilité. Celles-ci se mesurent aussi à la volonté politique que l'on consacre à protéger les Français et à leur garantir l'égalité devant les services publics." Une façon de mettre la pression à François Hollande à s'engager sur ces créations d'emplois.

François Hollande, en déplacement à Gandrange avec Martine Aubry ce mardi, n'a pas clarifié sa position. Il a toutefois promis d'y répondre lors de la présentation de son projet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Anaxagor
- 19/01/2012 - 19:26
Lamentable et poltron.
Plutôt que d'investir dans la création de nouvelles entreprises, dans l'industrie, dans les forces vives de ce pays, Monsieur Hollande privilégie les fonctionnaires en premier; quelle médiocrité d'esprit!
quesako
- 18/01/2012 - 21:14
Chaque parti est victime de ceux qui feraient mieux de se taire!
Et à l'UMP il y a tout particulièrement Copé !
Il fait tout pour que la droite perde en 2012, croyant qu'il sera le sauveur en 2017 !
Au moins Sarkozy a des côtés sympas, ce qui n'est pas du tout le cas de ce personnage symbole de l'arrivisme.
Vu la lutte à droite si Sarkozy n'est pas réélu, la gauche pourra en avoir pour 15 ans !
labernerie
- 18/01/2012 - 16:37
couler
le pedalo de mou du genou c est titanic n2