En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© capture d'écran l'obs
Vague de départs
Quand les conseillers de Hollande et Valls démissionnent pour rejoindre la finance…
Publié le 15 avril 2016
A un an de la présidentielle, les hommes de l'ombre cherchent à se reconvertir, quitte à laisser entrevoir des conflits d'intérêts.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A un an de la présidentielle, les hommes de l'ombre cherchent à se reconvertir, quitte à laisser entrevoir des conflits d'intérêts.

Grands mouvements en perspectives à l'Elysée et Matignon. Si les principales têtes d'affiche resteront aux manettes jusqu'en mai 2017, les conseillers du président et du premier ministre préparent déjà leurs valises. Le premier départ est celui de Jean-Jacques Barberis, 35 ans, jeune loup et conseiller aux affaires économiques et financières nationales et européennes. Il quittera son poste cet été pour rejoindre Amundi, filiale du Crédit agricole, où il émargera une rondelette somme : 400 000 euros par an… Et il n'est pas le seul, comme l'affirme La Tribune. "Plus attachés à leur perspective de carrière qu'à la défense d'une orientation politique, fans de la nouvelle économie des start-up dont ils reçoivent régulièrement les fondateurs à déjeuner, ils ne cachent pas leur appât du gain" affirme le quotidien.

Les conseillers partent donc pour la finance : Laurence Boone, ex-conseillère économique de François Hollande, est parti pour l'assureur Axa, où elle a rejoint Sandrine Duchêne, une autre conseillère. A Matignon, c'est le chargé des affaires industrielles, Sébastien Dessillons, qui est parti à la BNP Paribas…

Problème, ces transferts vers le privé laissent entrevoir de possibles conflits d'intérêts. Quels rôles jouent ces conseillers pendant les mois qui précèdent leur changements de postes ? Vont-ils chercher à avantager leur futur employeur ? "Désormais, ces conseillers proches des milieux d'affaires, qui subsistent dans l'entourage des grands dirigeants, contribuent à l'inverse à tempérer les ambitions réformistes" juge ainsi la Tribune.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 16/04/2016 - 14:58
Encore du travail pour les juges !
Conflit d'intêret !
vangog
- 15/04/2016 - 20:40
La Nomenklatura gauchiste met les voiles...
et bientôt la burqa, sur le tapis de prière, siglé El Khomry, de leurs nouvelles entreprises...
raslacoiffe
- 15/04/2016 - 16:41
Bordel les rats quittent le navire!!!
On se souvient que cette bande de trous du c... a trainé François Pérol devant la justice pour motif : conflit d'intérêt. De toute façon vu leurs compétences, ils s'autodétruiront eux-mêmes. La droite si elle revient au pouvoir n'aura même pas à perdre son temps avec ces parvenus.