En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Gabegie
Poitou-Charentes : la gestion "alarmante" de la région par Ségolène Royal pointée du doigt par un audit
Publié le 09 avril 2016
Le montant des impayés s'élève à 132 millions d'euros, la dette à 450 millions d'euros.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le montant des impayés s'élève à 132 millions d'euros, la dette à 450 millions d'euros.

Une région exsangue. Jeudi, le président PS de la région Grande Aquitaine a présenté un audit "alarmant" des finances de l'ex-région Poitou-Charentes, réalisé par le cabinet Ernst & Young. Et les conclusions sont inquiétantes : des retards de paiements s’élevant à 132 millions d’euros, une épargne "quasi-nulle" avec un taux net de 0,05%, une sous-budgétisation, "des dépenses qui ne sont pas inscrites au budget en fonction de la réalité des besoins", selon le vice-président de la commission des Finances, le socialiste Florent Boudi. La dette est estimée à 450 millions d'euros.  

Pour le président de la commission des Finances de la région, Olivier Chartier Les Républicains, "sans la fusion, nous serions vraisemblablement en train de constater la faillite et la banqueroute". Dans le viseur des élus : Ségolène Royal, présidente entre 2004 et 2014, et Jean-François Macaire, qui l'a remplacé en 2014.

A la tête de la région, la ministre de l'Environnement s'était illustrée par son interventionisme et son soutien financier dans le capital d'entreprises privées de l'économie verte comme Heuliez ou Mia, qui ont depuis fait faillite. Citée dans les colonnes du Point, Segolène Royal a fustigé "une basse vengeance", une manœuvre visant "à justifier un arrêt des politiques régionales et une hausse des impôts". La Chambre régionale des comptes, saisie, devrait rendre un rapport à l'automne.

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
06.
Acte XIX des Gilets jaunes : pourquoi les médias peinent à trouver le bon dosage en matière de diffusion des images de violence
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ombelia
- 03/10/2016 - 12:21
En gros, c'est une incompétente
Mais elle ne sera jamais poursuivie pour avoir entraîné la région Poitou-Charentes à la faillite car elle est et sera protégée même si la droite passe en 2017. Le scandale est trop gros!!!
vauban
- 08/04/2016 - 23:16
À quand l audit du département de Corrèze ?
?????????????
Anguerrand
- 08/04/2016 - 20:17
Imaginons Ségolène élue en 2012
Que serait devenu notre pays et les français si elle avait élue en 2012? Le couple Hollande et Royale à le chic pour laisser des dettes derrière eux. ( Corrèze ou France ). On peut critiquer NS mais il s'en est plutot bien sorti. Ségolène s'était vanter d'avoir sauvé Heuliez a coup de centaines de millions, et cette entreprise est morte, ça elle ne s'en n'est pas vanté. Normal ces énarques n'ont aucunes qualifications, ne connaissent ni l'économie, ni l'entreprise comme l'ensemble du gouvernement actuel.