En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Héros ordinaire
Le premier policier à être entré dans le Bataclan, et qui a tué un des terroristes, témoigne : "On se dit ils sont tous morts, c'est un moment d'effroi indescriptible"
Publié le 15 décembre 2015
Simplement équipés de leur arme de service et d’un gilet pare-balles léger, ce commissaire et son coéquipier ont décidé d’intervenir sans attendre les renforts.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simplement équipés de leur arme de service et d’un gilet pare-balles léger, ce commissaire et son coéquipier ont décidé d’intervenir sans attendre les renforts.

Il raconte un "moment d'effroi indescriptible". Le premier policier entré dans le Bataclan le 13 novembre, alors que des terroristes retenaient en otage les spectateurs, a livré un témoignage poignant à la radio France Info. On apprend d'abord que cet homme est un policier "ordinaire", il ne fait pas partie du RAID ou de la BRIC.

Le 13 novembre, ce chef de service au sein de la BAC est de permanence. Alors que fuite la première alerte, une explosion au Stade de France, l'homme et son chauffeur, un policier comme lui, se mettent en route immédiatement. Mais sur le chemin leur parvient une nouvelle alerte: des fusillades dans l'est parisien. Ils changent d'itinéraire et arrivent donc en premier au Bataclan.

"Les gens sortent en hurlant et nous disent 'vite, vite, ils nous tirent dessus'. Certains nous expliquent que leur femmes ou leurs enfants sont à l'intérieur."

Les deux policiers prennent alors la décision d'intervenir sans attendre les renforts."Ce qui nous surprend immédiatement, c'est la lumière extrêmement forte, qui nous aveugle, précise le commissaire. "Le silence ahurissant, alors que, quelques secondes avant, il y avait des rafales de kalachnikov, des cris. A peine on rentre dans cette salle, il n'y a plus un bruit, c'est surréaliste. Et puis des centaines de corps, les uns sur les autres.On se dit ils sont tous morts, c'est un moment d'effroi indescriptible."

"J'ai laissé un message à ma compagne pour lui dire adieu..."

Simplement équipés de leur arme de service et d’un gilet pare-balles léger, les deux policiers, qui comprennent qu'ils ont affaire à des terroristes lourdement armés, passent à l'action. Le commissaire aperçoit l'un des trois terroristes, qui marche sur la scène de la salle de spectacle, sa Kalachnikov pointée sur un spectateur. "Il est très posé, il a l'air très calme", témoigne le policier. "On engage le tir immédiatement. On tire jusqu'à ce qu'il tombe au sol. Dans la foulée, une explosion surgit. Là, on se rend compte qu'ils sont susceptibles de se faire exploser avec leurs ceintures."

Après avoir sauvé la vie du spectateur, un échange de tirs avec les autres terroristes s'ensuit. Le commissaire raconte ensuite. "On avait décidé, avec mon équipier, qu'on ne laisserait pas ces gens sans nous. J'étais persuadé de mourir ce soir-là. J'ai donc laissé un message à ma compagne pour lui dire adieu"

Finalement, les deux hommes parviennent à sortir de la salle pour rejoindre les renforts de la BAC qui viennent d’arriver. Ils entrent à nouveau dans la salle pour sécuriser le rez-de-chaussée. Les terroristes sont toujours retranchés à l’étage avec des otages. Puis ce sont les policiers de la BRI qui donneront l’assaut.

Le commissaire raconte qu'il n' pas eu de besoin d'aller voir un psychologue mais de s'exprimer. Il explique aussi que ses proche ne comprennent pas "qu'on puisse sacrifier sa vie pour sauver d'autres personnes". Prochainement, il doit revoir la personne à qui il a sauvé la vie sur la scène du Bataclan.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
05.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TRXTRX de Paris
- 16/12/2015 - 17:07
Mon accord avec les commentaires de LouisArmandCremet et Baliste
Mon accord avec les commentaires de LouisArmandCremet et Baliste.
Faute de connaître vos noms, Vous serez dans ma mémoire "le Commissaire et son Assistant du Bataclan".
Avec tout mon respect.
Christian Terraux.
pasdesp
- 15/12/2015 - 14:11
Bravo pour votre courage qui
Bravo pour votre courage qui force l'admiration.
M. Hollande continuerait vous à recevoir dans les meetings PS voire à l'Elysée des rappeurs eructant "Nique la police" ?
Kaliste
- 15/12/2015 - 13:41
Bravo
Merci de votre engagement. Ce sont des gens comme vous qui sauveront la société française. Comme il le dit lui même, peu de gens comprennent qu'il ait pris des risques.