En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 2 heures 33 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 3 heures 22 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 4 heures 51 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 6 heures 9 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 8 heures 29 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 10 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 13 heures 29 sec
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 2 heures 57 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 4 heures 8 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 5 heures 28 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 7 heures 52 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 10 heures 5 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 12 heures 10 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 12 heures 50 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 14 heures 42 min
Parlons d'avenir

Angela Merkel est favorable à une union budgétaire

Publié le 02 décembre 2011
La chancelière allemande souhaite l’instauration d’un nouveau plafond budgétaire européen, mais réitère son opposition aux eurobonds.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chancelière allemande souhaite l’instauration d’un nouveau plafond budgétaire européen, mais réitère son opposition aux eurobonds.

Trêve de paroles, il faut agir. A en croire Angela Merkel c’est imminent. La chancelière s’adressait vendredi matin aux parlementaires allemands au lendemain du discours de Nicolas Sarkozy à Toulon.

"Nous ne faisons pas que parler d'une union budgétaire, nous sommes sur le point de la réaliser"a affirmé la chef du gouvernement allemand. Cette union doit se construire "avec des règles strictes, au moins pour la zone euro", la principale de ces règles étant la mise en place d’un "nouveau plafond d'endettement européen" qui doit permettre "l’union de la stabilité".

Mais l'union budgétaire ne doit en aucun cas impliquer une mise en commun des dettes. Angela Merkel a donc répété son opposition à l’émission d’euro-obligations (ou eurobonds) par la BCE, une piste à laquelle Nicolas Sarkozy est lui favorable. Ce n’est pas là "une solution à la crise", a maintenu Angela Merkel.

Par ailleurs, la volonté d’union budgétaire d’Angela Merkel doit s’accompagner de sanctions automatiques si un État dépasse le maximum de déficit public fixé à 3% du PIB, ou la limite de 60% d'endettement par rapport au PIB, soit les critères de Maastricht que nombre d’Etats ont outrepassé en raison de la crise. La chancelière souhaite également introduire un recours devant la Cour de justice européenne en cas d'infraction budgétaire d'un État.

Enfin, elle a appelé à la patience pour résoudre la crise, jugeant que "celui qui réussit n'est pas forcément celui qui part le plus vite. C'est celui qui est conscient de ce qu'implique le fait de courir toute la distance".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 03/12/2011 - 20:38
J'attend toujours qu'un de ces beaux dirigeants hyper riches...
Montre l'exemple en baissant son salaire et ses bonis de moitié, (l'attraction du pouvoir est telle qu'il pourrait payer pour exercer ce pouvoir), puis qu'il baisse ses ministres hyper-payés de -40%, puis qu'il baisse ses députés surpayés de -30%, puis ses fonctionnaires de -20%, et ensuite tous les salaires du pays de -15%!
C'est la condition pour que les prix en Italie et en Grèce redescendent!
alankin
- 02/12/2011 - 12:36
merkel n'est pas à la hauteur...
quand on la voit faire la danse du ventre pour de petites combines électorales. Elle creuse la fosse dans laquelle tombera l'Europe dans quelques mois, après une balle dans la nuque. la BCE n'appartient pas plus à Merkel qu'aux autres pays. or il semblerait qu'elle pense le contraire : l'Euro serait la "chose" Allemande. Eh bien non.
Quand Angela ne pourra plus rien vendre en Europe, elle partira