En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Réponse du berger à la bergère

Manuel Valls dénonce les propos de Nadine Morano : "Marianne n'a pas de race, pas de couleur"

Publié le 30 septembre 2015
Le Premier ministre a mêlé les propos de Mme Morano à d'autres déclarations controversées de responsables ou d'élus de droite ou du Front national ces derniers mois, dont la "fuite d'eau" évoquée par Nicolas Sarkozy à propos des migrants.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre a mêlé les propos de Mme Morano à d'autres déclarations controversées de responsables ou d'élus de droite ou du Front national ces derniers mois, dont la "fuite d'eau" évoquée par Nicolas Sarkozy à propos des migrants.

La polémique déclenchée par les propos de Nadine Morano s'est invitée jusque dans l'Assemblée nationale, ce mercredi. Ericka Bareigts, députée socialiste de La Réunion, a condamné les mots de l'eurodéputée :"Pour moi, députée noire de la République, la France décrite par Mme Morano, n'est pas la mienne". Ses propos ont, eux, été salués par une double ovation debout des bancs de la gauche, mais aussi les applaudissements d'une partie de la droite. "Cet épisode n'est que la suite d'une longue série de dérapages qui, de Patrick Devedjian à Laurent Wauquiez, de Christian Estrosi à Nicolas Sarkozy, a conduit une partie de la droite française à faire sauter toutes les digues au mépris de son histoire", a dit l'élue, refusant "que la haine de l'autre devienne le refrain entêtant du débat public".

"Oui, Madame, Marianne n'a pas de race, pas de couleur, et aujourd'hui, Marianne, vous l'avez incarnée", a salué le Premier ministre à l'adresse de la députée socialiste de La Réunion. Et d'insister : "Il y a aujourd'hui dans notre pays une course effrayante, une surenchère à l'extrême droite". Manuel Valls dénonce donc les propos de Nadine Morano mettant en garde "de la manière la plus solennelle ceux et celles qui se livrent à cette surenchère" et prévenant qu'il ne tolèrerait "jamais ces outrances".

Et le chef du gouvernement de pousuivre en déclarant savoir "toute l'émotion qu'ont provoquée à la Réunion, dans nos outre-mers, mais tout simplement en France, des propos insupportables". "Et je me félicite que des décisions soient prises à l'égard de celle qui a prononcé des propos intolérables", a-t-il ajouté. Une référence à l'éviction de Nadine Morano de la liste de la droite dans le Grand Est pour les élections régionales, décidée mercredi par Nicolas Sarkozy.

Manuel Valls, s'il est d'accord avec le geste de Nicolas Sarkozy, ne l'est pas quant aux paroles prononcées par l'ancien chef de l'Etat et les condamne. "Quand on parle de 'race blanche', quand on va chercher sa doctrine dans les écrits de M. Buisson, quand on parle de 'fuite d'eau', quand on parle du 'danger' de 'millions' de migrants, quand on veut trier en fonction de la religion (...) on fracture le pays, on n'est pas à la hauteur, on tourne le dos à ce que sont les valeurs de ce pays".

Nadine Morano a réagi dans de nombreux médias et comme elle a pris l'habitude, également sur Twitter :

je m'étonne de l'annonce d'une décision d'éviction sans que la Commission Nationale d'investiture ne se soit réunie...#démocratiedeslr ?

— Nadine Morano (@nadine__morano) 30 Septembre 2015
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 01/10/2015 - 12:30
Pas de race ? Pas de couleur ??????
c'est quoi alors ?
Un fantôme, un spectre, une invention ???

Un leucoderme de culture grec- latine et judéo chrétien (non mais !!)
zouk
- 01/10/2015 - 12:27
Réponse à Manuel Valls
Mais Marianne a une histoire, de plus de 2000 ans. Que pèsent les illuminations bien pensantes nées hier? Si N. Morano a bien parlé de race, a-t-elle suggéré une quelconque supériorité d'une race sur une autre?
MONEO98
- 01/10/2015 - 11:49
question de vocabulaire
Ayant été censuré pour avoir cité le grand Larousse version 1963 ,'article lui ayant immédiatement disparu (dangereux de garder des versions historiques du grand larousse illustré) je propose aux contributeurs et abonnés d'Atlantico pour éviter des ennuis linguistiques de parler en utilisant désormais les termes suivants
Mélanodermes, Xanthoderme et Leucoderme .ainsi nous pourrons dire
en conformité de notre histoire dire que notre pays à l'origine est leucoderme de civilisation païenne et judeo chrétienne... je compte sur vous