En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Grand écart de chiffres

Pour Bernard Cazeneuve, seulement "20% des étrangers déboutés de leur demande d'asile" restent en France

Publié le 20 juillet 2015
Invité de France Inter, le ministre de l'Intérieur s'oppose aux chiffres alarmistes de la Cour des comptes concernant l'immigration.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Invité de France Inter, le ministre de l'Intérieur s'oppose aux chiffres alarmistes de la Cour des comptes concernant l'immigration.

Quelle est la véritable situation de l'immigration en France ? Difficile de se faire une idée claire. Le gouvernement va présenter deux textes sur le sujet pour tenter d'accélérer les reconduites à la frontière et améliorer le droit d'asile. "Nous avons présenté deux textes de loi : le premier sur l'asile et l'autre sur le séjour" a explique Bernard Cazeneuve sur France Inter. "L'asile a une logique propre, nous devons pouvoir accueillir tous ceux qui relèvent du statut de réfugiés dès lors que les conditions sont réunies et si elles ne sont pas réunies, nous devons pouvoir procéder à la reconduite à la frontière de ceux qui ne peuvent pas bénéficier du statut de l'asile et ne peuvent pas non plus bénéficier du droit au séjour" affirme-t-il. "Plus le temps de traitement des demandeurs d'asile est long, moins il est possible dans des conditions humaines de procéder à la reconduite à la frontière.
C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de ramener de 24 à 9 mois le délai de traitement de l'accès à l'asile."

Un récent rapport de la Cour de comptes avait créé une vive polémique, affirmant que  99% des gens déboutés de leur droit d'asile ne quittait pas le territoire. "Ce chiffre n'est pas exacte" affirme le ministre. "Je pense que le bon chiffre est autour de 20%, ce qui n'est pas bon du tout. Il faut que nous améliorons les conditions de reconduite."

Le ministre de l'Intérieur est, par ailleurs, revenu sur une autre polémique très chaude, celle de l'aéroport Notre-Dames-des-Landes. "Les contestations se sont exprimées. Il y a eu des recours. La justice a tranché, le projet doit avancer" a-t-il tranché, laissant entendre que l'expulsion des opposants était envisageable. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Henrik Jah
- 20/07/2015 - 21:37
Quel menteur
La Cour des Comptes a pour habitude d'émettre des avis très pertinents au regard des chiffres, ils sont très professionnels et très compétents. Mais pour Cazeneuve, 1+1 font certainement 11...
langue de pivert
- 20/07/2015 - 17:59
Pas la peine de laisser votre adresse ! ☺
Caseneuve me fait penser à Daniel Vaillant (l'avant-avant-dernier socialiste ministre de l'intérieur) Dans le monde du travail - qui ne fait guère de cadeau - on appelle ça des "dort en chiant" ! Vite catalogués ils sont "remerciés" avant la fin de la période d'essai !
vangog
- 20/07/2015 - 17:30
"Je pense que le chiffre est autour de 20%"...
Selon la CIMADE ( association gauchiste d'aide aux clandestins), ce sont 10% des déboutés qui sont renvoyés...et selon la Cour des comptes, ce sont 1% (énorme!) qui sont renvoyés! Quand ces clam pins comprendront-ils que, pour maîtriser un problème, il faut des chiffres fiables et, donc, ne pas interdire les statistiques sur ce droit d'asile qui sert de fourre-tout pour les passeurs maffieux alliés aux immigrationistes gauchistes camouflés en faux bénévoles subventionnés par l'état. Parceque, non contentes de pourrir la vie des Francais, ces associations mafieuses gauchistes réclament toujours plus de subventions...dehors!