En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Débat

Alcool : le gouvernement ne veut pas revoir la loi Evin malgré les pressions du Sénat

Publié le 08 juin 2015
Alcool à la publicité : le gouvernement ne veut pas revoir la loi Evin malgré les pressions du Sénat
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alcool à la publicité : le gouvernement ne veut pas revoir la loi Evin malgré les pressions du Sénat

La loi Evin, de nouveau sur la table. Alors que le Sénat tente d'assouplir les règles encadrant la publicité des alcools et notamment du vin, le porte-parole et ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est déclaré "pour le statut quo" sur cette fameuse loi, vieille de 25 ans. Appui des viticulteurs, le ministre devait faire avec la position de la ministre de la Santé Marisol Touraine qui reste attachée au maintien de cette loi, censée lutter contre le tabagisme et l'alcoolisme.

Le 3 juin dernier, les sénateurs de tous les bancs ont adopté un amendement de la loi Macron pour différencier "l'information et la publicité sur le vin." Une différence subtile. "Il faut faire très attention aux équilibres de la loi Evin", a souligné Stéphane Le Foll sur France Inter. "Dès qu'on rouvre ce débat, quelles sont les limites qu'on met ?"

"Plus de vingt ans après son adoption, la loi Évin est devenue source d'insécurité juridique, donc de complexité, à la fois pour les filières productrices de boissons alcooliques, pour les annonceurs, pour les médias, mais aussi pour nos territoires", a déclaré, de son côté, la sénatrice UMP Élisabeth Lamure à l'AFP. Dans ce bras de fer, l'Assemblée nationale aura tout de même le dernier mot.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LouisArmandCremet
- 08/06/2015 - 12:39
Stupide...
Cette loi arrive à un résultat stupide et absurde où les grandes marques d'alcool fort, arrivent à faire de la pub en 4 par 3 et où les viticulteurs ne peuvent pas aussi facilement...
Tout le monde sait que cette histoire, comme celle de la suppression des droits de bouilleurs de cru, ne servait pas à lutter contre l'alcoolisme mais à favoriser les grands groupes des spiritueux et à obtenir des revenus supplémentaires sous forme de taxes pour le gouvernement !