En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Réclamations

Burn out : des députés PS demandent sa reconnaissance comme maladie professionnelle

Publié le 08 décembre 2014
Selon une récente enquête de Cegos, le "burn out" ou sentiment d’épuisement psychique lié aux conditions de travail touche aujourd’hui un salarié français sur quatre au cours de sa carrière.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une récente enquête de Cegos, le "burn out" ou sentiment d’épuisement psychique lié aux conditions de travail touche aujourd’hui un salarié français sur quatre au cours de sa carrière.

Serait-ce le mal du 21ème siècle ? Selon une récente enquête de Cegos, le "burn out" ou sentiment d’épuisement psychique lié aux conditions de travail touche aujourd’hui un salarié français sur quatre au cours de sa carrière. Dimanche 8 décembre, dans une tribune publiée par le JDD, une trentaine de députés PS ont donc demandé la reconnaissance de ce phénomène comme maladie professionnelle. "Nous demandons la reconnaissance de l'épuisement comme maladie professionnelle", ont écrit les élus, ajoutant : "Cette reconnaissance est indispensable pour faire que les effets de l'épuisement nerveux au travail soient à la charge de ceux qui en sont responsables, c'est-à-dire les employeurs".

Les députés signataires proposent donc de faire "basculer le financement" de ce syndrome d’épuisement professionnel "sur la branche Accident du travail et maladie professionnelles financée par les cotisations patronales à 97%". Ils suggèrent également d’inscrire la "dépression consécutive à un épuisement profond"et le "stress post-traumatique au travail" au tableau des maladies professionnelles.  

A l’heure actuelle, le régime de la Sécurité sociale finance un congé maladie ou un temps partiel thérapeutique d'un employé souffrant du stress au travail. Mais seuls quelques dizaines de cas par an voient leur syndrome d’épuisement reconnu en tant que maladie professionnelle. Celle-ci entraine une incapacité permanente de plus de 25% des cas. Par ailleurs, la définition clinique de syndrome "d’épuisement professionnel" est floue : on parle d'une immense fatigue et la sensation d’être "vidé",associée à des douleurs physiques ou des manifestations de stress et d’angoisse.

 

Vu sur : Lu sur BFMTV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/12/2014 - 12:16
Je propose de reconnaître le "socialisme"...
comme grave maladie professionnelle de nos politiciens. Cette maladie s'attrape à l'ENA, qui réclame une dératisation d'urgence, et se communique de proche en proche, d'un simple regard: " tu en es? Non, et toi? Oui, alors, dépêche-toi..." Éradiquons l'Ebola socialiste!