En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 3 min 30 sec
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 40 min 24 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 2 heures 53 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 2 heures 54 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 2 heures 59 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 19 heures 21 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 17 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 2 heures 55 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 2 heures 59 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 20 heures 5 min
© Capture Twitter
© Capture Twitter
250 jours après

Manuel Valls au JT de France 2 : la gauche loue son discours rassembleur, la droite raille un Premier ministre qui "se hollandise"

Publié le 08 décembre 2014
Le Premier ministre a tenté de rassurer sa majorité. Finies les déclarations d'amour au patronat, dimanche soir, il a tenté de mettre un coup de barre à gauche tout en défendant ses réformes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre a tenté de rassurer sa majorité. Finies les déclarations d'amour au patronat, dimanche soir, il a tenté de mettre un coup de barre à gauche tout en défendant ses réformes.
  • Manuel Valls a déclaré dimanche sur France 2 qu'il irait "jusqu'au bout" du quinquennat, en 2017
  • Il a évoqué aussi les réformes, la fiscalité, la loi Macron mais aussi le chômage et la croissance
  • "Le pacte de responsabilité sera une réussite. Il y a déjà six accords passé un et un qui vient d'être signé. Je suis convaincu qu'avant la fin de l'année, plus de la moitié des salariés seront concernés par ces accords."
  • "Nous voulons faire passer la loi de 5 dimanche travaillés à 12. Mais il faut des contreparties pour les employés"
  • "C'est quoi être de gauche ? C'est combattre les inégalités, c'est la justice sociale. Le combat de ce gouvernement c'est de faire en sorte que les inégalités reculent."

 

Manuel Valls était attendu au tournant dimanche soir lors de son interview au JT de France 2. Depuis des semaines, des rumeurs font état de son envie de départ de Matignon. Une rumeur balayée 5 minutes à peine après le début de son intervention. "Je suis là pour assumer ces responsabilités jusqu'à la fin du quinquennat. C'est ce que nous avons convenu avec le président de la République" a lancé le Pre mier ministre avant d'ajouter : "je ne suis pas un déserteur. Face aux difficultés du pays (...) je partirais pour préparer je ne sais quelle étape, je ne sais quel destin ? Non". 

Donné favori à gauche en cas de primaire pour 2017, Manuel Valls a tenu à réaffirmer sa "loyauté" à l'égard d'un chef de l'Etat handicapé par un niveau d'impopularité historique. Le chef du gouvernement donc mis les choses au point. S'inquiétant de la démoralisation du pays, il a ensuite voulu défendre ses réformes. "Je suis convaincu que le pacte de responsabilité sera une réussite. Il y a déjà six accords passé un et un qui vient d'être signé. Je suis convaincu qu'avant la fin de l'année, plus de la moitié des salariés seront concernés par ces accords" a-t-il dit, rompant avec le pessimisme récemment exprimé par son ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

Manuel Valls a ensuite évoqué les 35 heures et a tenté de clore le débat. "Les 35 heures ont beaucoup évolué. Même la droite n'est pas revenue dessus. N'ouvrons pas de faux débats, il n'y aura pas de remise en cause de la durée légale du travail. D'ailleurs, la durée effective du travail en France est de 39 heures, supérieure à celle de l'Allemagne" a-t-il soutenu. Il n'y aura pas de remise en cause. Quid du travail du dimanche, sujet très discuté au sein même de sa majorité. Là aussi, le Premier ministre reste ferme et veut appliquer ce qu'il y a dans la loi Macron. "Nous voulons faire passer la loi de 5 dimanche travaillés à 12. Mais il faut des contreparties pour les employés. C'est important. Il faut également réfléchir sur les zones et voir en fonction des zones touristiques comme Paris" a indiqué le chef du gouvernement.

Mais au-delà de la défense de son bilan et de ses projets, Manuel Valls a endossé la tenue du "rassembleur". A plusieurs reprises, le Premier ministre a mis en garde contre les sujets qui divisent. "Faisons attention à ne pas nous diviser" a-t-il expliqué ajoutant : "ce n'est pas ce que demandent les Français. Il y a suffisamment de sujets graves".

Une intervention raillée par l'UMP. Le parti d'opposition dans un communiqué a critiqué l'absence de "proposition concrète" et de "perspective de redressement". "Manuel Valls a agité les mots et accumulé les phrases sans admettre que notre pays est aujourd'hui, hélas, victime d'un triple record : chômage à un niveau jamais atteint, dépense publique qui continue à progresser et impôts à un seuil en 2014 jamais connu (...) Au total, aucune initiative nouvelle, aucune proposition concrète" dénonce le communiqué.

Xavier Bertrand a estimé ce lundi sur RTL que le Premier ministre a "eu un brevet de politicien type. On a deux François Hollande à la tête de l'Etat. Il ne se passera plus rien jusqu'à la fin du quinquennat. Il pense à plaire au président. Il n'y aura plus de réforme d'ici la fin du quinquennat. Il est frappé de Hollandisme". 

Pour Rachida Dati, cette interview n'a pas été un franc succès. "Je l'ai trouvé un peu pathétique cette interview" a-t-elle dit sur i>TELE ce lundi matin. "Il vient au journal de 20h, dans un contexte économique extrêmement dégradé, avec des résultats qui ne sont pas à la hauteur de la 5e puissance que nous sommes, il est venu simplement, comme c'est un adepte des déclarations d'amour, renier les déclarations d'amour qu'il avait faites avant au patronat, aux uns et aux autres" a-t-elle ajouté. "Il est venu simplement faire une déclaration d'amour à la gauche, même pas à la gauche de la gauche, à la gauche, parce qu'il a besoin de rester à Matignon, il est venu hier dire: "je vous en supplie, laissez-moi à Matignon"" a conclu l'eurodéputée.

Un #20H pour rien. @manuelvalls sans énergie, laborieux, semble résigné. Il ne dit rien si ce n'est quelques poncifs! #inquietant

— Franck Riester (@franckriester) 7 Décembre 2014

 

@itele "Manuel Valls fonctionne comme François Hollande, il est dans l'incantation "

— Sébastien Huyghe ‏ن (@SebastienHuyghe) 7 Décembre 2014

L'UDI par la voix de Philippe Vigier a tancé le manque de nouveauté chez le Premier ministre.

Manque de souffle, aucune annonce. Manuel Valls se renie notamment sur le temps de travail. Rien de neuf pour l'avenir du pays. #france2tv

— Philippe Vigier (@VigierPhilippe) 7 Décembre 2014
 

A gauche, plusieurs personnalités ont pris la défense de Manuel Valls. Ce lundi matin sur France Info, Bernard Cazeneuve a jugé que le Premier ministre avait rempli son rôle.Je ne sens pas le Premier ministre fragilisé. Je le sens dans une volonté de réformer le pays. Cela implique un cap et le Premier ministre l'a magnifiquement incarné hier soir".

Pour Didier Guillaume, président du groupe PS au sénat, le Premier ministre "a exprimé ce soir un message clair, faire réussir la France. Il a ainsi confirmé les priorités du gouvernement pour l'année qui vient, poursuivre une lutte résolue contre le chômage, maintenir le cap du redressement économique du pays, engager notre société dans la transition énergétique. Je salue ses réponses sans tabou qui sont en adéquation avec les attentes légitimes des Français. L'heure est à la construction de l'avenir, le temps est au rassemblement de la majorité présidentielle. Elle doit réformer utilement la France pour lutter contre les inégalités et protéger les Français des crises qu'ils traversent. L'unité des socialistes est une pierre indispensable à la réussite des réformes, c'est à nous parlementaires de la réaliser".

Un avis qui n'a pas été partagé par Jean-Luc Mélenchon. Dans un tweet, le leader du Front de gauche juge que la politique du Premier ministre n'est pas de gauche.

#Valls l'extraterrestre est reparti dans sa soucoupe volante. Son avatar est hors d'usage. Il dit que sa politique est de gauche...

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 7 Décembre 2014

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
janckroirien
- 08/12/2014 - 23:30
C'est très bien
qu'il continue comme ça il arrivera plus vite au fond du fond entraînant avec lui toute la clique socialo !
Anguerrand
- 08/12/2014 - 14:36
Valls hollandisé
C'est à dire le néant intégral, l'indécision totale, et les 35 heures un atout pour la France?
Gémap
- 08/12/2014 - 13:04
Valls
Il a maquillé ses propos comme il s'est maquillé la figure, une vraie coquotte.