En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

04.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 6 heures 3 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 7 heures 21 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 7 heures 54 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 10 heures 59 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 13 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 6 heures 14 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 7 heures 29 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 8 heures 7 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 3 heures
Agacement

Jean-Christophe Cambadélis : "PS, cela veut dire Parti socialiste... et pas PlayStation"

Publié le 24 octobre 2014
Après les remous au parti ces derniers jours, le premier secrétaire du PS souhaite calmer le jeu et l'affirme dans un entretien au Parisien ce vendredi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les remous au parti ces derniers jours, le premier secrétaire du PS souhaite calmer le jeu et l'affirme dans un entretien au Parisien ce vendredi.

Jean-Christophe Cambadélis en a assez. Le premier secrétaire du Parti socialiste est agacé par le spectacke que donne sa famille politique ces derniers jours. Après un appel solennel à l'unité lancé aux socialistes jeudi midi, il réaffirme son souhait de "calmer le jeu" ce vendredi dans un entretien au Parisien. Pour lui, "PS, cela veut dire Parti socialiste... et pas PlayStation". 

"Etre socialiste, c'est travailler pour rendre la société plus juste" rappelle-t-il avant d'ajouter que "cela nécessite certes le débat entre nous mais dans le respect. Je déplore cette règle du « je » qui valorise la petite phrase, les postures. Le PS est atteint de cette maladie de la vie politique contemporaine où le raisonnement, le respect, l'écoute sont évacués au profit de la pique blessante".

Puis le premier secrétaire du PS monte le ton disant : "je n'accepte pas cette situation, surtout au moment où le FN est si fort". "La montée du FN est aussi dans les têtes. La zemmourisation du débat qui déconstruit la République nous guette. La fraternité n'y a plus de raison d'être. Les années 1970 sont derrière nous" estime-t-il. Interrogé sur les propos de Manuel Valls qui juge que la gauche ne doit pas être passéuste, "Camba" montre au créneau. "Aucun socialiste n'a les neurones dans les années 1960. Ni d'ailleurs dans les années 2040. Je refuse de trancher entre les prétendus archaïques et les prétendus modernes. Je ne crois pas à un schisme au sein du PS. Il n'y a pas deux courants irréconciliables qui mèneraient à la scission. Il y a la possibilité d'un dépassement pour un socialisme contemporain" analyse-t-il.

Le Premier secrétaire lance alors un appel au calme dans son parti. "Nous devons tous nous maîtriser. Il y a des moments pour tout : se parler, proposer, débattre et bosser. Là, c'est un moment où il faut bosser. Le gouvernement doit gouverner. Et le PS doit réfléchir. Arrêtez les querelles byzantines, les pronostics et les tactiques, consacrez-vous aux vrais problèmes" explique-t-il.

Car pour lui, "il faut être dans le moment présent. (...) Ne nous emballons pas, travaillons pour les Français, pour le reste... Calmos !" Jean-Christophe Cambadélis s'évertue donc à éteindre l'incendie au PS qu'il avait un peu rallumé cette semaine en critiquant Benoît Hamon et Aurélie Filippetti pour leur abstention sur le budget 2015.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires