En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
C'est fait
Destitution du chef de l'Etat : le projet de loi définitivement adopté par le Parlement
Publié le 22 octobre 2014
Le texte a été voté mardi 21 octobre par 324 voix pour et 18 contre, celles des 18 sénateurs communistes. Il doit désormais être soumis au Conseil constitutionnel avant d’être promulgué.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le texte a été voté mardi 21 octobre par 324 voix pour et 18 contre, celles des 18 sénateurs communistes. Il doit désormais être soumis au Conseil constitutionnel avant d’être promulgué.

Les modalités de destitution du chef de l’Etat ont été adoptées définitivement mardi 21 septembre au soir par le Parlement réuni en Haute Cour. La Constitution envisageait déjà, dans son article 68 révisé début 2007, une procédure de "destitution" par les députés et sénateurs. Toutefois, ces conditions d’application devaient être précisées dans une loi organique pour entrer en vigueur. Le projet de loi, déjà adopté par l’Assemblée décrit : "un cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat" qui pourrait déclencher la procédure de destitution du président de la République.

Le texte a été voté mardi 21 octobre par 324 voix pour et 18 contre, celles des 18 sénateurs communistes. Il doit désormais être soumis au Conseil constitutionnel avant d’être promulgué. "Le président de la République est une forme de monarque à durée limitée", "exonéré de tout contrôle démocratique", s’est insurgé Eliane Assassi au nom du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC). "Cette réforme était une promesse de Jacques Chirac de mars 2002", a, quant à lui, rappelé Jacques Mézard (RDSE, à majorité PRG). "Il s'agit de mettre fin à une polémique sur la responsabilité pénale du chef de l'Etat, qui ne sera jamais un justiciable comme un autre".

Rappelons toutefois qu'en cas de destitution, une nouvelle élection présidentielle aurait lieu et rien n'empêcherait alors le chef de l’Etat révoqué de se présenter à nouveau et d'être réélu... 

Vu sur : Lu sur RTL
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
05.
Faut-il se résoudre à une situation à l’israélienne alors que le Sahel tend à devenir un nouvel Afghanistan ?
06.
La République des taxeurs fous se porte bien
07.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benino
- 03/11/2014 - 18:03
Zigou Zag va s'en aller, bientot
Pas la peine de faire une loi inapplicable, Le triste Poet Poet s'en retournera a Tulle au début du printemps, foi de benino ! Voyez sa trombone d'apparatchik communiste, il n'en peut plus, lui qui n'a jamais travaille. Le pauvre homme, il va maintenatrofiter de sa fortune et se lever tard, manger des chouquettes et draguer les minettes.
vangog
- 23/10/2014 - 00:15
Non, c'est socialiste...donc impossible!
...un peu comme le Référendum d'initiative populaire: vous en avez vu la queue d'un depuis qu'il a été voté? Non! Pourquoi?...Car il a été créé avec suffisement de contraintes qu'il devient impossible à mettre en œuvre, et seulement réservé à une nomenklatura de syndicats et d'associations qui n'ont aucun intérêt à le mettre en œuvre, sauf à mettre en danger leur petit pouvoir...
Idem pour la destitution Présidentielle...trop verrouillée, trop exceptionnelle, trop dangereuse pour le pouvoir de ceux qui pourraient la décider...
C1iD
- 22/10/2014 - 08:02
Enfin
"un cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat"
Donc c'est bon, on peut lancer la procédure dès maintenant?