En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français et leur voiture... le désamour

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 15 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 5 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 8 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 6 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
En tournée

Nicolas Sarkozy à Toulouse : "Je veux rassembler, pas de sectes, pas de clans, je veux une famille"

Publié le 09 octobre 2014
L'ancien président de la République qui n'a pas été interrogé sur les affaires le menaçant, en a profité pour critiquer le gouvernement et mettre en garde Marine Le Pen.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien président de la République qui n'a pas été interrogé sur les affaires le menaçant, en a profité pour critiquer le gouvernement et mettre en garde Marine Le Pen.

La campagne du candidat Sarkozy à la présidence de l'UMP se poursuit. Après Lambersart, Troyes, Vélizy, l'ancien chef de l'Etat faisait un crochet par Toulouse mercredi soir. Réitérant la méthode des questions-réponses dans une salle pleine à craquer et toute acquise à sa cause, l'ex-président n'a cessé de renouveler les appels au rassemblement. Pour lui, la victoire de la droite en 2017 passe par là. Car oui, Nicolas Sarkozy, ce n'est pas une surprise, se projette bien au-delà de l'élection du président de son parti. Même s'il ne l'a pas dit ouvertement, son discours avait des accents de candidat à la présidentielle de 2017.

"Nous allons recommencer la longue marche que nous devons à notre pays. Ici, nous souffrons tous de voir la situation de la France qui va quémander à notre partenaire allemand d'aller moins vite, parce qu'on n'arrive pas à suivre" a-t-il d'abord expliqué. Puis il a évoqué le général de Gaulle et "ce qu'il a fait pour la France", comparé à "la situation d'humiliation" actuelle d'un pays, qui "attend de voir si la Commission de Bruxelles va accepter ou non un budget si mal préparé". 

Nicolas Sarkozy enchaîne en critiquant le gouvernement et les socialistes qui ont une "détestation de tout ce qui brille et de tout ce qui marche". Puis il s'est attaqué à Cécile Duflot, qu'il a de nouveau qualifié de "plus mauvaise ministre du pays". Christiane Taubira en a également pris pour son grade, l'ex-président l'attaquant sur son projet pénal. Au passage, l'ancien chef de l'Etat a mentionné qu'il fallait réécrire la loi Taubira sur le mariage pour tous et supprimer "immédiatement la nouvelle carte électorale des régions".

Il s'en est ensuite pris à Marine Le Pen. "Je ne prendrai pas de leçons de Mme Le Pen, qui a fait le choix conscient et inadmissible de donner un coup de main à François Hollande en 2012" a-t-il expliqué sous les ovations de la foule. Une foule qui a pu réentendre un énième message de rassemblement. "Depuis deux ans et demi, je nous vois nous détester, nous détruire, nous diviser. Je prends ma part de responsabilités" dans ces "bisbilles", a-t-il affirmé. Mais "ce n'était pas possible de rester à la maison. (...) Je n'avais pas le droit. C'était comme si je démissionnais. Pour lui, l'UMP doit être renouvelée "profondément". "Je veux rassembler. (...) Il n'y aura pas de tendances, pas de sectes, pas de clans. Je veux une famille", a-t-il conclu. Nicolas Sarkozy trace sa route, les militants en redemandent. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires