En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

07.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 20 min 46 sec
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 1 heure 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 3 heures 57 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 4 heures 9 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 5 heures 9 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 8 heures 1 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 52 min 33 sec
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 4 heures 1 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 4 heures 38 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 7 heures 5 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 8 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Le grand déballage se poursuit

Affaire Bygmalion : Lavrilleux dédouane Copé et met hors de cause Sarkozy

Publié le 25 septembre 2014
C'est en tout cas ce qui ressort des extraits des auditions du député européen et ancien directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 publiés par Le Monde ce jeudi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est en tout cas ce qui ressort des extraits des auditions du député européen et ancien directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 publiés par Le Monde ce jeudi.

A chaque jour son rebondissement. Les révélations autour de l'affaire Bygmalion se succèdent en effet à un rythme effréné depuis le début de la semaine. Ainsi, après les informations sur le rôle supposé joué par Nicolas Sarkozy ou celles concernant le comptable de la société de communication, ce jeudi, Le Monde publie de nouveaux extraits des auditions faites par l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Le protagoniste est cette fois Jérôme Lavrilleux, l'homme par qui le scandale est arrivé, entendu le 17 juin dernier par les enquêteurs. 

Ces documents montrent, selon le quotidien du soir, de quelle manière, selon le récit de celui qui était en 2012 le directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, a été prise la décision de faire prendre en charge par l'UMP des dépenses de l'équipe de campagne, sous la forme de fausses factures. Ainsi, au cours de son interrogatoire, à la question de savoir qui validait les dépenses du parti durant la campagne, Jérôme Lavrilleux répond : "C'était Fabienne Liadzé (directrice des ressources au sein de l'UMP et responsable du pôle finances durant la campagne, ndlr) et Eric Cesari (directeur général des services de l'UMP, ndlr). L'ordre des dépenses était transmis avec ces deux visas à Dominique Dord (trésorier de l'UMP, ndlr), qui effectuait le règlement".

Puis, il avoue aux enquêteurs avoir pris connaissance du dépassement des factures "entre le 6 mai et le 6 juillet 2012". Et, toujours selon Le Monde, le député européen de détailler : "Fin mai 2012, je crois, Eric Cesari et Fabienne Liadzé sont venus me voir dans mon bureau à l'UMP, à l'issue d'une réunion qu'ils ont tenue avec Guillaume Lambert et Franck Attal, pour parler des comptes de la campagne. Ils m'ont indiqué alors qu'il était impossible de mettre toutes les dépenses dans les comptes de campagne et qu'il faudrait donc ventiler les surplus sur le compte de l'UMP. Je ne sais pas qui a pris cette décision. J'avais un ordre de grandeur de dépassement mais pas le détail". On le voit au cours de son audition : Jérôme Lavrilleux désigne clairement Eric Cesari, l'ex-directeur général de l'UMP, comme un des hommes clés de ce système des fausses factures.

Selon les extraits publiés par Le Monde, lors de son audition, il va aussi quelque peu dédouaner Jean-François Copé puisqu'il indique ne jamais avoir avisé celui qui était à l'époque président de l'UMP de la rencontre entre les représentants de la société Event&Cie et les responsables du parti au sujet de cette "ventilation des factures".  "Je ne l'ai pas fait après y avoir réfléchi, car cela aurait mis Jean-François Copé dans une alternative impossible, laquelle alternative aurait été, si je l'en avais informé, de l'obliger à être soit complice soit responsable d'un événement politique majeur. J'ai estimé que le travail d'un directeur de cabinet était de protéger son patron" déclare-t-il aux policiers. Pour rappel, Jean-François Copé a toujours nié avoir eu connaissance du système de fausses factures avant sa révélation dans la presse, en mai 2014. Comme le rappelle le quotidien du soir, il a accusé des "collaborateurs"   d'avoir "abusé de [sa] confiance".

Et Nicolas Sarkozy dans tout ça ? Pour Jérôme Lavrilleux, l'ancien chef de l'Etat est totalement hors de cause. En effet, à la question de savoir si celui-ci, en tant que candidat, était informé du montage de fausses facturations, son ancien directeur adjoint de campagne certifie : "Je n'ai jamais évoqué ce sujet avec Nicolas Sarkozy. A mon avis, il est impossible qu'il en ait été informé". Il précise ensuite aux enquêteurs : "C'est justement pour éviter les conséquences politiques prévisibles que je n'en ai pas informé Jean-François Copé et que je n'ai jamais abordé la question avec le président Nicolas Sarkozy".

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 26/09/2014 - 09:11
QUAND LE VENT TOURNE LE BAS FRONT AMORCE UN VIRAGE IDEOLOGIQUE
Après un coup de barre à gauche maintenant il faut naviguer à droite puis au centre , diable bientôt il nous ferons croire qu'Antoine Pinay était plus à droite qu'eux .
Anguerrand
- 26/09/2014 - 06:09
À vangog
Pourquoi tant de mauvaise foi, des menaces de Copé et de NS c'est ridicule ,d'après vous ça consisterait en quoi? Rien de bien méchant mais vous devez bien trouver des pseudos arguments pour attaquer NS, sans la moindre preuve, comme d'habitude, pour vous tout est bon même des écrits de journaleux de gauche ( qui tiennent leur infos des juges du mur des cons) Vous avez par ailleurs oublié votre argument choc présent dans toutes vos intervention, vous avez oublié " UMPS" c'est grave ça d'oublier votre argument le plus "puissant", vous perdez la mémoire, il faudrait consulter!
Leucate
- 25/09/2014 - 19:01
L'UMP parti et l'UMP administration
Les deux ont un président commun, Copé, aujourd'hui c'est un triumvirat.
Il y a, c'est valable pour tous les partis, l'organisation politique avec son organigramme et il y a l'Administration au service du politique qui gère les biens immobiliers, les adhérents, les finances et le budget (l'argent rentre et est ensuite dépensé), tout ce qui concoure à la vie matérielle du parti au quotidien
Pour l'UMP, c'était 147 personnes commandés par un directeur général (Cesari) on y trouve donc également ceux cités dans l'article, Fabienne Ladzié du pôle finances et Dominique Bord le trésorier, qui reçoit les factures et ne les paye que si elles ont la double signature des deux précités.
Donc le président du Parti, comme n'importe quel dirigeant du public, privé, associatif, dirige deux entités, ce qui est politiques et ce qui est gestion administration.
Lavrilleux là-dedans est une pièce rapportée, c'est un politique dit cab de Copé, chargé des manifestations de la campagne présidentielle.
On ne me fera jamais croire que le directeur général de l'UMP, confronté à des problèmes financiers (le surcoût de la campagne présidentielle) n'en a pas parlé à son patron Copé.