En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 8 heures 47 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 9 heures 27 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 10 heures 53 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 16 heures 51 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 16 heures 54 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 9 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 10 heures 38 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 16 heures 51 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 16 heures 51 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 16 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Critiques à tout va

Affaire Bygmalion : Moscovici tire à boulets rouges sur Sarkozy

Publié le 08 juin 2014
Selon l'ancien directeur de campagne de François Hollande, Nicolas Sarkozy "ne pouvait pas être inconscient" qu'il menait en 2012 une campagne "très coûteuse".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'ancien directeur de campagne de François Hollande, Nicolas Sarkozy "ne pouvait pas être inconscient" qu'il menait en 2012 une campagne "très coûteuse".

L'affaire Bygmalion n'en finit plus d'avoir des remous. Depuis les révélations de Jérôme Lavrilleux, les choses se sont accélérées. Entre multiplication des perquisitions et démission de Jean-François Copé, ce scandale est sur deux volets : l'un politique et l'autre judiciaire. Mais cette affaire pourrait avoir des répercussions encore plus importantes. En effet, les déclarations de l’avocat de l’agence de communication et de celles de Jérôme Lavrilleux, ex-directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, laissent entendre que cette affaire est avant tout celui des comptes de campagne de l’ancien chef de l’Etat. Point de vue sur lequel a été interrogé ce dimanche le député socialiste Pierre Moscovici. Sur Radio J, l'ancien directeur de campagne de François Hollande a vertement critiqué Nicolas Sarkozy.

"S'ils avaient voulu respecter les plafonds, ils auraient pu, personne n'est obligé de faire des fausses factures", a dans un premier temps  estimé l'ancien ministre. Puis, Pierre Moscovici a pris pour cible l'ancien président de la République. "Je pense qu'un homme politique de son expérience ne pouvait pas être inconscient, et d'autres autour de lui, que c'était une campagne très coûteuse", a –t-il déclaré. "Moi, plusieurs fois par semaine, je faisais le point avec le directeur administratif de la campagne, un préfet, les responsables de l'association de financement", a précisé celui qui fut le trésorier de la campagne de Lionel Jospin en 1995. "Quand nous allions trop vite, ils me disaient il faut ralentir", a-t-il relaté, assurant qu'en 2012, François Hollande "naturellement était informé des choses".

Pierre Moscovici ne s'est pas arrêté en si bon chemin dans les critiques à l'encontre de Nicolas Sarkozy. Toujours sur Radio J, le socialiste a tiré à boulets rouges sur un possible retour en politique de l'ex-chef de l'Etat. Il assure en effet que  ce "n'est pas ce qu'attendent les Français". "Je ne sens pas de nostalgie Sarkozy dans le pays", a-t-il insisté. "Il y a un paradoxe à voir un ancien président de la République (...) éventuellement reconquérir un parti pour éviter que ses rivaux s'affirment ou pour traiter je ne sais quel problème lié au financement de sa campagne présidentielle", a ajouté le député.

"Je vais vous donner mon sentiment: ça ne marchera pas parce que c'est décalé, les Français ont besoin d'une politique propre, éthique, qui se rénove, Nicolas Sarkozy n'incarne pas cela", a-t-il enchaîné, convaincu que Nicolas Sarkozy "aujourd'hui n'est pas une solution pour la France". A bon entendeur…

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 09/06/2014 - 06:42
élection
tout à fait d'accord avec "pourquoi pas" : DVD et passage en télé suffiraient largement. Autant d'argent économisé pour l'Etat et pour les militants.
quesako
- 08/06/2014 - 20:54
OK pour les comptes et il devrait se réjouir du retour de Sarko!
Si il n'était pas au courant on pourra toujours lui dire qu'il se moquait autant des déficits des comptes de sa campagne que de ceux de la France (dette énorme en 2012).
S'il était au courant Moscovici devrait se réjouir car les Français le sachant ne voteraient pas pour lui, faisant de lui le Berlusconi français !
assougoudrel
- 08/06/2014 - 19:46
C'est très rare de
voir quelqu'un d'aussi laid. La dernière fois que j'ai vu un homme légèrement moins vilain, c'était en 1962. Mes petits camarades et moi, traumatisés, avons pris nos jambes à nos cous, pour ne ressortir, avec la peur au ventre, que trois jours plus tard, car c'était la rentrée des classes. Il faut l'interdire de télévision. C'est ce qu'on appelle chez les vieux antillais "être laid comme un derrière gratté à deux mains".