En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 22 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 51 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 30 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 59 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 52 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 57 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 53 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 18 min
Nouveau scandale en perspective

Affaire Bygmalion : l'UMP soupçonnée de surfacturation et de conventions fictives

Publié le 15 mai 2014
Selon Libération, le parti aurait versé lors de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 près de 20 millions d'euros à une filiale de Bygmalion, agence de communication dirigée par des proches de Jean-François Copé.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Libération, le parti aurait versé lors de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 près de 20 millions d'euros à une filiale de Bygmalion, agence de communication dirigée par des proches de Jean-François Copé.

L'affaire Bygmalion rebondit. Et à moins de deux semaines des élections européennes,  l'UMP se retrouve à nouveau dans la tourmente. En effet, Le Point avait accusé le parti, en février, d'avoir surfacturé l'organisation de meetings de campagne de Nicolas Sarkozy à l'agence de communication Bygmalion. Informations que Jean-François Copé avait dénoncé  en assurant notamment qu'il s'agissait "de chiffres fantaisistes et des mensonges grossiers" pour "nuire à l'image de l'UMP et de ses dirigeants". A l'époque l'hebdomadaire avançait la somme de 8 millions d'euros de surfacturation. Mais en réalité, selon Libération le montant serait plus élevé.

En effet, le quotidien, dans son édition de jeudi, assure que l'UMP a versé pendant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 près de 20 millions d'euros à une filiale de Bygmalion. Autre problème avancé par Libération : certains de ces événements généreusement rétribués seraient fictifs. Expliquant avoir eu accès aux factures de la filiale Event&Cie, sur la période de janvier à juin 2012, le journal met notamment en avant les 12,7 millions d'euros versés par l'UMP pour au moins 55 "conventions thématiques" sur "80 événements".

Libération évoque entre autres une "conférence sur l'accès au crédit" qui aurait eu lieu le 30 mai 2012 (soit trois semaines après la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, ndlr), pour un coût total de 299 000 euros (incluant notamment 72 000 euros de vidéo, 66 000 euros de son et lumière et 21 000 euros de traiteur), et dont le principal intervenant aurait été, selon des factures d'Event & Cie, le député de Paris Pierre Lellouche. Or celui-ci ne s'y est pas rendu selon ses agendas et ses souvenirs.

"Je suis tout à fait étonné. En plus, le crédit n'est pas du tout mon thème de prédilection !", a-t-il réagi à Libération indiquant que le montant n'est compatible avec ses dépenses d'alors pour les législatives. "Tout ça ? Pour moi ? Le plafond des législatives n'excède pas les 45 000 euros par candidat, et l'UMP m'a donné, comme à tous les autres, 6 000 ou 7 000 euros, pas plus."

Toujours selon Libération, une conférence salle Gaveau le 14 avril 2012 aurait été facturée précisément 680 950 euros. Ou une autre le 2 mai de la même année, le jour du débat d'entre-deux-tours entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Consacrée à l'Europe, cette conférence aurait coûté 300 000 euros. Le quotidien cite également une "convention sur le terrorisme" à 300 000 euros, qui aurait donné lieu "à la publication d'un argumentaire de 4 pages".

Interrogé par Libération, Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé, a confirmé  l'existence de "80 événements" en 2012 et un chiffre global de 19 millions d'euros versés par l'UMP à Bygmalion pour cette même année. Il affirme avoir les preuves de la tenue de ces réunions sans accepter de les fournir au quotidien, qui évoque l'hypothèse de "frais de campagne déguisés". "Il n'y a rien de nouveau, on est transparent. C'est une manoeuvre grossière de séstabilisation dans une campagne électorale. A un moment, on dit stop, stop, stop !" a confié l'entourage du président de l'UMP au Parisien. Certains ténors de l'UMP ont choisi de ne pas commenter cette informtation. Valérie Pécresse a elle donné son impression ce jeudi matin sur iTélé (à partir de la 6e minute).

L'avocat de Bygmalion, Me Patrick Maisonneuve conteste quant à lui, "toute accusation de surfacturation" et "toute rétrocommission". 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 15/05/2014 - 10:23
Ils sont amusant les journalistes de Libération, ils sont
formatés encore à l'ancienne mode du KGB dénigrement avant les élections. Dès fois que les Français auraient oublié la pourriture de la Gauche. Heureusement que toute cette pourriture va disparaître car même avec les sous du Milliardaire de Numéricables (pour ne pas avoir trop de complication avec l'Etat honnête de Caton.) Le journal Libération est mort. Le sang des pays de l'Est qui est encore chaud permet qu'il bouge encore mais pas pour longtemps.
Gilly
- 15/05/2014 - 10:21
Le problème
La journaleuse fait un article mais déclare : "Je ne peux pas le prouver".
Je ne sais pas si l'info est vraie mais le journalisme devrait se baser sur des faits vérifiés et pas sur des rumeurs.