En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 5 heures 34 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 7 heures 7 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 9 heures 24 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 13 heures 16 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 13 heures 46 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 15 heures 6 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 16 heures 6 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 16 heures 20 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 6 heures 32 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 7 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 13 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 14 heures 24 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 15 heures 44 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 16 heures 29 min
Des mots

Manuel Valls détaille son plan d'économies de 50 milliards : avis de tempête au PS, la droite critique, colère des syndicats

Publié le 16 avril 2014
Sur la fond et sur la forme, les annonces du Premier ministre font des remous au sein de la classe politique. Et surtout au sein de la majorité.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur la fond et sur la forme, les annonces du Premier ministre font des remous au sein de la classe politique. Et surtout au sein de la majorité.

Les réactions de gauche comme de droite ont afflué après le discours de Manuel Valls ce mercredi matin. Le Premier ministre a détaillé son plan de 50 milliards d'euros d'économies. Dans sa déclaration à l'issue du conseil des ministres, il a précisé que 18 milliards d'euros d'économies seraient réalisés sur l'Etat, 11 milliards sur les collectivités territoriales, 10 milliards sur les dépenses de santé et 11 milliards sur les autres dépenses de sécurité sociale. Des annonces largement commentées.

Le PS et la gauche

"Le gouvernement a tenu sa parole. Le programme de réduction des dépenses qu'il a présenté ce matin ne sera ni un plan d'austérité ni une remise en cause de notre modèle social, mais la résultante d'une réforme en profondeur des structures de l'État, des collectivités et de la sécurité sociale. Ce programme assure la réalisation des trois objectifs de notre stratégie de redressement : la compétitivité aux entreprises, le soutien au pouvoir d'achat et la réduction des déficits. Il limite et répartit le plus équitablement possible les efforts demandés aux Français en garantissant l'avenir des services publics et des prestations sociales. Efficacité, justice, souveraineté. Ce programme d'économies et de modernisation de l'action publique est pleinement conforme aux valeurs de la gauche" a expliqué Bruno Le Roux, le chef de file des députés PS à l'Assemblée nationale.

D'autres députés socialistes ont paru très surpris des annonces de Manuel Valls tant sur le fond que sur la forme. Beaucoup n'étaient pas au courant que cette intervention aurait lieu ce mercredi. Sur le fond, ils critiquent la méthode du premier ministre.

"Le groupe socialiste a découvert dans un silence total les annonces du gouvernement. Inacceptables en l'état. Le fond et la forme. Sur la forme, on prend de vitesse la majorité parlementaire pour la mettre devant le fait accompli alors qu'on nous avait promis un dialogue en amont. Sur le fond, nous n'avons pas été élus pour organiser la perte de pouvoir d'achat des retraités, des fonctionnaires et des salariés qui bénéficient de prestations sociales" a écrit Christian Paul, un député PS proche de Martine Aubry sur son compte Twitter.

Michel Pouzol, député PS de l'Essonne parle de "méthode surprenante. Les députés socialistes découvrent en réunion de groupe via la télévision les décisions du gouvernement".

Le député de l'Essonne Jérôme Guedj a été interrogé par Le Figaro. "On nous avait indiqué que les annonces faites par Manuel Valls seraient discutées en amont avec les députés. Nous avons découvert sa prise de parole et le contenu des annonces en pleine réunion de groupe en allumant la télévision" dit-il.

Le PCF dénonce outre "les arbitrages" "à la marge" du Premier ministre décidés "sans consultation du Parlement et des partenaires sociaux", "le pacte de responsabilité", "gravé dans le marbre d'une austérité que surveillent de près la Commission européenne et le patronat".

Marie-Noëlle Lienemann, de l'aile gauche du PS, a indiqué que les annonces du Premier ministre allaient être "très défavorables aux classes modestes et populaires". 

Laurent Baumel, député socialiste d'Indre-et-Loire, a critiqué : "Figer les prestations sociales pour financer le pacte de responsabilité et la future distribution de dividendes: bonjour la gauche!"

Pour @jcmailly secrétaire général de @force_ouvriere, le discours de @manuelvalls est la marque d'une "aggravation de l'austérité".

— Nassira El Moaddem (@NassiraELM) April 16, 2014

#Valls fait l'huissier de la Commission européenne. La Commission a dit : "Vous paierez". Valls commence la saisie. #DirectPM #Austérité #UE

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) April 16, 2014

 

L'UMP et l'UDI

L'UMP a envoyé un communiqué pour réagir aux annonces de Manuel Valls : "Après deux ans d'errance totale en la matière, ce sursaut mériterait d'être salué, s'il n'était pas dicté par l'urgence et s'il ne révélait pas l'absence totale de vision stratégique et politique. (...) Cette annonce est un pêle-mêle de mesures disparates, à l'efficacité incertaine. Les décisions du premier ministre ne relèvent pas d'un plan de long terme de réduction durable des dépenses : il s'agit de mesures rustines qui ne changeront rien à la tendance dangereuse d'augmentation de la dépense publique. Il faut faire plus : le Gouvernement doit désormais s'attaquer à des décisions structurelles pour redéfinir le périmètre de l'Etat et ainsi soulager les entreprises et la société de son emprise sclérosante".

"Manuel Valls n'a fait que rejouer le discours de politique générale, avec l’austérité en plus", a réagi le patron du groupe UDI à l'Assemblée, Philippe Vigier.

"Je souhaite que tout cela réussisse pour notre pays mais je pense que, malheureusement, on s'inscrit dans une politique qui est celle du danseur de tango, un pas en avant, un pas en arrière" a expliqué Bernard Accoyer. 

"Manuel Valls esquive les réformes structurelles dont notre pays a besoin", a déclaré le député Hervé Mariton.

Eric Woerth a estimé sur BFMTV que les annonces de Manuel Valls n'étaient "pas des réformes structurelles". Parlant de Manuel Valls, il a ajouté que celui-ci se "venge sur le pouvoir d'achat des Français". "Monsieur Ayrault était trop mou et Monsieur Valls est trop brutal" a-t-il conclu.

Comment croire que Manuel Valls pourra tenir ses engagements sans vraies réformes structurelles permettant de dépenser moins?

— Valérie Pécresse (@vpecresse) April 16, 2014

 

Le Front national 

Florian Philippot a adressé un communiqué dans lequel il parle d'une "violence sociale de plus en plus insupportable". Il a regretté que "des millions de Français vont subir en conséquence un effondrement de leur niveau de vie. En gérant la pénurie plutôt que de se défaire des diktats de Bruxelles pour relancer la croissance et l’emploi, le gouvernement accroît partout l’injustice et la pauvreté".

Les syndicats

Jean-Claude Mailly de FO pense que les annonces de Manuel Valls vont "accroître la précarité et la pauvreté". "Le gel des prestations sociales, des retraites, des allocations familiales jusqu'en octobre 2015 constitue une programmation d'une baisse de pouvoir d'achat. De telles décisions vont pénaliser lourdement, notamment les plus défavorisés, et accroître les inégalités, la précarisation et la pauvreté et feront également glisser l'économie française vers la déflation. (...) Le report d'un an des mesures prévues dans le plan pauvreté est inacceptable",

Pour la CFDT, "il est hors de question pour la CFDT de réduire les droits des chômeurs". La centrale estime "inacceptable le gel du point d'indice des fonctionnaires pour une année supplémentaire. Au-delà du pouvoir d'achat se pose pour les agents de la fonction publique la reconnaissance de leur travail et du service qu'ils rendent".

Thierry Lepaon de la CGT juge que "ce gouvernement est dur avec les faibles et faible avec les durs. Les mesures annoncées sont régressives et visent à accompagner une stratégie d'austérité. (...) La politique brutale menée par Manuel Valls ne prend pas en compte les propositions qu'ont pu faire les syndicats".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires