En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Satisfaits

Manuel Valls : 55% des Français convaincus par son discours de politique générale

Publié le 12 avril 2014
C’est ce que révèle une enquête BVA publiée samedi par Aujourd'hui en France/Le Parisien et i>Télé-CQFD.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est ce que révèle une enquête BVA publiée samedi par Aujourd'hui en France/Le Parisien et i>Télé-CQFD.

Manuel Valls a réussi son grand oral. En tout cas aux yeux des Français, et c’est peut-être cela le plus important. En effet, un peu plus de la moitié (55 %) des Français estiment que le Premier ministre dans son discours de politique générale tenu mardi à l'Assemblée nationale a été convaincant, selon un sondage de BVA publié samedi par Aujourd'hui en France/Le Parisien et i>Télé-CQFD. 

Dans le détail, selon cette étude, 47 % l'ont trouvé "plutôt convaincant" et 8 % "tout à fait convaincant". À l'opposé, 30 % l'ont trouvé "plutôt pas convaincant" et 11 % "pas du tout convaincant". 4 % des personnes interrogées ne se sont pas prononcées. Le sondage montre que 77 % des sympathisants de gauche ont trouvé Manuel Valls convaincant et 36 % des sympathisants de droite. Selon Le Parisien, "le fait que Valls ne se contente pas de tracer des perspectives politiques mais annonce des mesures précises concernant la fiscalité des entreprises ou encore la réforme des collectivités locales a sans doute contribué à crédibiliser son propos".


Cette même enquête montre que six Français sur dix pensent que Manuel Valls sera "plutôt pas efficace" pour réduire le chômage et 56 % doutent de son efficacité pour "permettre plus de justice sociale". Mais les Français estiment que le Premier ministre n’est pas le décideur en dernier ressort. En effet, pour 63 % des sondés, la politique de la France est définie par le président contre 32 % qui pensent qu'elle le sera par le Premier ministre. Pour Céline Bracq, directrice de BVA Opinion interrogée par Le Parisien, cela veut dire que "l’image positive du Premier ministre peut avoir un effet réel sur le relèvement de l’exécutif, mais le bilan de la politique menée est et sera bien attribué majoritairement au chef de l’Etat." Reste à savoir combien de temps l’état de grâce va durer.

Ce sondage a été réalisé selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon de 974 personnes représentatif de la population française, recruté par téléphone et interrogé par Internet les 10 et 11 avril.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires