En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Nouveau rebondissement
Ecoutes de Sarkozy : "je peux prouver que je n'ai pas bénéficié d'information illégale" dit Thierry Herzog
Publié le 20 mars 2014
L'avocat de l'ancien président était l'invité d'Europe 1 ce jeudi matin.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'avocat de l'ancien président était l'invité d'Europe 1 ce jeudi matin.

Thierry Herzog riposte à tout va. Au cœur de l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy, l'avocat de l'ancien président multiplie les interventions afin de rétablir « la vérité » dans cette histoire. Ainsi, mercredi soir, il a adressé une lettre  au procureur de la République, François Molins, dans laquelle il dément s'être procuré illégalement le rapport de la Cour de cassation sur l'affaire Bettencourt. Concrètement, dans ce courrier, Me Thierry Herzog réfute s'être rendu coupable de trafic d'influence et explique avoir obtenu dans les règles ces informations issues de la Cour de cassation.

Invité ce jeudi matin d'Europe 1, Thierry Herzog a suivi la même ligne de conduite. Tout d'abord, il assure "n'être soupçonné de rien" avant de déclarer que "ce qui est important, c'est de dire que le droit et le respect du droit doit être le même pour tous". Une fois cela dit, l'avocat de l'ex-chef de l'Etat "appelle le procureur de la République à faire des rectifications, à dire que ce sont des informations inexactes qui circulent".

Dans son courrier adressé à François Molins, Thierry Herzog écrit : "Je suis en mesure de vous apporter la preuve que, dès le 27 janvier 2014 à 16 h06, ce rapport m'avait été adressé, par courriel, par mon avocat au conseil, maître Patrice Spinosi". En clair, selon Thierry Herzog s'il était en possession d'un rapport de la Cour de Cassation, c'était de manière légitime.  Ce jeudi, il a répété "je peux prouver que je n'ai pas bénéficié d'information illégale" et insisté sur le fait que, selon lui, "la retranscription de ces écoutes entre lui et Nicolas Sarkozy est totalement illégale et irrégulière".

"Il y a violation du secret de l'instruction" poursuit-il avant d'annoncer qu'il allait déposer une plainte en ce sens. "Je vais demander au procureur de la République d'enquêter sur cette affaire" tonne Thierry Herzog avant de s'interroger à voix haute : "Qui sont les auteurs de ces fuites ? Qui a remis à Médiapart les rapports tronqués publiés hier ?". Et d'affirmer : "Je pense qu'on devrait sans difficulté trouver les auteurs".

Interrogé ensuite sur sa sortie dans laquelle il qualifie les juges de "bâtards", l'avocat de Nicolas Sarkozy a reconnu qu'il s'agissait "de conversations téléphoniques dans lesquelles j'ai pu me lâcher". "Il ne vous arrive jamais d'avoir des propos qui dépassent votre pensée ?", a ajouté Me Herzog. Enfin, il a déclaré que ce qui "l'intéresse aujourd'hui c'est de dire que le secret professionnel a été volontaire et délibérément violé. J'attends la vérité, pas celle de Médiapart, mais celle de la justice". Et de conclure en donnant des nouvelles de Nicolas Sarkozy : "Il va très bien".


Juges "bâtards" : Me Herzog reconnaît qu'il s'est "lâché" by Europe1fr

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
04.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
05.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
07.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires