En direct
Best of
Best Of
En direct
Nouveau rebondissement
Ecoutes de Sarkozy : "je peux prouver que je n'ai pas bénéficié d'information illégale" dit Thierry Herzog
Publié le 20 mars 2014
L'avocat de l'ancien président était l'invité d'Europe 1 ce jeudi matin.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'avocat de l'ancien président était l'invité d'Europe 1 ce jeudi matin.

Thierry Herzog riposte à tout va. Au cœur de l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy, l'avocat de l'ancien président multiplie les interventions afin de rétablir « la vérité » dans cette histoire. Ainsi, mercredi soir, il a adressé une lettre  au procureur de la République, François Molins, dans laquelle il dément s'être procuré illégalement le rapport de la Cour de cassation sur l'affaire Bettencourt. Concrètement, dans ce courrier, Me Thierry Herzog réfute s'être rendu coupable de trafic d'influence et explique avoir obtenu dans les règles ces informations issues de la Cour de cassation.

Invité ce jeudi matin d'Europe 1, Thierry Herzog a suivi la même ligne de conduite. Tout d'abord, il assure "n'être soupçonné de rien" avant de déclarer que "ce qui est important, c'est de dire que le droit et le respect du droit doit être le même pour tous". Une fois cela dit, l'avocat de l'ex-chef de l'Etat "appelle le procureur de la République à faire des rectifications, à dire que ce sont des informations inexactes qui circulent".

Dans son courrier adressé à François Molins, Thierry Herzog écrit : "Je suis en mesure de vous apporter la preuve que, dès le 27 janvier 2014 à 16 h06, ce rapport m'avait été adressé, par courriel, par mon avocat au conseil, maître Patrice Spinosi". En clair, selon Thierry Herzog s'il était en possession d'un rapport de la Cour de Cassation, c'était de manière légitime.  Ce jeudi, il a répété "je peux prouver que je n'ai pas bénéficié d'information illégale" et insisté sur le fait que, selon lui, "la retranscription de ces écoutes entre lui et Nicolas Sarkozy est totalement illégale et irrégulière".

"Il y a violation du secret de l'instruction" poursuit-il avant d'annoncer qu'il allait déposer une plainte en ce sens. "Je vais demander au procureur de la République d'enquêter sur cette affaire" tonne Thierry Herzog avant de s'interroger à voix haute : "Qui sont les auteurs de ces fuites ? Qui a remis à Médiapart les rapports tronqués publiés hier ?". Et d'affirmer : "Je pense qu'on devrait sans difficulté trouver les auteurs".

Interrogé ensuite sur sa sortie dans laquelle il qualifie les juges de "bâtards", l'avocat de Nicolas Sarkozy a reconnu qu'il s'agissait "de conversations téléphoniques dans lesquelles j'ai pu me lâcher". "Il ne vous arrive jamais d'avoir des propos qui dépassent votre pensée ?", a ajouté Me Herzog. Enfin, il a déclaré que ce qui "l'intéresse aujourd'hui c'est de dire que le secret professionnel a été volontaire et délibérément violé. J'attends la vérité, pas celle de Médiapart, mais celle de la justice". Et de conclure en donnant des nouvelles de Nicolas Sarkozy : "Il va très bien".


Juges "bâtards" : Me Herzog reconnaît qu'il s'est "lâché" by Europe1fr

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Pourquoi la suppression de l’anonymat sur internet est une (très très) fausse bonne idée
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires