À Propos

André Nieoullon est professeur de neurosciences à l'université d'Aix-Marseille.

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses Contributions
Avancée scientifique

Une étude américaine montre que les douleurs nerveuses chroniques pourraient être traitées en “éteignant” le centre de la douleur dans le cerveau

Une étude menée par le Boston Children's Hospital et le National Institute of Mental Health vient d'être rendue publique. Un compte-rendu dans la revue Nature affirme que l'étude démontrerait que des neurones du cortex sensoriel du cerveau influenceraient la sensibilité au toucher.
17/09/2018 - 10h23
1 0
Bonne fête !

Journée mondiale des gauchers : faits scientifiques et idées reçues, voilà les vraies différences entre droitiers et gauchers

Lundi 13 août 2018, c'est la journée internationale des gauchers et une personne sur dix dans le monde est concernée (bonne fête à vous). L'occasion de revenir sur certaines théories et faits scientifiques sur la différence entre gauchers et droitiers.
13/08/2018 - 11h22
8 0
Hypothèses

Pourquoi les femmes sont plus touchées par les démences séniles et Alzheimer

Alors que les cas de démence (une catégorie large qui inclue les cas de maladie d'Alzheimer) touchent aujourd’hui environ 50 millions de personnes à travers le monde, ce chiffre pourrait atteindre 131.5 millions de personnes d'ici à 2050.
16/07/2018 - 10h46
0 6
Tous concernés

Alzheimer : pourquoi l’industrie pharmaceutique se désengage de la recherche sur un traitement

Après des dizaines d'années de recherches infructueuses, la communauté scientifique engagée dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer doit faire face au fatalisme et à un sentiment de découragement. Pour autant, les pistes restent nombreuses à explorer.
28/05/2018 - 07h45
0 5
Papy fait de la résistance

Avoir une vision positive de la vie permettrait de réduire les risques de démence

Selon une étude, les personnes âgées qui ont une vision positive de la vie (due notamment à une forte sociabilité) ont de meilleurs fonctions cérébrales que certains cinquantenaires, et moins de risques de démence. Avoir des amis pourrait donc être une condition nécessaire, mais pas suffisante, pour se garder en bonne santé mentale le plus longtemps possible.
25/02/2018 - 09h14
0 1
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours