En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
info atlantico
© Reuters
Mémorial improvisé pour les victimes des récentes violences en Ukraine.
Sondage Ifop exclusif
65% des Français opposés à une aide financière à l’Ukraine
Publié le 27 février 2014
Si la crise ukrainienne suscite de l'empathie au sein des Français, ceux-ci ne semblent pourtant pas près à porter la main à la poche pour aider l'ancien pays soviétique. C'est ce qui ressort d'une enquête Ifop pour Atlantico selon laquelle 67% des Français sont opposés à l'entrée de l'Ukraine dans l'Union européenne.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la crise ukrainienne suscite de l'empathie au sein des Français, ceux-ci ne semblent pourtant pas près à porter la main à la poche pour aider l'ancien pays soviétique. C'est ce qui ressort d'une enquête Ifop pour Atlantico selon laquelle 67% des Français sont opposés à l'entrée de l'Ukraine dans l'Union européenne.

Atlantico : Selon un sondage Ifop pour Atlantico, 65% des Français sont opposés à l'idée d'une aide financière apportée par la France et l'Union européenne à l'Ukraine, 67% sont contre une entrée du pays dans l'UE. Quelle est la portée de ces résultats ?

Jérôme Fourquet : Il y a deux dimensions. Il y a, d'une part, le regard porté sur la situation ukrainienne. On a vu que les images choquantes avaient ému la population française, il y a pu y avoir un élan de sympathie vis-à-vis de cette révolution. Pour autant, cette bienveillance ne va pas jusqu'à susciter un élan de générosité, tant en terme de soutiens financiers que d'ouverture des portes de l'Europe à cette nation qui campe à nos marches. D'autre part, on s'aperçoit que les Français sont très eurosceptiques et qu'ils sont très réticents à davantage d'avancée européenne. Même s'il y a un courant d'empathie vis-à-vis de l'Ukraine, quand on s'attarde à la situation française, il apparaît urgent pour une large part de nos concitoyens de ne pas rajouter de difficultés aux difficultés.

Les deux tiers Français sont ainsi opposés à un plan d'aide financière alors que l'on est "à chaud" : on aurait pu penser que le courant d'empathie serait plus fort. A l'inverse, en 2010, deux tiers des Français étaient favorables à un plan d'aide à la Grèce. On est dans des proportions exactement inverses. Comment peut-on l'expliquer ? Les Français considèrent peut-être que les Grecs sont plus européens que les Ukrainiens. Surtout, ce qu'il ne leur aura pas échappé, c'est que la Grèce fait partie de la zone euro et qu'il était dans l'intérêt de la France, même si c'était coûteux, d'aider l'un des "maillons faibles" pour éviter que tout l'édifice ne s'effondre. En outre, il y a eu un effet d'accumulation. Les Français ont été sollicités de nombreuses fois pour aider la Grèce, mais aussi le Portugal. Ils ont l'impression de payer sans cesse et que le retour sur investissement n'est pas évident : si la crise apparaît relativement sous contrôle, l'édifice européen ne semble pas délivrer toute une série d'avantages à notre pays.

(Cliquez sur les tableaux pour les agrandir)

Ces résultats s'inscrivent-ils dans un désaveu général du sentiment européen ou sont-ils vraiment liés au cas particulier de l'Ukraine ?

Les Français sont beaucoup moins disposés à aider l'Ukraine qu'ils ne l'étaient à aider la Grèce. Pour autant, ils sont beaucoup plus favorables à une entrée de l'Ukraine dans l'Union européenne qu'à une entrée de la Turquie. On est dans une série de cercles géographiques concentriques. LE premier cercle est la zone euro, et donc la Grèce. Ensuite il y a l'Europe culturelle, avec une communauté de références, de valeurs, auquel l'Ukraine, par certains aspects, ferait partie. Et puis il y a la Turquie, dont on évoque une entrée dans l'UE depuis beaucoup plus longtemps. On a ici une traduction de ce que l'on met derrière l'appartenance à l'Europe, notamment les références chrétiennes.

L'autre élément qui pourrait expliquer le refus de l'entrée de l'Ukraine dans l'UE, et encore plus de la Turquie, ce sont les disparités de niveau de vie qui sont perçues. On entend en permanence les problèmes liés au pays d'Europe centrale, avec les Roms, le dumping avec une fiscalité qui n'a rien à voir, etc. L'intégration de l'Ukraine ne serait aucunement comparable à l'entrée de la Slovénie dans l'UE, un petit pays relativement prospère de 2 millions d'habitants. L'Ukraine compte 45  millions d'habitants avec un niveau de vie plus proche que celui des Roumains ou des Bulgares que des Luxembourgeois ou des Français. La métaphore ou la grille d'analyse qui fonctionne est celle de la barque déjà très fortement chargée. On a accepté dans des périodes de bonne santé économique, un élargissement tout azimuts que l'on n'arrive pas à digérer aujourd'hui. Il y a des problèmes de gouvernance et de ressources et des disparités de niveau de vie. L'Europe est éclatée entre le Nord et le sud, mais aussi entre l'Est et l'Ouest.

Quand les Français voient leur intérêt et pensent au fonctionnement européen, ils estiment qu'il est utile d'attendre. L'argument qui voudrait qu'il faille aider maintenant les Ukrainiens, pour éviter qu'un pays aux portes de l'Europe n'entre dans une crise profonde, voire une guerre civile, à l'image de ce qui s'est passé en Yougoslavie avec tous les problèmes que cela a entraînés, notamment en matière de trafic d'armes ou de trafic d'êtres humains par exemple, n'est pas entendu.

(Cliquez sur les tableaux pour les agrandir)

Existe-t-il une vraie différence entre les sympathisants de gauche et de droite sur ce sujet ?

Sur l'entrée de l'Ukraine dans l'UE, quasiment un électeur de gauche sur deux y est favorable, contre seulement 25% à l'UMP. Le Modem et l'UDI sont plus ou moins au même niveau que la gauche. On voit donc réapparaître un vrai clivage européen au sein de la droite. Il y a un vrai différentiel à ce niveau-là. Néanmoins, même au sein des familles politiques très pro-européennes, UDI, Verts, l'électorat est coupé en deux sur la question d'une adhésion ukrainienne. Même pour eux, faire entrer dans l'union un pays de 45 millions d'habitants, avec toutes les difficultés qui sont les siennes, n'est pas la priorité des priorités. On a toute une tradition européenne de droite, atlantiste et anti-communiste. Mais aujourd'hui, l'électorat de base de l'UMP n'est pas du tout sur cette ligne. Celle-ci est réduite à portion congrue puisque seulement un quart des sympathisants est favorable à l'entrée de l'Ukraine dans l'UE. L'électorat de base, à trois-quarts, est plutôt sur une position souverainiste.

On a le même clivage concernant un éventuel plan d'aide à apporter à l'Ukraine : 55% au PS, 55% à l'UDI et 31% à l'UMP, et 10% au FN. L'UMP est donc vraiment entre l'UDI et le FN sur ces questions-là, mais avec une majorité qui penchent très largement dans le camp du non. Le centre de gravité s'est déplacé à droite, sur l'axe souverainiste et eurosceptique. On paye la crise de la zone euro qui a laissé beaucoup de traces mais aussi, avec retard, les conséquences de l'élargissement à l'Est au début des années 2000. L'entrée de la Pologne, de la Roumanie, des pays baltes, etc. est plus lourde que prévu à gérer. 


Méthodologie

Propos recueillis par Sylvain Chazot

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
opera
- 28/02/2014 - 20:16
quelques remarques en vrac :
- Quel credit accorder à des sondages sur 965 personnes de 18 à 34 ans
Apres 34 ans on a plus droit au chapitre?
- L'Ukraine n'a pas de ressources pétrolière ni de gaz . c'est le gazoduc russo-europeen qui traverse son territoire. Elle se sert au passage .
Elle a néanmoins un fort potentiel agricole et des ressources en fer et uranium .
- Avons nous encore besoin dans l'UE de 45 M de pauvres en plus , alors que nous croulons sous les dettes .
- On ne doit pas discriminer ce pays , mais arrêter toutes les aides à ceux qui ne se prennent pas en charge eux même.
Nous n'en avons plus les moyens .
euzkaleri
- 28/02/2014 - 08:45
corruption
vous pensez vraiment que nos dirigeants ne sont pas aussi corrompus qu'en Ukraine? Ils le sont tout autant!!!! aider l'Ukraine, bien sur, aprés les afriquains, les arabes etc. etc. aidons les: pendant ce temps là je vis avec une pension d'invalidité de 750€ aprés avoir travaillé et COTISE!!!
35 ans de ma vie. Alors continuons et nous français on créve de misère
vive les socialos!!!!! moi je sais qui voter aux prochaines élections!!! a vous d'en faire autant!!
vangog
- 27/02/2014 - 22:54
Les Russes ont les réflexes des vieilles dictatures
socialistes:
distribuer des passeports russes aux habitants de Crimée, afin de gonfler artificiellement la masse des russophones et faire pression sur l'Ukraine démocratique qui a vaincu ses tyrans.
On ne s'étonne plus qu'un ex-fasciste rouge comme Poutine ait été élu, si les pratiques de bourrages des urnes, intimidations et manipulations de la presse à la bonne vieille mode gauchiste ont subsisté après la chute du mur de la honte socialiste...