En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
 L'opposante Ioulia Timochenko a été libérée.
Guerre ou paix

L'Ukraine tiraillée : pourquoi une partition raisonnable à la tchécoslovaque est possible… mais improbable

Publié le 25 mars 2014
Une nouvelle ère a commencé dimanche en Ukraine après la destitution du président Viktor Ianoukovitch et la libération de l'opposante Ioulia Timochenko. Une situation qui relance la question d'une séparation du pays.
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle ère a commencé dimanche en Ukraine après la destitution du président Viktor Ianoukovitch et la libération de l'opposante Ioulia Timochenko. Une situation qui relance la question d'une séparation du pays.

Atlantico : Alors qu'une une nouvelle ère a commencé dimanche en Ukraine après la destitution du président Viktor Ianoukovitch et la libération de l'opposante Ioulia Timochenko. Cela relance ainsi la  séparation prochaine du pays. Une sortie de crise pacifiste à la tchécoslovaque est-elle possible ? A quelles conditions ?

Guillaume Lagane : Effectivement la question de la division de l'Ukraine se pose aujourd'hui. La situation semble un peu inversée par rapport à quelques semaines auparavant, où l'on se demandait si ce n'était pas l'Ouest du pays qui allait faire sécession pour résister à la partie russophone et à sa volonté d'intégrer la zone d'influence de Moscou. Aujourd'hui la situation est un peu renversée. La capitale Kiev est sous la domination des révolutionnaires pro-occidentaux, et Ianoukovitch ainsi que ses alliés semblent s'être réfugiés à Kharkov dans l'Est, ou en Crimée où il a une résidence. Du coup, cela relance la question de la séparation du pays, mais cette fois à l'initiative de l'Est qui souhaiterait, soit refuser la légitimité du pouvoir centrale, soit négocier une partition avec le maintien des liens privilégiés avec la Russie. On sait d'ailleurs que c'est une volonté qui est forte dans la région du Donbas, dans l'Est de l'Ukraine. Véritable zone industrielle, elle a des intérêts économiques important parce qu'elle exporte beaucoup vers la Russie. Sur le littoral sud, il y a la Crimée avec l'enjeu de la base de Sébastopol et la présence de populations russophones. C'est un scénario qui pourrait se dérouler, mais le scénario tchécoslovaque était marqué par un enchainement pacifique, il n'y a pas eu d'affrontements entre Tchèques et Slovaques, la division s'est faite à l'amiable, l'état d'esprit en Ukraine ne semble pas le même.

Ne peut-on pas espérer une entente politique consensuelle après les affrontements ?

Il est toujours difficile de savoir si on ne peut pas malgré tout trouver un consensus. Cependant, la révolution orange de 2004 s'était déroulée de manière complètement pacifique. De plus, on n'a pas non plus ici la Révolution de velours qu'avait mené Václav Havel et les leaders de la Tchécoslovaquie. On a au contraire des affrontements qui ont fait plusieurs dizaines de morts, principalement du côté des révolutionnaires. A partir de là, un accord politique semble fragilisé. Il y a cependant des motifs d'espoir, car une bonne partie des membres du Parti des régions soutient maintenant le nouveau pouvoir central. Le Parti des régions s'est écarté lui-même de Ianoukovitch qu'il a accusé d'être un dirigeant criminel ayant pris seul la décision de réprimer les manifestants. Cela montre que dans ce Partie des régions, dominant à l'Est et au Sud du pays, la volonté d'affrontement n'est pas évidente. Du coup, cela ouvre la possibilité d'un compromis. En plus, les élites politiques des deux parties savent que l'Ukraine est dans une situation économique extrêmement fragile. Elle a besoin d'un prêt du FMI nécessaire car l'Etat n'a plus d'argent. Il faut donc recréer une sorte de consensus national sur des réformes économiques qui seront assez difficiles à avaler pour la population, et notamment l'augmentation du prix du gaz.

A quoi ressemblerait un Etat fédéral composé de plusieurs entités autonomes en Ukraine ?

Si un consensus émerge, on pourrait effectivement avoir une situation de compromis où l'unité de l'Ukraine serait préservée, ce à quoi beaucoup d'Ukrainiens semblent tenir. Aujourd'hui, il y a un système de régions, les "oblast", qui divisent le pays en entités administratives. On pourrait imaginer effectivement que ces régions aient davantage de pouvoir, en particulier au niveau culturel, puisque dans l'Ouest de l'Ukraine, il y a une volonté de rompre avec le passé Russe et Soviétique - les statues de Lénine ayant été démantelées - alors que dans le Donbas et dans la partie Est, les populations âgées et les ouvriers qui craignent des réformes économiques restent attachés à ce passé mythifié de l'URSS. On pourrait imaginer qu'eux conservent la pratique du Russe et des symboliques rappelant la Russie.

Quelles seraient les limites économiques d'une réelle partition du pays ?

Le gros problème de l'Ukraine c'est qu'elle est un peu mono sectorielle. Il y a deux poids lourds que sont le secteur agricole d'une part - l'Ukraine étant le grenier à blé de l'Europe- et d'autre part l'industrie métallurgique concentrée dans l'Est du pays. Cette dernière était très développée à l'époque soviétique. La partition du pays se voit ainsi dans l'économie car il y a cette opposition entre l'Est et l'Ouest. En même temps, ces deux parties ont quand même intérêt à rester en semble parce qu'au fond, elles ont les mêmes faiblesses. L'Ukraine est un exportateur de produit industriels basiques de type aluminium et de produits agricoles. Elle a connu un effondrement complet de son économie dans les années 90 juste après l'indépendance, sous la présidence de Leonid Koutchma. Ensuite, dans les années 2000, elle a connu une croissance forte du fait de la croissance mondiale qui achetait de l'aluminium, l'acier, et le blé du pays. Le problème vraiment majeur de l'Ukraine a débuté en 2008 avec la crise économique mondiale qui a ralenti la croissance dans le pays et provoqué des dérives dans les comptes publics, révélant ainsi les faiblesses d'une économie qui doit aujourd'hui se réformer. Il faut notamment restaurer un secteur bancaire efficace, accepter un prix du gaz plus élevé, diversifier l'économie et l'ouvrir pour la rendre plus honnête car elle est extrêmement corrompue. Il y a donc des réformes à faire, et pour le coup, l'Est comme l'Ouest sont concernés.

Qui gagnerait à l'instauration d'une partition du pays ? (Russie / Europe / Ukraine elle-même )

Aujourd'hui, on a l'impression que la création d'un état fédéral ou une partition du pays profiterait à la Russie. C'est peut-être la carte que les Russes s'apprêtent à utiliser, car malgré la relative réussite  pour le régime des JO de Sotchi, la perte de l'Ukraine est un coup dur pour Poutine qu'on disait gagnant, et qui à vient d'enregistrer une défaite assez sévère de sa reprise en main de l'espace ex-soviétique. Il pourrait ainsi être tenté de relancer la volonté d'autonomie de l'Est, de réactiver la scission, il l'a déjà fait en Géorgie en 2008. Cela pourrait être une carte à jouer pour faire pression sur le reste de l'Ukraine et les occidentaux.

Propos recueillis par Amandine Bernigaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Daisy.A
- 26/02/2014 - 19:14
L’abolition du statut de
L’abolition du statut de langue régionale protégée pour le russe, votée par le Parlement Maidan le 23 février, a instantanément provoqué une vague de manifestations dans toute la partie russophone de l’Ukraine. C’est à Sébastopol que la tension a été le plus fortement ressentie, où plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont élu un nouveau maire (à la place de Vladimir Yatsouba, nommé par Kiev), et où le drapeau tricolore russe orne désormais la façade de la mairie.
-
Daisy.A
- 26/02/2014 - 18:31
La marine russe confirme le déploiement de marines à Sébastopol
La Russie a également confirmé qu’un grand navire de débarquement, le Nikolay Filchenkov, de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie, basé à Temryuk (Russie), a envoyé plusieurs centaines d’hommes. Le Filchenkov a également livré dix BTR-80 et 80 véhicules blindés, selon le site internet de la Marine.

Quatre "Iliouchine Il-76", ont assuré les transports aériens de ce week-end depuis une base aérienne près de Moscou, dont notamment le transport de forces spéciales aéroportées pour la ville d’Anapa, au bord de la Mer Noire. Six hélicoptères de transport Mil MI-8 ont également été envoyés.

Selon le journal russe Izvestia, quatre navires de la ville russe de Kubinka, avec à leur bord un régiment de troupes spéciales, se dirigent actuellement vers la ville de Sébastopol.

"Si l’Ukraine se brise, cela déclenchera une guerre. Ils vont tout d’abord perdre la Crimée, parce que nous nous y rendrons et nous la protégerons, comme nous l’avons fait en Géorgie."
Daisy.A
- 26/02/2014 - 18:28
Une pétition pour l'annexion de la Crimée
Dans l'est et le sud de l'Ukraine, des internautes demandent l'indépendance de leur région et leur rattachement à la Fédération de Russie.
Une autre pétition du même type circulerait, concernant tout le sud-est de l'Ukraine, sous le slogan : “L'est de l'Ukraine ne peut plus faire partie du même pays que l'Ouest ! Comme l'a montré Maïdan, nous sommes différents ! Nous voulons faire partie de la Russie !”