En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
François Hollande à San Francisco.
Les entrepreneurs parlent aux Français
Et si la Start-up République voulue par François Hollande devenait une réalité ?
Publié le 24 février 2014
François Hollande a promu devant les géants de la Silicon Valley lors de son voyage officiel aux Etats-Unis le concept de "start-up République", inventé par l'Elysée pour décrire son ambition de faire de la France un pays propice à la création d'entreprises innovantes.
Patrick Levy-Waitz est président d’ITG, groupe de portage salarial et président de la Fondation IT.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Levy-Waitz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Levy-Waitz est président d’ITG, groupe de portage salarial et président de la Fondation IT.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a promu devant les géants de la Silicon Valley lors de son voyage officiel aux Etats-Unis le concept de "start-up République", inventé par l'Elysée pour décrire son ambition de faire de la France un pays propice à la création d'entreprises innovantes.

A l’occasion de son voyage officiel aux Etats-Unis, François Hollande a promu un concept destiné à redonner vigueur à notre croissance : lancer une Start-up République. L’objectif est d’orienter l’économie française vers l’innovation et d’offrir à l’entrepreneur, en particulier dans l’économie numérique, un écosystème - financier, fiscal, administratif - le plus accueillant possible.

Et si c’était un gouvernement de gauche qui installait une véritable politique entrepreneuriale en France ?

Le début du quinquennat fût tendu, il aura fallu du temps pour problématiser correctement les enjeux fiscaux, ou la remise en cause de statuts comme l’auto-entrepreneur, qui bien qu’utile contenait des arrière-pensées dé-régulatrices.

C’était sans compter sur la mobilisation d’entrepreneurs, corps intermédiaires d’un nouveau type : aussi attachés à la compétitivité que des patrons classiques, aussi attentifs au bien-être des salariés que des syndicalistes. Aura émergé des réseaux sociaux tout un bestiaire composé de poussins et de pigeons, tous légitimés par leur réussite à créer de l’activité et donc de l’emploi.

Et si grâce à leur positionnement les marqueurs du pays avaient évolué ? Et si la crispation initiale avait débouché sur une plus grande fluidité des relations entre politiques et entrepreneurs ?

C’est en tout cas à la suite de ces mouvements que le gouvernement a infléchi ses positions. La taxation outrancière des plus-values ? Abandonnée. La suppression de l’auto-entrepreneur ?  Le régime n’a pas été détruit mais reste incertain. François Hollande a lancé les Assises de l’Entrepreneuriat, le gouvernement a renforcé ses aides aux entreprises innovantes et a même mis un coup de canif au monopole bancaire en ouvrant les vannes du financement participatif.

Désormais lancée, cette nouvelle orientation pourrait replacer la France et ses nombreux atouts dans le numérique, dans le peloton de tête des nations innovantes et donc créatrices d’emploi…à condition que les actes suivent vraiment.

Une réalité française : pas de liberté sans une dose de sécurité

Si cette inflexion prend forme au sommet de l’Etat, elle ne pourra pourtant pas ignorer l’inclinaison naturelle de nos compatriotes à redouter la prise de risque. Cette donnée culturelle a récemment été confirmée par l’étude de CAA de janvier 2014 qui a placé la France comme l’un des pays les plus réticents au risque en Europe.

Cette inclinaison est d’ailleurs ressentie par les cadres qui considèrent qu’en matière d’emploi, la priorité est d’encourager ceux qui veulent développer une activité en diminuant leurs risques, selon l'étude d’ITG Entreprendre autrement sur les cadres.

Alors comment concilier cette crainte légitime et le besoin de souplesse inhérent à la nouvelle économie ?

Les start-up et leurs opportunités contiennent aussi beaucoup de risques, elles ont besoin pour s’adapter à leur croissance, pour consolider leur évolution, des compétences d’experts qu’elles n’ont pas encore les moyens d’employer à temps plein. Sécuriser la prise de risque des entrepreneurs et la croissance de ces entreprises innovantes, c’est aussi et surtout leur permettre de recourir de façon souple au travail par mission.

Le portage salarial : l’illustration d’un consensus productif

Et si finalement c’était ce gouvernement de gauche qui réussissait à lancer cette Start-up République sur la base d’un consensus national ? Ce fut le cas pour une nouvelle forme d’emploi en pleine expansion, le portage salarial. Dès juin 2013, le gouvernement a donné un signal pourtant passé inaperçu en faveur de cette formule. Michel Sapin a pris un arrêté ministériel pour sécuriser le recours au portage ; une deuxième étape importante après sa reconnaissance juridique par la loi de modernisation du marché du travail de 2008 portée par Xavier Bertrand…

Symbole de cette évolution, la reconnaissance du portage démontre que le gouvernement a intégré que le monde du travail évolue vers une diversification des trajectoires professionnelles. Les solutions pour l’emploi se trouvent aussi dans ces solutions hybrides qui offrent plus d’autonomie professionnelle mais également un filet de sécurité sociale qui permette aux salariés de se lancer.  

Pour tous ceux qui ne veulent pas créer leur entreprise tout de suite, légitimement craintifs des tracas administratifs et fiscaux, il existe d’autres formules pour conquérir leur autonomie tout en conservant  la sécurité du régime salarial. Pour beaucoup d’entrepreneurs, le portage salarial est donc devenu une étape utile pour lancer en toute sérénité son aventure entrepreneuriale. 

Tous les Français ne seront pas des Start-uppers, mais tous pourraient tirer profit de ce salutaire virage en explorant des nouvelles formes d’emplois. Les salariés pourraient envisager plus sereinement leur transition professionnelle en créant leur propre activité et les « vrais » entrepreneurs pourraient bénéficier d’un filet de sécurité qui leur permette de se lancer.

La rencontre de ces talents exerçant à l’extérieur de l’entreprise en portage et des start-ups pourrait pérenniser et sécuriser la croissance de ces dernières. Elle pourrait enfin et surtout moderniser notre façon de concevoir le travail grâce à ces nouvelles formes d’emploi. Un véritable développement durable au sens strict du terme de nos Start-ups.

Et si après tant de temps perdu, la Start-up République redonnait enfin espoir à une France crispée et à des millions de salariés inquiets de leur futur ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
02.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Ces deux personnalités que testent Renault et Bercy pour succéder à Carlos Ghosn même s’il n’est officiellement question de rien
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Petit mémoire sur le prix que la France a dû payer pour sortir de la phase sans-culottes
07.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
04.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
05.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
06.
Le Cac 40 a versé 57,4 milliards d’euros à ses actionnaires, de quoi encore enflammer certains ronds-points encore occupés par les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Les Républicains ont-ils un autre choix pour survivre que d’aller au bout de la logique de rupture avec le “cercle de la raison” ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
perinp
- 25/02/2014 - 05:06
AH AH AH AH
Start-up République,
c'est la meilleure que j'ai jamais entendu,
avec 6 millions de dinosaures, fonctionnaires et politiciens de tout poil et de toutes dents (ça mort si jamais on s'approche de leur chasse gardée, c.a.d. les salaries du prives, ils les bouffent au petit déjeuner en buvant du Nesquik) et il veut faire de la France une start-up,
Tiens d'ailleurs j'ai failli m'étrangler avec mon Nesquik,
courageux_anonyme
- 24/02/2014 - 22:42
Insupportable publicité camouflée
L'auteur de cet article vient vendre sa détestable soupe de portage salarial.
Encore un parasite qui profite du système socialiste.
C'est le système socialiste qu'il faut extirper , et non proposer des sparadraps sur la gangrène.
Jean-Pierre
- 24/02/2014 - 22:35
Une start up qui ne lésine pas sur le personnel !
.
Car, aux dernières nouvelles, il y aurait 6 ou 7 millions de fonctionnaires et assimilés dans le pays, sans compter les retraités de la fonction publique....
.
Comment voulez vous que cela marche ?