En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
François Hollande semble de moins en moins apprécier les bains de foule.
Faire l'autruche

Pas de bain de foule depuis le 11 novembre, passage éclair prévu au salon de l’agriculture : François Hollande a-t-il peur du peuple ?

Publié le 21 février 2014
Le chef de l'État, qui inaugurera samedi le salon de l'agriculture, a prévu d'y rester une matinée seulement, contrairement à 2012, où il battit les records de durée de Jacques Chirac.
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012), Moi, Président (First editions, 2013),  Je suis venu te dire que je m’en vais (Michalon, 2013), Donald Trump les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012), Moi, Président (First editions, 2013),  Je suis venu te dire que je m’en vais (Michalon, 2013), Donald Trump les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de l'État, qui inaugurera samedi le salon de l'agriculture, a prévu d'y rester une matinée seulement, contrairement à 2012, où il battit les records de durée de Jacques Chirac.

Il se murmure que François Hollande ne passera pas un temps excessif au Salon de l’Agriculture, contrairement  2012, où il battit même les records de durée de Jacques Chirac. Impopularité oblige : depuis les sifflets du 11 novembre, les banderoles, les manifs pour tous et contre un seul, toujours le même, les sujets de mécontentement qui se comptent par millions, le président normal d’une République qui l’est de moins en moins, a de légitimes raisons de se méfier.

Georges Brassens chantait : « Ne jetez pas la pierre à la femme adultère : je suis derrière ». Ne lapidons pas injustement le président volage : le rejet de Nicolas Sarkozy était tout aussi spectaculaire il y a encore deux ans. La vérité est que nous sommes tous responsables de l’entropie du pouvoir, qui devient, partout et sous toutes les latitudes, de plus en plus difficile à exercer.

L’économie-monde, qui impose naturellement une interdépendance de plus en plus prégnante ; le formidable et planétaire contre-pouvoir de résonance d’Internet qui signe non seulement la disparition de la vie privée des personnages publics, mais aussi le rétrécissement de leurs marges de manœuvre. La contradiction est frappante entre le régime de monarchie républicaine dans lequel nous vivons depuis plus d’un demi siècle, et la force centrifuge des véritables centres de décision qui se prennent dans les banques centrales, les marchés de Wall Street, de Pékin, de Londres ou d’ailleurs, les investissements qu’il faut chercher avec les dents face aux inégalités, aux dettes et aux déficits qu’on a laissé courir depuis des décennies. Hollande est le fils de ses œuvres solfériniennes et de ses hésitations à prendre sa parcelle de pouvoir aussitôt élu. La vérité est que de plus en plus rares sont les politiques qui osent prendre des risques, tant ils ont le regard et la conscience rivés sur l’horizon des prochaines échéances électorales. Le seul changement urgent, essentiel, vital, dans la Constitution serait d’établir, pour la Présidence, un septennat non renouvelable. Cela permettra aux hommes et aux femmes de bonne volonté, de travailler sans clientélisme, de braver les corporatismes et de démontrer qu’ils peuvent encore exister par l’action et pas seulement par la com’.

Plus que jamais, pour l’Elysée, réélection, piège à cons.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (50)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Blurp
- 24/02/2014 - 00:59
@ Gile
Vous feriez mieux de la fermer que de tenir des propos débiles! Pauvre tache! Les bouseux vous conchient!
gile
- 23/02/2014 - 09:09
Bof
Il n'avait aucune raison de craindre son passage au salon des bouseux pompeusement appelé salon de l'agriculture.

N'est-il pas l'ami de celui que les agriculteurs vénèrent depuis toujours ? N'a-t-il pas eu qq mots gentils à l'occasion de l'hospitalisation du même vénéré pour cause de débilité profonde ?

A cet homme là les paysans ne pouvaient faire mauvaise figure.

lavande
- 23/02/2014 - 08:09
J'ai fait un rêve
J'ai rêvé qu'il se prenait; bien en face, une grosse bouse de vache.
Ca nous aurait fait de la distraction. Pas de chance et bravo les très nombreux gardes du corps car ce n'était pas l'envie qui manquait.