En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

ça vient d'être publié
pépites > Science
Prouesse
Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles
il y a 13 min 41 sec
light > Science
Age bonifié ?
Des scientifiques écossais ont utilisé la datation au carbone 14 afin de prouver l'âge réel des bouteilles et pour lutter contre les fraudes
il y a 1 heure 19 min
pépites > Terrorisme
Terrorisme
L'Etat islamique annonce une "nouvelle phase de son jihad" et menace Israël
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr : du rififi chez les Grecs !

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Pourquoi les Américains et les Chinois sont-ils meilleurs que nous ?

il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > Sport
Immense tristesse
Kobe Bryant, la légende des Los Angeles Lakers, est décédé à l'âge de 41 dans un crash d'hélicoptère
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Politique
Projections financières lacunaires

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Politique
Calendrier électoral

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

il y a 7 heures 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Le vrai coût de l’utilisation de Google et Facebook : notre vie privée et nos données
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Economie
Matières premières

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

il y a 9 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Patrick Balkany reste en prison après le rejet de la cour d'appel
il y a 47 min 14 sec
décryptage > Société
Insultes et menaces

#JeSuisMila : la France en plein naufrage relativiste

il y a 2 heures 2 min
pépites > France
"Lutter contre l'oubli et le négationnisme"
Emmanuel Macron a inauguré le Mur des Noms rénové au Mémorial de la Shoah
il y a 3 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les feux de l'amour et du hasard" : ce Marivaux revisité en soap américain ne fait pas dans la nuance

il y a 3 heures 56 min
pépites > Politique
Bras de fer politique
Municipales à Paris : Stanislas Guerini, délégué général de LREM, estime que Cédric Villani n'est plus "adhérent"du parti
il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Perception

Bonheur, sens du travail et raison d’être : les attentes légitimes des Français et.... celles qui le sont moins

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Inquiétudes sur les marchés

Récession mondiale : une forme de virus ? Comment la traiter ?

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Politique
Une mémoire très sélective…

Quand Macron assimile la guerre d’Algérie à la Shoah !

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Religion
Paradoxe

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

il y a 9 heures 33 min
© Reuters
L'enjeu financier d'une réforme des impôts locaux est de taille.
© Reuters
L'enjeu financier d'une réforme des impôts locaux est de taille.
Impôt éternel

Taxes foncières et d'habitation : qui va payer quoi au terme de la réforme

Publié le 16 février 2014
L'enjeu financier d'une réforme des impôts locaux est de taille. Les collectivités lèvent chaque année 120 milliards d'impôts et taxes sur les ménages et les entreprises. Des prélèvements qui visent à financer 230 milliards de dépenses et qui complètent les dotations, en baisse, qu'elles reçoivent de l'État.
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'enjeu financier d'une réforme des impôts locaux est de taille. Les collectivités lèvent chaque année 120 milliards d'impôts et taxes sur les ménages et les entreprises. Des prélèvements qui visent à financer 230 milliards de dépenses et qui complètent les dotations, en baisse, qu'elles reçoivent de l'État.

Atlantico : A la demande du Premier ministre, le comité des finances locales (CFL), composé de représentants de l'Etat et d'élus locaux étudie des pistes de réforme des impôts locaux. Le gouvernement voudrait notamment revoir le mode de calcul de la taxe d'habitation et de la taxe foncière payée respectivement par les locataires et les propriétaires. Pourquoi faut-il les moderniser ? Quelle forme pourrait prendre cette modernisation ?

Jean-Luc Bœuf : Rappelons trois choses.

  • Tout d'abord que la fiscalité locale est lourde, injuste et sujette à un nombre incalculable de dégrèvements et d'exonérations si bien que celui qui proscrit n'est pas totalement responsable et celui qui paie bénéficie d'exemptions. Au final, c'est celui qui arbitre, à savoir l'Etat, qui a plus que jamais les cartes en mains !

  • Rappelons ensuite que la fiscalité directe payée chaque année par les ménages et les entreprises se monte à près de 72 milliards d'euros, dont 50 milliards payés par les ménages. Sur cet ensemble, la taxe d'habitation représente 19 milliards d'euros et la taxe sur le foncier bâti 27 milliards d'euros.

  • Enfin, les valeurs locatives cadastrales ont plus de 40 ans. Elles sont donc largement décorrélées de la réalité économique et financière.

Face à ces constats, les gouvernements qui se sont succédé ces trente dernières années  ont toujours buté sur la question non pas du recalcul des bases mais de l'application de ces calculs aux ménages ! L'une des pistes aujourd'hui à l'étude consiste à asseoir la taxe d'habitation non pas sur la "valeur locative" du logement mais sur le revenu de ceux qui y résident. Ceci est tout simplement explosif en raison de la très forte variation du nombre d'assujettis, dans un pays où près de la moitié des foyers fiscaux ne paient pas d'impôt sur le revenu. Naturellement les contribuables qui sont dans ce cas bénéficient d'exonération partielle de leur taxe d'habitation. Mais en lecture rapide, et juste, l'équation est simple : ce sont les contribuables qui participent déjà à l'effort de hausse de l'impôt sur le revenu qui vont être, une fois de plus, sollicités.

Selon un sondage CSA, 47% des Français estiment que le montant des impôts locaux devrait être le sujet prioritaire pour les candidats aux municipales, concrètement à quoi doivent s'attendre les usagers sur leur feuille d'impôts ? Quelle catégorie de la population sera la plus concernée ?

Aujourd'hui, les choses sont simples sur un point : ce sont les collectivités locales qui sont responsables de la taxe d'habitation et de la taxe foncière. Au premier rang, ce sont les maires qui sont pointés même si, cumulés, les impôts ménages levés par les maires représentent moins de la moitié du total puisqu'il faut aussi compter les intercommunalités et les départements. Donc il est normal que, à la veille des élections municipales, ce sujet soit considéré comme central. Et, là, les électeurs ont la possibilité de se faire entendre, quitte à "voter avec les pieds" pour reprendre l'expression consacrée.

Avant d'envisager toute réforme, il a été constaté à chaque mandat électoral, que les impôts n'augmentent pas à la fin mais au début du mandat ! Pour ce qui est des réformes envisagées par le gouvernement, on peut estimer que, à la baisse, la catégorie de population la plus concernée sera celle qui réside dans les grands ensembles construis dans les années 1950 et 1960. A la hausse, il s'agira des populations des centres villes qui, soit résident dans des logements anciens, soit disposent de revenus largement supérieurs à la moyenne.

Parmi les mesures envisagées, Bercy voudrait "mettre à jour la carte de France des prix des logements", de quoi s'agit-il ? Quel impact cela aura-t-il sur le marché de l'immobilier ?

Actuellement, sur une feuille d'impôts locaux relative à la taxe d'habitation, figure la valeur locative censée représenter le loyer du bien en question. En réalité, ce montant - fictif – est inférieur de deux, trois, quatre fois par rapport au prix réel des loyers. D'où la volonté des pouvoirs publics de cette mise à jour de la carte de France des prix des logements. Elle vise à établir la meilleure corrélation possible entre la "valeur locative" qui figure sur les feuilles d'impôts locaux et les loyers effectivement payés sur le marché. Sur le montant de la taxe payée, cela ne changera rien avant réforme bien sûr.

Politiquement il est très risqué de s'attaquer à la taxe d'habitation avant une élection, le CFL rendra donc son rapport en avril, peut-on s'attendre à une réforme loin d'être appliquée ?

La question de la réforme fiscale nécessite de s'interroger sur ce qu'est une "bonne" réforme ; c'est-à-dire une réforme acceptée par nos concitoyens. Très schématiquement, on peut dire que, pour être mise en application de façon optimale, une réforme fiscale doit être le plus juste et neutre la première année d'application. Juste car elle doit corriger des inégalités flagrantes.

S'agissant de la fiscalité locale, répétons-le, les deux injustices criantes sont l'obsolescence totale des bases et un mode de calcul qui pénalise tous les logements construits depuis les années 1970. De ce côté-là existe un consensus quant à la réforme. Ce qui coince depuis toujours est la deuxième partie de l'équation, c'est-à-dire le caractère neutre de la réforme. En simplifiant à l'extrême, on peut dire que la réforme divise les contributeurs en trois catégories : ceux qui vont payer beaucoup moins ; ceux qui vont payer beaucoup plus et ceux pour lesquels le changement sera quasiment neutre. En général, ceux qui paient moins ne descendent pas dans la rue.

Quand la France était en situation de créer de la richesse supplémentaire chaque année, il pouvait être considéré que l'on affectait une partie de ces gains à "payer", tout du moins sur un, deux ou trois ans, la réforme de telle sorte que pour ceux appelés à payer plus, l'effort soit étalé dans le temps. Mais en raison de la situation financière et budgétaire de la Nation, cela n'est pas possible. Donc, oui, il est risqué de s'attaquer à une réforme fiscale quand on n'a rien à offrir en contrepartie aux classes moyennes et classes moyennes supérieures qui risquent, une fois de plus, de se retrouver les dindons de la farce.

Car n'oublions pas non plus que le coût de la suppression de la taxe professionnelle et son remplacement par la cotisation foncière des entreprises (CFE) et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) a eu un coût, de plus de 6 milliards d'euros par an. Et que ce coût a été assumé par l'Etat, c'est-à-dire chacun des contribuables... L'application d'une réforme fiscale nécessite un consensus social minimal. Et comme le gouvernement aura en tête la question de l'écotaxe et des bonnets rouges...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 17/02/2014 - 23:10
@ignac Je ne suis vendeur de rien sinon un espoir pour la France
Vous avez côtoyé de trop près les organes de propagande des partis gauchistes (UMP inclus) pour avoir un oeil lucide sur les courbes d'augmentation des impôts et des dettes de votre commune...
Vous étiez satisfait quand on vous promettait des ronds-points, des piscines et des Médiathèques supplémentaires...
Serez-vous satisfait lorsque la baisse des dotations obligera votre Maire à augmenter vos impôts (après les élections, bien-sûr...) ou lorsque la réindexation de la taxe foncière la multipliera par 1.5
(à minima)?
vous étiez satisfait lorsqu'on rasait gratis, sur le dos des générations futures...
Serez-vous satisfait lorsqu' on ne rasera plus gratis, mais toujours sur le dos des générations plombées?
ignace
- 17/02/2014 - 16:50
@vangog ...je suis satisfait par la gestion de ma commune
mais je reconnais que vous êtes un bon vendeur!!!!!
Quand a DEXIA il est vrai que c'est un scandale financier qui a déjà couté très cher et va continuer a couter cher.....ceci sans aucune
mise en examen ou prison ferme
François Homeland
- 17/02/2014 - 15:19
"Les impôts n'augmenteront plus..."
du moins jusqu'aux élections. Et ils n'ont rien dit pour les taxes ! Et puis merde, qui c'est-y qui a les manettes aujourd'hui ? Ca vous défrise ? Alors votez selon vos convictions et non selon vos habitudes dès le 23 mars !!!