En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Ça se rafraîchit

Salaire des fonctionnaires : le gel de l'avancement juste ou injuste, efficace ou pas ?

Publié le 13 février 2014
Pour atteindre son objectif de 50 milliards d'euros d'économies d'ici à 2017, le gouvernement étudierait en ce moment la possibilité d'un gel de l'avancement des salaires des fonctionnaires. Selon les modalités choisies, les montants en jeu peuvent être très variables.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour atteindre son objectif de 50 milliards d'euros d'économies d'ici à 2017, le gouvernement étudierait en ce moment la possibilité d'un gel de l'avancement des salaires des fonctionnaires. Selon les modalités choisies, les montants en jeu peuvent être très variables.

Atlantico : Le gel de l'avancement des fonctionnaires est "sur la table", a confié Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée, mercredi sur France Info. Ce gel, comme l'avait laissé présager la rumeur la semaine dernière, est l'une des pistes envisagée par le gouvernement pour effectuer des économies. Mais quel serait l'impact budgétaire du gel de l'avancement des fonctionnaires ? Quelles seront les économies réalisées ?

Jacques Bichot : Les économies que l'on peut attendre d'une telle mesure ne peuvent pas être calculées en l'absence de diverses précisions : s'agit-il de différer l'effet des augmentations liées à l'avancement de classe ou d'échelon, tout en maintenant cet avancement sur le papier ? Ou bien de faire perdre un an d'ancienneté à tous les fonctionnaires ? Et combien de temps durera la mesure ?

Autrement dit, si un fonctionnaire doit statutairement être promu du 2e au 3e échelon le 1er avril 2014, plusieurs mesures sont envisageables pour faire des économies :

- 1ère possibilité, au 1er avril 2014 il passe au 3e échelon, mais son traitement est gelé pendant un certain temps (1 an par exemple) au niveau qu'il avait au 2e échelon. Il aura son augmentation de salaire au 1er avril 2015, et à cette date il bénéficiera d'un an d'ancienneté dans le 3e échelon. Les pouvoirs publics le privent seulement de, par exemple, 50 € par mois pendant une année. À partir du 1er avril 2015, son traitement augmente de 50 €. Il aura perdu 600 €, rien de plus. Le Trésor ne fait une économie que sur 2014 (à hauteur de 450 €) et 2015 (à hauteur de 150 €).

- 2de possibilité : le changement d'échelon est reporté au 1er avril 2015. Le suivant (passage du 3e au 4e échelon) aura également lieu un an plus tard, et ainsi de suite tant qu'il ne sera pas au sommet de sa carrière. Cette fois, notre fonctionnaire perd 600 € par an pendant 5 ou 10 ou 20 ou 30 ans ; le Trésor fait une économie pendant des années, en nombre variable selon que le fonctionnaire est en début ou en fin de carrière.

- 3e possibilité : les pouvoirs publics reconduisent leur plaisanterie deux années de suite, de façon à gagner 1 200 € dans le premier cas, ou X fois 1 200 € dans le second.

On voit que les économies budgétaires que produirait une telle mesure ne sont pas quantifiables tant qu'elle n'est pas mieux définie. Dans le cas le plus bénin (1ère possibilité) il y aurait une économie de quelques centaines de millions d'euros – un gros modèle informatique et une énorme base de données seraient nécessaires pour être plus précis.  

Existe-t-il des exemples à l'étranger où l'avancement des fonctionnaires a également été gelé durant une période donnée pour faire des économies ? Quel bilan peut-on tirer de ces expériences ?

Des coupes ont été faites dans les traitements des fonctionnaires grecs, lorsque la Grèce a été mise sous pression par Bruxelles et par ses prêteurs, et d'autres pays avaient auparavant agi dans le même sens (par exemple le Canada dans les années 1990). En revanche, il ne me vient pas à l'esprit un exemple de gel de l'avancement, mais peut-être tel ou tel pays a-t-il utilisé ce type de mesure, je ne suis pas omniscient !

Ce gel de l'avancement est-il injuste ? L'avancement des fonctionnaires n'est-il pas le seul moyen de récompenser les agents méritants ?

Il faut distinguer l'avancement au choix, destiné (en principe) à reconnaître des mérites particuliers, et l'avancement à l'ancienneté, automatique même si le fonctionnaire remplit médiocrement son office.

Le gel de l'avancement à l'ancienneté ne serait pas fondamentalement injuste ; ce qui est injuste, c'est plutôt le fait de faire commencer certaines carrières à des niveaux ridiculement faibles, en comptant sur les avancements à l'ancienneté pour compenser. Par exemple, un maître de conférences (Bac + 8) est embauché à un niveau de salaire qu'un Bac + 2 obtiendrait dans le privé, soit un salaire initial 30 % à 40 % inférieur à celui d'un ingénieur ou cadre débutant à Bac + 5. Dans de tels cas, impossible de limiter l'avancement aux seuls "méritants", c'est un simple rattrapage. En revanche, quand la rémunération est analogue à celle du privé, alors effectivement il serait plus juste de réserver l'avancement à ceux qui font la preuve de leur efficacité et de leur aptitude à progresser.

Est-il juste si on compare la situation des fonctionnaires par rapport aux salariés du privé ?

La différence principale est la sécurité de l'emploi. Il serait normal qu'un fonctionnaire qui fait mal son travail puisse être licencié. Une autre différence est la difficulté à faire reconnaître vos compétences professionnelles à leur juste valeur si vous n'avez pas tel ou tel diplôme. En sortant de l'ENA, même si vous êtes mauvais, vous pouvez exercer des responsabilités qui ne seront jamais accessibles à un excellent cadre dépourvu de cette peau d'âne. Dans la fonction publique, le diplôme initial, et les concours ultérieurs basés sur des savoirs ayant peu de rapport avec l'efficacité professionnelle, ont trop d'importance pour le déroulement des carrières, et la véritable compétence n'en a pas assez. Le privé n'est pas parfait, mais il donne en général plus de chance de "faire ses preuves" au fur et à mesure.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
belfegor18
- 15/02/2014 - 19:44
Il y a fonctionnaires et fonctionnaires !
Les nantis : logés intégralement, absents quand çà leur dit, indemnités ceci cela alors que ce sont les autres qui font le travail, voitures de fonction (!), primes par ci par là... liste non exhaustive. Et puis, il y a les autres, les petits, qu'on ne voit jamais, qui oeuvrent dans l'ombre (et bien si possible) qui n'ont pas de bonus, pas de reconnaissance au mérite, et qui sont priés de "se la fermer" sous peine de mutation voire d'être viré. Il y aurait de quoi faire travailler plus d'une imprimerie à voir ces abus de tout genre. Pas touche ! l'électorat préféré et sacré du pouvoir ferait grève !
eole14
- 14/02/2014 - 10:09
reponse
certains sont complétement à côté....
mon propos n'est bien sur pas d'opposer le privé au public puis que les avantages cités ont été enlevés aux salariés du public comme du privé (fiscalisation des heures supp)
je suis tous à fait prête à faire des efforts pour réduire le train de vie de l'état et des collectivités mais il doit se faire sur l a réduction des effectifs (lorsque c'est possible) en augmentant notre temps de travail par exemple mais on ne touche pas à la rémunération qui est déja très basse !(1400 euros en catégorie C avec des responsabilités par rapport à mon grade )
quant à notre statut de privilégié (la sécurité de l'emploi) elle sautera un jour ou l'autre ne vous inquiétez pas!
AAAM
- 14/02/2014 - 02:05
Suite agences d'état : 72,8 milliards d'euros, 145 000 salariés
Sur la même page du rapport, il est précisé que la rémunération des dirigeants est proche des 123 00 € bruts annuels. Et aussi que les agences privilégient le recrutement de contractuels pour "s'affranchir des cadres d'emplois de la fonction publique, sous le contrôle du contrôleur financier".
Eh oui, ils sont nettement mieux payés que les fonctionnaires!!!

Plus de 5 000 euros par mois, ce n'est pas ce que touche une de mes amies catégorie A en administration centrale, à 2 300 € nets par mois (6 ans d'ancienneté dans la FP, catégorie A depuis 2 ans).
Ce n'est pas non plus ce que touche un ingénieur de formation (catégorie A) à l'université, recrutée à 1 400 € par mois (600 € de primes sur 6 mois).
Et je ne parle pas des fonctionnaires catégories B, et surtout C.

Alors comparons le budget de l'état en 2012 (http://www.liberation.fr/economie/2012/09/28/les-principaux-points-du-budget-2013_849528) et celui des agences:

Agences : 72,8 milliards d'euros, 145 000 salariés
Fonctionnaires (3 fonctions publiques) : 80,4 milliards d'euros, 5,3 millions

Plus concrètement: http://www.marianne.net/Oui-il-y-a-parfois-du-surnombre%C2%A0_a223811.html.

Cordialement