En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 8 heures 41 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 15 heures 19 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 16 heures 41 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 9 heures 1 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 12 heures 44 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 16 heures 55 min
© Reuters
Doit-on craindre un crash prochain sur les marchés actions ?
© Reuters
Doit-on craindre un crash prochain sur les marchés actions ?
Boum badaboum

Faut-il croire au crash sans précédent sur les marchés actions que prédit le stratégiste de la Société générale ?

Publié le 04 mars 2014
Le responsable de la stratégie globale à la Société Générale prévoit que les marges des entreprises vont être sous pression. Selon lui, cette situation pourrait annoncer un crash prochain sur les marchés actions.
Alexandre Baradez, 33 ans, diplômé de l'ESCE (Paris/La Défense) en 2003 a d'abord évolué plusieurs années chez BNPPARIBAS puis la Banque ROBECO en gestion privée avant de rejoindre SAXO BANQUE en 2009 en tant que Sales Trader. Son expérience des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Baradez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Baradez, 33 ans, diplômé de l'ESCE (Paris/La Défense) en 2003 a d'abord évolué plusieurs années chez BNPPARIBAS puis la Banque ROBECO en gestion privée avant de rejoindre SAXO BANQUE en 2009 en tant que Sales Trader. Son expérience des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le responsable de la stratégie globale à la Société Générale prévoit que les marges des entreprises vont être sous pression. Selon lui, cette situation pourrait annoncer un crash prochain sur les marchés actions.

Atlantico : Pour Albert Edwards, responsable de la stratégie globale à la Société Générale,  les marges des entreprises sont sous pression, situation qui annoncerait un crash prochain sur les marchés actions. A quel point la situation est-elle préoccupante sur ces marchés ?

Alexandre Baradez : Si on se réfère à l’évolution des marchés depuis l’été 2012 (intervention de Mario Draghi / BCE), on ne peut pas considérer que les marchés actions soient sous pression à moyen et long terme. A court terme le cumul de plusieurs éléments macro-économiques provoque une phase de correction sur les marchés (fin progressive du QE3 aux Etats-Unis, tensions sur les émergents liée en partie au ralentissement de la politique monétaire accommodante de la FED, hésitations de la BCE à accroître son soutien monétaire face au recul de l’inflation, …) mais on ne peut clairement pas considérer que nous sommes face à un krach similaire à l’éclatement de la bulle internet au début des années 2000 ou de celle des subprimes en 2007/2008.

Pour quelles raisons ?

Les conditions ne sont pas réunies pour revivre de tels scénarios de krach : pas de bulle sur les actifs européens, taux d’emprunt des pays fragiles de la zone euro nettement détendus depuis 2011/2011. Pour mémoire, l’Espagne empruntait à près 7.50 % sur 10 ans en 2012 contre… 3.57 % début 2014. Même situation pour l’Italie, 3ème économie de la zone euro qui a vu ses taux se détendre très fortement entre 2012 et 2014. Le risque systémique présent au plus fort de la crise de la dette n’est plus d’actualité. Des réformes structurelles ont été entreprises par l’Espagne, l’Italie, le Portugal ou encore l’Irlande et commencent à produire leurs premiers effets. La BCE a mis en place plusieurs pare-feu (SMP remplacé par OMT, supervision bancaire, AQR, possibilité de lancer un nouveau LTRO, baisse des  taux, étude de réactivation ABS, etc.) et des plans pour relancer l’emploi sont mis en place pays par pays. Autre facteur de stabilisation de la situation en zone euro, la stimulation progressive de la demande intérieure en Allemagne qui a commencé par l’augmentation des salaires par branches en 2013 puis le projet d’instauration d’un salaire minimum. Objectif : allumer le moteur de la demande intérieure face au tassement des exportations observé depuis quelques mois. Cette stimulation de la demande intérieure pourrait accroître l’activité économique (exportations) des pays périphériques et leur croissance et favoriser ainsi la reprise des marchés actions respectifs. Autre argument de poids pour l’Allemagne : un faible taux de chômage et un budget à l’équilibre, ce qui autorise une certaine marge de manœuvre en cas de ralentissement de l’activité économique. La visibilité reste en revanche plus limitée pour la France, dont l’activité industrielle reste contractée comme en témoignent les derniers PMI. Les marchés resteront notamment attentifs à l’évolution du déficit public et au rythme de mise en place des réformes annoncées récemment, sans oublier l’épée de Damoclès des agences de notation…

Il y a toutefois peu de chance de voir les indices actions français s’effondrer dans les mois qui viennent. Notamment pour ce qui concerne le CAC40. Ce dernier reste fortement pondéré en valeurs bancaires qui se sont restructurées depuis les deux crises successives (subprimes et crise de la dette). Les ratios se sont améliorés, les activités ont été recentrées, le "deleveraging" s’est poursuivi, ce qui devrait favoriser la reprise d’une activité plus soutenue dans les mois et les années à venir. Pour le moment les bancaires subissent l’effet des AQR (examen des actifs) de la BCE, ce qui pèse sur l’activité crédit et donc par ricochet sur l’activité des PME/PMI mais cette situation est temporaire et laisse envisager une poursuite de la hausse des cours de ces valeurs sur les marchés, et donc des indices français (CAC40) et européens.

Cette vision pessimiste est contradictoire avec le fait que de plus en plus d’investisseurs voient les actions comme la classe d’actifs à détenir, et que les banques centrales, Fed en tête, seront toujours là pour soutenir l'activité économique. A contrario, cette vision optimiste est-elle encore avérée ?

Il est évident que les politiques monétaires ultra-accommodante de la FED et du Japon ont été des catalyseurs de la hausse des marchés actions  au cours de dernières années même si la tendance s’est accélérée en 2013. L’annonce de la fin progressive du QE3 aux États-Unis s’est matérialisée lors de l’intervention de Ben Bernanke du 18 décembre dernier mais les marchés avaient déjà réagi plusieurs fois aux rumeurs entourant ce ralentissement dès la fin du premier semestre 2013 (plusieurs phase de corrections de marché) sans que cela ait créé de mouvement de panique pour autant. L’officialisation de la baisse des rachats d’actifs lors de la réunion de la FED de décembre a même été suivie de nouveaux plus hauts historiques sur les marchés actions US (SP500, Dow Jones notamment), preuve que cette situation n’inquiète pas outre mesure les marchés. La fin progressive du programme de la FED correspond également à l’amélioration de l’économie américaine (secteur immobilier, taux de chômage, activité industrielle, confiance des consommateurs, etc.) avec des anticipations de croissance du PIB de l’ordre de 3 % en 2014. Il est donc tout à fait normal de voir la FED baisser son soutien à l’économie face à cette situation qui devrait d’ailleurs déboucher sur une remontée progressive des taux US et de l’inflation. La vision optimiste de l’action des banques centrales est donc progressivement remplacée par la reprise de l’activité économique réelle qui permet de soutenir les marchés.

Sans parler de krach, il serait tout à fait logique d’observer, en 2014, une correction marquée des marchés actions US qui ont surperformé les marchés européens. Le SP500 s’est apprécié de plus de 180 % depuis ses plus bas de 2009, le Nasdaq100 de plus de 250 % depuis 2008… une correction de 15 à 20 % serait parfaitement justifiée, sans pour autant parler de krach. La FED a également pris soin de ralentir la cadence monétaire pour ne pas favoriser l’émergence de nouvelles bulles comme celle des années 2000 (internet) ou 2007/2008 (crédit/immobilier).

Quels arguments contraires proposer à Albert Edwards lorsque celui affirme que "l’effet de ciseau sur les marges qui est en train de se produire du fait de l’augmentation des coûts salariaux unitaires à un rythme plus rapide que la hausse des prix de vente rend les entreprises vulnérables à un retournement du cycle de l’investissement" ? 

L’évolution des cours n’est pas uniquement liée à la seule appréciation micro-économique des sociétés. Au plus fort de la crise de la dette en zone euro en 2012, les marchés actions ont entamé un cycle de hausse (qui connaît actuellement une phase de correction/consolidation) alors même que les taux d’emprunt des pays fragiles évoluaient sur des niveaux dangereusement élevés, les investisseurs anticipant les effets positifs de l’action de la BCE et des réformes structurelles sur l’activité économique. Actuellement les fondamentaux économiques s’améliorent progressivement (stabilisation du chômage, reprise des exportations et activité industrielle dans les pays du Sud, baisse des taux d’emprunt) et la croissance fait un timide retour, la reprise devrait continuer à se renforcer dans les mois et les années qui viennent. Il y a donc peu de chances d’observer un regain de tension durable sur les marchés actions européens. Je pense au contraire que le phénomène de rattrapage initié en 2012 devrait se poursuivre en 2014 et s’accentuer en 2015 et 2016, même sur les indices qui ont déjà bien performé comme le DAX en Allemagne. La crise des émergents pourrait également « profiter » aux marchés développés : face à la volatilité rencontrée sur les marchés émergents, les investisseurs ont déjà commencé à réduire la voilure sur ces zones pour chercher des zones d’investissement plus sûres. Les marchés européens offrent actuellement de bonnes opportunités de rendement avec un risque moindre que dans les émergents et pourraient donc servir de zone « refuge ».

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gamelledebouse
- 12/02/2014 - 09:08
Cassandre
Au titreur et intertitreur : on dit un KRACH financier (mot allemand) et éventuellement un CRASH d'avion si on parle franglais parce qu'on manque de vocabulaire en français .
Cela dit les soi-disant "experts" financiers se sont tous plantés depuis toujours . La Société Générale devrait plutôt surveiller ses Kerviel au lieu de jouer les Cassandre .
crisemajeure.fr
- 11/02/2014 - 20:39
Pourquoi le mur ne s'est pas effondré d'un coup - suite
Ces flux financiers colossaux issus de cette hyperspéculation, complètement déconnectés de la réalité des bases fondamentales de l'économie, sont l'objet de multiples truquages, manipulations, sur les places financières. C'est une poignée d'intervenants soumis aux ordres du cartel, qui agissent dans les coulisses pour maintenir coûte que coûte, par milliers de milliards $, cette situation de prédominance financière - voir cette vidéo http://www.youtube.com/watch?v=jvIudyRdF3Q

Ceci dans un but bien précis, sans aucun rapport avec l'enrichissement personnel des membres du cartel comme pourrait le croire la majorité des gens, une manœuvre largement engagée qui échappe totalement aux néophytes.
crisemajeure.fr
- 11/02/2014 - 20:36
Pourquoi le mur ne s'est pas effondré d'un coup, d'un seul !
D'ores et déjà l'effondrement de l'embasement du système monétaire est effectif, mais les effets ne sont pas conclusifs dans l'immédiat, le mur ne s'est pas effondré d'un coup, d'un seul.

Depuis les années 1980, la concentration financière orchestrée par le cartel de la véritable gouvernance mondiale a produit ses effets par palier, en cascade, spécifiquement à l'encontre de l'économie réelle soumise aux contraintes tortueuses de la mondialisation et à la montée en puissance du cartel de la haute finance apparenté au gouvernement invisible. En 2008, à cause de l'impact systémique, déstabilisant, des titres toxiques de type subprimes, ce cartel représenté par les banques a bénéficié de la planche à billets à outrance, mais sans contrepartie pour l'économie. Il a pu ainsi retrouver sa suprématie à grand renfort de masses monétaires gigantesques produites à taux zéro par les rotatives des banques centrales et aussitôt démultipliées sous l'effet d'une mégaspéculation opérée à souhait sur les marchés financiers.