En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Google a récemment été condamné par la Cnil
Mieux vaut tard...
Google épinglé par la CNIL : une première historique sur le sol français dans la protection des données privées
Publié le 09 février 2014
Samedi 8 février au matin, tous les internautes français ont pu constater l’apparition sur la page d’accueil de Google d’un message indiquant que la CNIL a condamné Google à 150 000 euros d’amende pour violations à la loi ‘Informatique et Libertés’. C’est une première sur le sol français.
Daniel Ichbiah est écrivain et journaliste, spécialisé dans les jeux vidéo, les nouvelles technologiques, la musique et la production musicale.Il est l'auteur de nombreux best-sellers tels que La Saga des jeux vidéos, Les 4 vies de Steve Jobs, Rock...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Ichbiah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Ichbiah est écrivain et journaliste, spécialisé dans les jeux vidéo, les nouvelles technologiques, la musique et la production musicale.Il est l'auteur de nombreux best-sellers tels que La Saga des jeux vidéos, Les 4 vies de Steve Jobs, Rock...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samedi 8 février au matin, tous les internautes français ont pu constater l’apparition sur la page d’accueil de Google d’un message indiquant que la CNIL a condamné Google à 150 000 euros d’amende pour violations à la loi ‘Informatique et Libertés’. C’est une première sur le sol français.

Atlantico : Selon la décision mise en ligne samedi (ici), "les règles de confidentialité mises en œuvre par Google ne serait pas conformes à la loi « informatique et libertés »". Que la CNIL reproche-t-elle exactement à Google ?

Daniel Ichbiah : Cette affaire remonte au début de l’année 2012… C’est à cette époque que Google a fait savoir qu’il entendait adopter de nouvelles règles pour ce qui est de la vie privée, des règles appelées à entrer en vigueur le 1er mars 2013. Parmi ces nouvelles règles figure une interaction beaucoup plus forte entre les services de Google. Par exemple des messages laissés dans Google+ vont apparaître dans le moteur de recherche de Google. Pour prendre un exemple, vous partagez une photo de vacances « cool » sur ce réseau social avec un ami et soudain, vous voyez cette photo apparaître lorsqu’on tape votre nom sur Google. Si cette semaine là, vous êtes à la recherche d’un emploi et qu’un recruteur trouve cette photo, il pourrait écarter votre candidature d’emblée.

Aux USA, l’Electronic Privacy Information Center (EPIC) avait déjà dénoncé cette pratique en écrivant ceci au gouvernement américain : « Des utilisateurs pourraient tomber sur une photo inattendue d’un ami et vouloir la partager avec le monde entier. Des éléments que certains ont partagés avec d’autres et qu’ils ont oubliés vont soudain surgir de manière inattendue, dans les résultats de recherche Google. »

En gros ce que disait l’EPIC, c’est qu’un cap avait été franchi : la frontière entre ce qui est personnel et ce qui est public n’était plus vraiment claire.

L’Union européenne pour sa part, a demandé à Google un délai : elle souhaitait examiner dans le détail ces nouvelles règles afin de s’assurer qu’elles étaient bien conforme à nos lois et à nos traditions de protection de l’individu. Google a refusé. C’est la même attitude qu’ont eu Twitter ou Yahoo! dans des situations similaires. Ils disent non. Par défaut, ils refusent de reconnaître qu’ils sont soumis aux droits, aux us et coutumes français ou européens. En fait, c’est un comble, mais ces filiales se considèrent comme relevant du droit américain !

En tout cas, l’Union Européenne n’a pas accepté cette attitude. Une étude approfondie des nouvelles règles de confidentialité de Google a été menée. Elle a révélé maintes violations de la directive européenne « Informatique et libertés » (qui protège le droit à la vie privée). Donc, en octobre 2012, vingt-sept autorités européennes de protection des données ont sommé Google de modifier ses règles relatives à la vie privée. Le géant californien avait 4 mois pour obtempérer. Il n’a rien fait. C’est dans la tradition de ces boîtes du Web d’obédience américaine ne négliger ce qui vient venir de France, d’Italie ou d’ailleurs.

Le 2 avril 2013, une action répressive a donc été entreprise par la CNIL en France et cinq autre autorités de protection des données d’Europe. Google a perdu : le 8 janvier dernier, la CNIL leur a infligé l'amende maximale de 150 000 euros. Ce qu’a fait Google était prévisible : ils ont fait appel - au Conseil d’Etat - mais ce dernier a rejeté leur appel. Et donc Google va payer l’amende, ce qui demeure symbolique, mais avant tout, doit étaler au grand jour qu’elle enfreint nos traditions et nos lois de protection de vie privée. Et ce deuxième aspect est de loin le plus important.

Cette décision va-t-elle réellement avoir un impact sur les responsables de Google ?

Je pense qu’à Google France, cela a dû les sonner. Ils n’ont pas l’habitude de se voir remettre à l’ordre. La justice en France s’est parfois montrée bien plus laxiste que dans d’autres pays européens – des individus victimes des abus de Google Suggest (qui complète automatiquement une requête parfois au détriment de l’individu) se sont adressés à la CNIL. Or, par un jugement de juin 2013, la Cour de Cassation a donné raison à Google dans une affaire de ce type. Une société d’assurances française, qui espérait faire retirer le terme « escroc » associé à son nom, a été déboutée de sa plainte. La cour de Cassation avait jugé que l’injure était le fait de l’internaute qui avait initialement tapé « escroc » et non de Google elle-même.

Il était alors surprenant de voir le laxisme de la justice française par comparaison avec des affaires similaires qui ont été jugées en Argentine ou en Italie, par exemple. Donc Google France a dû se dire qu’en France, c’était dans la poche. Le fait de se voir ainsi rappeler à l’ordre est une bonne leçon pour de telles filiales. Il est d’ailleurs surprenant de voir que, quelques jours plus tard, Yahoo! France a annoncé qu’ils se carapataient en Irlande. Il est possible que la décision de janvier 2014 n’y soit pas pour rien car ils appliquent les mêmes règles de mépris des demandes du simple internaute dont la réputation serait entachée par leur outil. Ils vont en Irlande car ils savent pertinemment que cette contrée, véritable paradis fiscal pour les géants du Web, est aussi hyper laxiste au niveau juridique envers eux.

Aux USA, les géants du Web peuvent véritablement agir comme bon leur semble ?

Google a eu l’habitude de gagner la plupart des affaires judiciaires – la plupart elle les traite à l’amiable. Cela a aussi été le cas au niveau des investigations gouvernementales. Ainsi, en janvier 2013, au terme de 21 mois d’investigation sur Google, la FTC (Federal Trade Commission), a finalement absous Google, au terme de quelques maigres concessions du géant Californien.

La pierre d’achoppement, pour Twitter, Yahoo!, Facebook et les autres, cela a toujours été l’Europe. Les Européens se sent plus concernés, nous avons une histoire différente, un attachement à certains principes inscrits dans notre ADN social depuis des siècles. Près de trois Européens sur 4 affichent un souci de la protection de leur vie privée. Ils souhaitent la conserver comme par le passé si tant est que cela demeure possible. Donc en Europe, ces sociétés du Web se voient reprocher leur irrespect délibéré des lois sur la vie privée, sur la propriété et des lois fiscales. Il est salutaire que l’Europe demeure un rempart contre ces sociétés qui arrivent en pays conquis, affichent un irrespect institutionnel de la vie privée d’autres alors qu’eux-mêmes gardent jalousement leurs propres informations privées.

Propos recueillis par Julie Mangematin

_____________________________________________

Auteur de Les Nouvelles Superpuissances, Daniel Ichbiah a très tôt dénoncé l’abus commis par les sociétés comme Yahoo!, Facebook ou Google au regard des libertés individuelles et de la vie privée.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 10/02/2014 - 00:02
Si au moins Hollande pouvait en tirer un accord commercial !
Il ne rencontre pas le patron de Google pour le sermonner (du moins je suppose) mais, j'espère pour essayer d'intéresser cette grande entreprise innovatrice sur le futur aux ressources de la France.
Renaud Bouchard
- 09/02/2014 - 19:33
CNIL? L'hôpital se fout de la charité (suite)
La CNIL déplore quant à elle de ne pas avoir été saisie en amont des dispositions de ce fameux article 13. Elle rappelle qu'elle peut exercer un contrôle a priori et a posteriori des traitements de données « et devra donc se prononcer sur les actes réglementaires créant les traitements projetés et pourra réaliser des contrôles sur place inopinés afin de s'assurer du respect des libertés individuelles. » (communiqué). Mais comment donc! Qu'elle nous explique de quelle manière en ne suprimant pas son propre communiqué...:http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/loi-de-programmation-militaire-la-cnil-deplore-de-ne-pas-avoir-ete-saisie-des-dispositions-rel/
Quant à l'amende, ce n'est pas 150.000 Euro que Google devrait payer, mais 1.500.000.000 ! Et là, la CNIL commencerait à être crédible.
Renaud Bouchard
- 09/02/2014 - 19:28
CNIL? L'hôpital se fout de la charité!
Quid de l'article 21 de la loi de programmation militaire octroyant tous les pleins pouvoirs à l'appareil étatique et le droit d'ingérence dans la vie privée des Français?Lisez plutôt ceci: L’article 13 du projet de loi de programmation militaire va industrialiser la possibilité pour la Défense, l’Intérieur, la Sécurité intérieure et Bercy de puiser directement dans les mains des FAI et des hébergeurs une ribambelle de données (contenant, contenu). L’accès pourra se faire « en temps réel », sur « sollicitation du réseau », expression que les parlementaires ont pris un très sérieux soin à ne pas définir. Pour ouvrir cette porte, il suffira de justifier de :
La recherche de renseignements intéressant la sécurité nationale,
La sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France,
La prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous. Lisez plus avant ceci, cela vous/nous concerne:
http://www.pcinpact.com/news/84780-surveillance-net-deluge-contestations-contre-patriot-act-francais.htm