En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 2 heures 39 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 3 heures 19 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 10 heures 43 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 10 heures 46 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 3 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 4 heures 30 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 10 heures 43 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 10 heures 43 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 10 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Une guerre de l'information : le conflit caché qui s'est joué au début du pontificat de François

Publié le 09 février 2014
Quand Joseph Ratzinger devient le 265e souverain pontife de l'Eglise catholique, la foule qui se presse devant la basilique Saint-Pierre est loin d'imaginer que cet homme élu par les cardinaux ne souhait pas être pape. Extrait de "L'homme qui ne voulait pas être pape", une enquête sans précédent dans les coulisses du Vatican, par Nicolas Diat (2/2).
Nicolas Diat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Diat est considéré comme un des meilleurs spécialistes du Vatican.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand Joseph Ratzinger devient le 265e souverain pontife de l'Eglise catholique, la foule qui se presse devant la basilique Saint-Pierre est loin d'imaginer que cet homme élu par les cardinaux ne souhait pas être pape. Extrait de "L'homme qui ne voulait pas être pape", une enquête sans précédent dans les coulisses du Vatican, par Nicolas Diat (2/2).

François a bien vite compris que sa volonté de réforme n’était pas partagée, et plus encore que des forces diverses allaient se liguer pour l’empêcher de connaître le fond réel des problèmes. En établissant une digue autour des principaux dossiers, la stratégie des adversaires du pape est simple. François se trouve donc obligé de contourner l’obstacle par la création de commissions à sa main. D’une certaine manière, cet esprit présidait également à la création de l’importante commission de huit cardinaux pour réformer la Curie. Ainsi, le 19 juillet 2013, le pape établit une nouvelle commission chargée de dessiner les contours de la réforme administrative et financière du Saint-Siège.

L’absence d’information du pape est précisément ce qui a pu l’enfermer dans un piège particulièrement choquant. Le 15 juin 2013, François procède à une nomination importante en choisissant Mgr Battista Ricca, lequel devient, par intérim, le nouveau prélat de l’IOR. Cette fonction n’était plus occupée depuis 2009. Mgr Pioppo, ancien secrétaire du cardinal Sodano, partait alors comme nonce en Afrique. Ce prélat dispose d’un pouvoir très important puisqu’il a la possibilité d’assister aux réunions de toutes les instances qui gouvernent la banque du Vatican, en particulier la commission cardinalice de contrôle ainsi que le conseil de surveillance, c’est-à-dire le conseil d’administration. Il ne fait aucun doute que le pape cherche ainsi à promouvoir un homme de confiance qui pourra lui apporter l’information nécessaire. Directeur de différentes résidences hôtelières du Saint-Siège, dont la maison Sainte-Marthe, où le pape a décidé de vivre depuis son élection, ainsi que la maison du clergé Paul VI, occupée par le cardinal Bergoglio lors de ses voyages à Rome, Mgr Ricca a acquis au long des années la confiance du futur pape… Las, Sandro Magister, vaticaniste de L’Espresso, révèle, début juillet 2013, la vie cachée de Mgr Ricca, mélange étrange d’une homosexualité assez débridée et de relations conflictuelles avec ses différents supérieurs. Le papier de l’un des principaux hebdomadaires italiens ruine toute la portée de l’une des premières nominations du pape. Très vite, il apparaît que le dossier – interne au Vatican – de Mgr Ricca avait été vidé de sa substance. Les faits, compromettants pour un ecclésiastique, n’étaient pas connus de François, qui avait pourtant bien pris soin de se renseigner. Le problème de Mgr Ricca fait également ressurgir la question lancinante depuis le conclave du fameux lobby gay.

Dans l’avion du retour des JMJ de Rio, fin juillet, le pape choisit de répondre aux interrogations des journalistes. De Mgr Ricca, il dit avec une grande finesse : « J’ai fait ce que prévoit le droit canon, c’est-à-dire l’investigatio praevia [l’enquête préliminaire], et nous n’avons rien trouvé. Mais je voudrais ajouter quelque chose là-dessus. Je constate que, souvent, dans l’Église, dans ce cas comme dans d’autres cas, on va chercher les péchés de jeunesse et on les publie – pas les délits, c’est autre chose, par exemple l’abus sur des mineurs est un délit –, mais si un laïc, un prêtre, une religieuse a fait un péché et s’est converti, le Seigneur pardonne. Quand le Seigneur pardonne, le Seigneur oublie. […] Et nous, nous n’avons pas le droit de ne pas oublier. Nous courrons le risque que le Seigneur n’oublie pas nos péchés. » Puis, sur le lobby gay : « On écrit beaucoup sur ce lobby gay, je ne l’ai pas encore trouvé. Je n’ai encore rencontré personne au Vatican qui me montre sa carte d’identité avec écrit “gay”. On doit distinguer le fait d’être homosexuel, et le fait de faire partie d’un lobby, car les lobbies ne sont pas bons […]. Si une personne est homosexuelle, qui suis-je pour la juger ? Le catéchisme dit de ne pas marginaliser ces personnes. Le problème n’est pas d’avoir cette tendance, nous devons être frères, […] le problème est de faire des lobbies, lobbies des affaires, lobbies politiques, lobbies des francs-maçons, c’est cela le problème le plus grave. » Ainsi, dans cette petite affaire de Mgr Ricca, le pape se trouve dans une situation qui fut le quotidien de Benoît XVI. François a été la victime d’un sombre piège, tendu non par des ennemis de l’extérieur, mais bien dans la Curie elle-même, s’il est avéré que, à la secrétairerie d’État, quelqu’un s’est tu alors qu’il savait…

Une différence notable par rapport au pontificat précédant vient de la réaction du nouveau pape. Il prend bonne note de la bassesse consistant à faire fuiter vers un journaliste des informations sur un prélat qui a certes commis des fautes au regard de ses engagements sacerdotaux, mais qui ne méritait pas, comme tout un chacun, le supplice médiatique. François comprend bien sûr qu’il est la véritable cible d’une opération qui vise à ébranler sa crédibilité. Il ne compte pas en rester là…

Le 8 août 2013, au cœur de l’été, alors que bon nombre des membres de la secrétairerie d’État sont partis en vacances, à commencer par le cardinal Bertone, il crée, par un Motu proprio, un Comité de sécurité financière « afin de coordonner les autorités compétentes du Saint-Siège et de l’État de la Cité du Vatican en matière de lutte contre le blanchiment d’argent ». Ce texte de François, qui complète et approfondit un Motu proprio de Benoît XVI, signifie à tous qu’il ne veut pas se laisser impressionner par les péripéties, aussi désagréables soient-elles, des chausse-trapes vaticanes. Le pape donne ainsi une confirmation définitive à sa volonté de tendre vers la plus grande transparence financière. Mais il sait aussi que l’écart peut être grand entre sa volonté et les visées de certains. En fait, François ne perd pas de vue que le chemin vers cette sorte d’éthique des affaires vaticanes sera long !

Cependant, il est incontestable qu’entre les vœux pieux du président de l’IOR et l’attitude déterminée du pape, s’est creusé un écart.

Lors d’une homélie du matin, le 11 juin 2013, François a mis le feu à la poudrière, si prompte à s’enflammer, de la banque divine, en déclarant, l’air de rien : « Dès le départ, c’était comme ça : saint Pierre n’avait pas de compte en banque, et quand il a dû payer les impôts, le Seigneur l’a envoyé en mer pêcher un poisson et trouver dedans la monnaie, pour payer. […] Quand nous voulons faire une Église riche, l’Église vieillit, n’a pas de vie. […] Il faut certes poursuivre les œuvres de l’Église, et certaines sont un peu complexes, mais avec un cœur habité par la pauvreté. » Avec ce ton caractéristique, qui sonne comme le tocsin d’une forme frelatée de pouvoir curial, François ouvre des voies qui pourraient ne pas finir dans une impasse.

En octobre 2013, pour la première fois, la banque publie un rapport annuel ; ce dernier révèle que l’établissement a réalisé en 2012 un bénéfice net de 86,6 millions d’euros, en forte croissance par rapport à l’année précédente.

De même, quelques jours plus tôt, le Corriere della Sera révèle que l’IOR a demandé à neuf cents de ses clients de procéder à la fermeture de leurs comptes en raison de fortes présomptions de blanchiment d’argent sale. À cette occasion, le porte-parole de la banque a rappelé que l’Autorité d’information financière du Vatican a lancé depuis une 2012 une vérification de l’ensemble des dix-neuf mille comptes de la banque. Le journal italien affirme aussi que l’IOR a demandé la fermeture de comptes des missions diplomatiques d’Iran, d’Irak et d’Indonésie, suite à une enquête sur le dépôt et le retrait d’importantes sommes en liquide – pouvant s’élever jusqu’à 500 000 euros en une seule fois… Enfin, le 8 octobre 2013, la Commission pontificale pour l’État de la Cité du Vatican promulgue une loi sur la transparence, la vigilance et l’information financière. À la suite du Motu proprio de Benoît XVI en décembre 2010 et de celui de François en août 2013, la nouvelle loi établit notamment des normes particulièrement sévères anti-recyclage et anti-financement du terrorisme. De même, elle règle la discipline en matière de mouvements transfrontaliers en espèces, entrée comme sortie de l’État de la Cité du Vatican, pour les sommes égales ou supérieures à 10 000 euros.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Minstral
- 11/02/2014 - 15:27
Sonner les cloches
"Avec ce ton caractéristique, qui sonne comme le tocsin d’une forme frelatée de pouvoir curial..."

S'il s'agit d'enterrer cette forme frelatée, sonner le glas est plus approprié, non ? Pour l'alarme, c'est déjà fait...
ABCD
- 10/02/2014 - 01:32
Mise au point
@ignace.
Le christianisme est l'exact contraire de ce que vous écrivez.
(Ceci dit sans vouloir vous incommoder)
1- Son SEUL fondement est justement que l'on a vu Dieu: c'est le Christ. C'est ainsi. Un chat est un chat.
2- La religion chrétienne n'a AUCUNE dépendance quant à la qualité des humains qui la dirigent.
C’est justement ce qui fait son invincibilité. Seule la Parole est Vivante (le Christ EST la Parole et il vit toujours puisqu’il a vaincu la mort terrestre) et même des bras cassés et des idiots complets au Vatican ou ailleurs, peuvent être les vecteurs efficaces de cette parole, qui est infiniment plus forte qu’eux.
Réfléchissez-bien à ça, ce n'est pas très facile à comprendre d'abord puis à admettre ensuite.
ignace
- 09/02/2014 - 23:23
article interessant
nous rappelant que l'on n'a jamais vu dieu mais que les religions dépendent de la qualité des humains qui les dirigent