En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis

02.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

03.

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

04.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

05.

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

06.

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

07.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Mauvaise nouvelle
Réchauffement climatique : la fonte de la calotte glaciaire du Groenland a atteint un point de non-retour
il y a 4 heures 32 min
pépites > International
Menace
Le Pentagone crée une unité d'étude des ovnis (pas forcément extraterrestres)
il y a 5 heures 52 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Le Haut conseil de santé publique recommande le port du masque dans tous les lieux clos collectifs
il y a 7 heures 4 min
décryptage > International
Nuances

Trump président impulsif, incendiaire... mais souvent efficace ?

il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > International
Tendresse
Beyrouth : une association réunit les victimes de l'explosion avec leurs animaux de compagnie
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Santé
Avec modération

L’abus de yoga serait-il mauvais pour la santé ?

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Histoire
Mémoires d'outre-tombe

Série de l'été : les femmes qui ont changé l'Histoire. Aujourd’hui, Charlotte Corday

il y a 11 heures 37 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

il y a 11 heures 58 min
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Europe
Mobilisation
Bélarus : Loukachenko s’est entretenu avec Poutine, le Kremlin assure que les "problèmes en cours" vont être bientôt résolus
il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Célébrations
15 août : à Lourdes, une messe de l’Assomption en petit comité
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Là où chantent les écrevisses", une enquête policière envoûtante à lire absolument.

il y a 8 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
Historique
Ligue des champions : revivez les 10 (!) buts du match où le Bayern Munich a humilié Barcelone
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Santé
Vecteur

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Santé
Mode inutile

L’eau de coco : impact positif zéro sur votre santé

il y a 11 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis
il y a 11 heures 50 min
décryptage > International
Bruit de vagues en Méditerranée

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 1 jour 3 heures
© REUTERS/Benoit Tessier
De "La manif pour tous" à "Jour de colère", le climat politique actuel est violent.
© REUTERS/Benoit Tessier
De "La manif pour tous" à "Jour de colère", le climat politique actuel est violent.
Tension

Violence du débat politique : pourquoi la France doit éviter la double tempête venue à la fois de la gauche et de la droite

Publié le 06 février 2014
La gauche compare chaque mouvement de protestation contre sa politique à une atteinte envers la République. La droite, en retour, nie systématiquement la légitimité du président. Ces deux postures ne permettront pas de retrouver un débat démocratique apaisé.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche compare chaque mouvement de protestation contre sa politique à une atteinte envers la République. La droite, en retour, nie systématiquement la légitimité du président. Ces deux postures ne permettront pas de retrouver un débat démocratique apaisé.

La démocratie est le meilleur des régimes avant tous les autres quand on n'a pas d'adversaires !

Comment ne pas proférer cette incongruité en considérant ce qui est advenu depuis quelques semaines ?

Une querelle minuscule est révélatrice du climat.

Henri Guaino traite le président de la République de "petit monsieur" parce que celui-ci, dans un livre à paraître, a qualifié son comportement de "factieux" lors du débat et des manifestations liés au mariage pour tous.

Ce terme de factieux est très grave et renvoie une opposition politique on ne peut plus légitime dans la sphère des coups de force contre l'Etat et de l'incivisme.

Cette polémique - même si Henri Guaino ne les déteste pas d'initiative, notamment quand il quitte le plateau de C à vous parce qu'il ne supporte plus Jean-Luc Romero et l'arbitrage orienté de Patrick Cohen - n'aurait même pas été remarquée si elle ne s'inscrivait dans une tendance préoccupante.

Celle-ci montre le pouvoir socialiste et ses soutiens politiques en proie à une véritable démesure républicaine, voire, pour Manuel Valls, à la permanence d'un ton d'apocalypse, hier pour l'affaire Dieudonné et avant la manifestation massive et pacifique du 2 février. J'ai été plus qu'étonné par un entretien où le ministre de l'Intérieur, avant même la survenue du moindre incident, menaçait, se posait en défenseur farouche de la police comme si c'était ces citoyens-là qui allaient s'en prendre à elle et les dénonçait préventivement comme étant "contre la République et nos principes". Heureusement que le président de la République a déclaré qu'on avait le droit de manifester en France !

Au soir de ce défilé dont on avait été contraint de reconnaître l'ampleur, comment Harlem Désir avait-il le front de reprocher à certains députés UMP d'avoir été présents dans cet immense mouvement démocratique ? De quoi se mêle-t-il ? Tolérerait-il qu'on l'accablât parce qu'il a approuvé des mesures, selon la droite choquantes ? Je lui suggère de s'occuper du seul Parti socialiste : il lui donne assez à faire et la réussite du gouvernement n'est pas telle qu'elle n'exige plus son concours, à le supposer souhaité par le président.

Quelle déplorable conception idéologique de la République et de ses valeurs, comme si l'une et les autres appartenaient, tel un bien dévolu de toute éternité, à la gauche, au socialisme et à ceux qui applaudissent les bouleversements de société que le pouvoir a fait voter ou qu'il projette !

Cette manière de susciter par un verbe comminatoire les orages qu'on prétend vouloir apaiser et le recours, pour faire peur, à l'atmosphère des années 30 définissent clairement une stratégie d'effervescence et de trouble dont on voudra imputer la responsabilité aux adversaires expulsés magiquement du processus démocratique.

Derrière toutes ces controverses il y a la volonté perverse de faire peser sur l'opposition une présomption d'illégitimité comme si toute contradiction, toute manifestation, toute réaction étaient forcément inspirées par un dessein malfaisant et ne méritaient pas de s'insérer normalement dans notre espace public.

Je regrette que certains médias favorisent cette propension au complexe de persécution et à la défiance, notamment Le Monde qui, pour ces questions de société, adopte une vision certes homogène mais toujours dénuée d'empathie et de compréhension à l'égard de ceux qui ne pensent pas comme lui. Même Gérard Courtois ne parvient pas à nous expliquer pourquoi être réactionnaire constituerait une réplique décisive sur le fond et le devoir éthique qui résiderait dans l'adaptation au fil du temps. Je ne parviens pas à appréhender un abandon paresseux à toutes les formes d'évolution et de modernité comme la marque d'un progressisme qui serait une vertu et d'une politique qui aurait du courage.

Je crains que de plus en plus on fasse des opposants des ennemis de la République.

Il est essentiel que ceux-ci ne tombent pas dans le piège que la surenchère socialiste a mis en place. Faire lever des orages pour en accuser d'autres qu'eux-mêmes. Hurler à des périodes sombres pour laisser croire qu'elles sont là, présentes à nos portes, à cause d'une droite pourtant si timorée puisqu'elle comprend mal cet émoi populaire qui la dépasse et auquel elle a peu adhéré. Parce que la gauche a gagné, sur ce plan, la bataille de la mauvaise conscience. Que je sache, Jour de colère, c'était le 26 janvier, et non pas le 2 février !

Rien ne sert de protester dans la rue à l'encontre d'une loi votée et qui est devenue celle de la République. C'est donner un mauvais exemple et à son tour, de la part d'une certaine droite, et donner du grain démocratique à moudre à ses adversaires.

Le président de la République, qui a mis du temps, a reporté sine die le projet de loi sur la famille qui n'aurait pas traité de la GPA mais abordé la question délicate de la PMA. Ce n'est pas la peine de crier victoire sur un mode arrogant. Au contraire il convient de féliciter François Hollande qui pour une fois a préféré l'écoute d'une partie non socialiste du peuple à son totalitarisme subtil et mou. Tous les dangers ne sont pas écartés puisque les députés socialistes ulcérés par ce report vont remettre sur le chantier des éléments non négligeables contenus dans le texte renvoyé aux calendes grecques.

La droite doit prendre garde aussi au fait de ne pas dénier la légitimité du président de la République. Certes il déçoit. Pour faire pièce à l'agitation de son prédécesseur, il s'est campé dans une attitude à la fois volontariste et apparemment plus sereine mais s'il a choisi la social-démocratie pour sa politique économique et financière, il va demeurer plus que jamais socialiste, pour le pire et pour compenser, sur tous les autres registres, notamment sociétaux, de sa mission. Ce n'est pas parce qu'il est tombé, et nous avec lui, dans le ridicule récemment qu'il faut oublier que le grand débat national aura lieu seulement en 2017. Jusque-là, l'opposition devra avoir de la tenue, vigoureuse si nécessaire, réceptive si besoin est mais en tout cas jamais sectaire au point de s'en prendre grossièrement et sur un mode grotesque à celui qui a été élu au mois de mai 2012.

Elle devra d'autant plus se maîtriser et être intelligente que l'engagement fondamental de François Hollande d'être un président qui rassemble et unit a été clairement battu en brèche. François Hollande n'est plus qu'un homme qui parle de concorde. C'est trop peu.

La France doit résister à une double tentation contradictoire et perverse. A une double tempête.

Celle soufflée par la gauche pour discréditer, par avance, le combat de la droite contre ce qui menace subtilement ou ostensiblement.

Celle, en réaction, venue de la droite exaspérée par un suffrage universel qui en 2012, selon elle, s'est égaré.

Cet article a été initialement publié sur le blog de Philippe Bilger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Imragen
- 07/02/2014 - 07:49
Le Théâtre Politique
Ayrault est devenu un moulin à vent
Valls sonne de plus en plus creux
Montebourg fait savoir qu'il s'agite
Mosco... où est Mosco ?
Peillon s'est enlisé dans son Administration
Najat surnage comme de l'huile sur une soupe
Cazeneuve racle partout, sauf les fonctionnaires
Sapin dort
Duflot réussit flop sur flop
Filipetti inaugure les jours pairs et lance un plan les jours impairs
Taubira aboie de plus en plus
Tous les autres n'existent qu'un jour par semaine le mercredi pour le Conseil des Ministres.
.
Et Pépère étudie la route pour son scooter.
.
Et nous qui pensions qu'ils allaient remettre la France debout...
.
Plus jamais le PS !!!!
pertuisane
- 07/02/2014 - 06:55
Allons, au fait !
Pour se dépatouiller de ses échecs et du discrédit qui entache de manière indélébile son mandat, le Bouffi instille un climat de guerre civile ...là, c'est clair !
stephanoise
- 06/02/2014 - 23:40
Désolée
Préparez vous ...
Il est tard bonne nuit