En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Indicateurs positifs
Edouard Philippe dévoile les nouvelles mesures pour la phase 2 du déconfinement
il y a 37 min 12 sec
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 1 heure 32 min
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 2 heures 55 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 4 heures 1 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 5 heures 23 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 6 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 1 heure 16 min
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 2 heures 7 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 3 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 6 heures 2 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 6 heures 29 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 7 heures 54 sec
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 7 heures 25 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 9 heures 23 min
© Reuters
La gauche a-t-elle un problème avec la démocratie ?
© Reuters
La gauche a-t-elle un problème avec la démocratie ?
Le peuple ? Connaît pas...

Réformes sociétales : la gauche a-t-elle un problème avec la démocratie ?

Publié le 06 février 2014
Avec
La gauche au pouvoir vire à l'autoritarisme pour imposer sa vision de la société, pourtant de moins en moins consensuelle. Une approche décriée qui faisait dire à Julien Dray sur BFMTV et RMC que "une loi sociétale, ça ne se joue pas à 51-49", soulignant l'absence de légitimité pour de telles réformes. Le gouvernement ne l'entend pas cette oreille, pensant que sa supériorité morale peut se passer de démocratie.
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche au pouvoir vire à l'autoritarisme pour imposer sa vision de la société, pourtant de moins en moins consensuelle. Une approche décriée qui faisait dire à Julien Dray sur BFMTV et RMC que "une loi sociétale, ça ne se joue pas à 51-49", soulignant l'absence de légitimité pour de telles réformes. Le gouvernement ne l'entend pas cette oreille, pensant que sa supériorité morale peut se passer de démocratie.
Avec

Atlantico : Interrogée récemment sur l'insistance des manifestants de ce dimanche 2 février, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des Femmes, a déclaré "Notre responsabilité de gouvernement est non seulement de faire des réformes pour faire progresser la société mais aussi de les faire accepter". N'est-ce pas aller à contre-courant de l'opinion majoritaire ?

Denis Tillinac : Le vrai problème est d'après moi que les socialistes ont encore un sursis de légalité devant eux puisqu'ils détiennent l'Elysée, Matignon, l'Assemblée, les collectivités territoriales, sans parler des corps intermédiaires (Conseil d'Etat, tribunaux…) des intellectuels et des médias. C'est là beaucoup trop de pouvoir à un moment ou la France n'est plus de mèche avec le projet de société porté actuellement. Les socialistes, s'ils ont timidement pris acte en début de semaine, n'ont ainsi visiblement pas compris que ces présupposées "avancées" étaient aujourd'hui profondément rejetées par une partie de la France. Ce mouvement n'est d'ailleurs pas mieux interprété par l'UMP et le Front National qui n'ont pas non plus réussis à en récupérer les fruits. Puisque cette France refuse aujourd'hui une certaine vision du progrès que l'on souhaite imposer, on comprend que la question de l'articulation entre légalité et légitimité devient cruciale pour ce gouvernement. Il n'est donc pas étonnant dans un tel contexte de voir le gouvernement reculer de manière provisoire sur la PMA et la GPA.

Peut-on considérer qu'avec une majorité de 51% M. Hollande dispose de fait d'un mandat pour transformer la société en profondeur ?

Denis Tillinac : Il dispose d'autant moins de marge de manœuvre qu'il dispose encore une fois d'une concentration de pouvoirs dont l'importance est presque inédite. Face à cette France officielle, la France profonde résiste et ce tiraillement annule logiquement le mandat de M. Hollande sur de nombreux sujets. Son seul devoir historique serait aujourd'hui de calmer le jeu en demandant à ses amis idéologues d'abandonner des projets sociétaux qui ne sont pas consensuels et qui accentuent une fracture qui risque de devenir de plus en plus violente.

Lorsque l'on observe le développement historique et politique de la gauche, qu'est-ce qui pourrait expliquer cette volonté d'imposer un projet pas toujours consensuel mais estimé comme universellement bénéfique ?

Denis Tillinac : Pour ce qui est des raisons "tactiques", cette obsession du sociétal s'explique évidemment par un renoncement justement historique du socialisme sur les questions socio-économiques au profit de réformes culturelles. Motivés par le doux rêve d'atteindre un océan de libertés, on sort du tiroir des réformes comme le mariage pour tous, la parité ou encore la popularisation des "gender studies" dont la seule vertu est de maintenir une cohésion de moins en moins solide à gauche. La récente affaire Dieudonné, que Manuel Valls a enclenché quelques heures après la publication de mauvais chiffres sur le chômage, en est une récente illustration.

Sur un plan plus idéologique, on peut dire que le parti socialiste est un parti d'élus se répartissant entre une social-démocratie "gestionnaire" et une vision soixante-huitarde dont l'intensité ne semble pas avoir baissé depuis les années soixante. Ces derniers ayant compris que la révolution étatique n'était plus possible dans un monde globalisé, ils reprennent les théories libertaires de Marcuse sur la sexualité afin de conserver une identité qui leur paraisse de gauche. Cette obsession idéologique se retrouve d'ailleurs chez les Verts et le Front de Gauche qui n'affichent que peu de différence en termes de programmes sur les sujets sociétaux avec les socialistes. Cette frange qui voudrait nous amener au "Meilleur des mondes" représente ainsi selon moi une menace bien plus importante pour la démocratie que les Dieudonné et consorts. François Hollande, qui n'est clairement pas héritier de cette idéologie, arrive quelque part au bout de sa logique aujourd'hui avec l'instrumentalisation de tels "penseurs".

Jean-Pierre Deschodt : Je crois avant toute autre chose qu’il serait bon de préciser que la principale composante de la gauche, le parti socialiste, est dans la tourmente. Le collectivisme s’étant effondré, il est désormais sans véritable doctrine ce qui le contraint à une vision économique moins dirigiste que celle qui était exposée dans les 110 propositions de François Mitterrand. Il a fallu tout de même attendre la déclaration de principes de 2008, initiée par celle de 1990, pour que le P.S. l'acceptât en toutes lettres : « Les socialistes sont partisans d'une économie sociale et écologique du marché, une économie de marché régulée par la puissance publique… » . Cette rupture n'est pas sans conséquence sur son évolution actuelle. Le Parti socialiste n’est donc plus socialiste au sens traditionnel du terme, il est devenu sociétaliste. Ses membres font ainsi l’aveu qu’il n’a plus les moyens politiques de résoudre la question sociale. C’est à une véritable retraite que nous assistons mais celle-ci se fait pour l’instant en bon ordre concentrant ses forces dans le champ sociétal. Le mariage gay, la PMA, la GPA, bientôt l’euthanasie constituent autant de repères qui jalonnent le parcours de l’idéologie sociétaliste. La méthode qui est ici préconisée pour imposer ces mesures ressemble étrangement à celle qui était pratiquée au temps du collectivisme triomphant.A savoir :

1/ Reconnaissance d’un déterminisme qui se situe aujourd’hui sur le plan des mœurs

2/ les forces de progrès ont seules conscience de l’évolution à donner pour le bien être de la société

3/ Les forces réactionnaires appartiennent à un modèle révolu que l’histoire a déjà condamné. Un collectivisme peut toujours en cacher un autre, celui des mœurs par exemple.

La supériorité morale que la gauche tend à opposer aux réticences de certains français est-elle productive ? Est-elle sans risque pour la démocratie ? Cette insistance n'est-elle pas problématique sur le plan démocratique ?

Denis Tillinac : Cette supériorité morale ne tient que par la lâcheté de la droite politique qui va sans cesse mendier sa respectabilité en se présentant comme "la droite républicaine", comprenez celle qui ne dérange pas trop la gauche. Il n'est donc pas étonnant de voir la gauche se prévaloir de cette supériorité puisque même l'opposition finit par camper sur ces valeurs. La "vraie droite" (qui n'est pas l'extrême-droite) d'inspiration conservatrice sur le plan moral et intellectuel fait logiquement peur à une gauche qui campe dans des "valeurs républicaines", ce dernier concept ne définissant d'ailleurs pas grand-chose de façon concrète. Les valeurs ne sont pas l'apanage d'un régime particulier.

Les projets de société inspirés de la gauche ne sont pas les premiers à diviser, l'école libre et l'IVG étant là pour le rappeler. Comment expliquer qu'il suscite régulièrement une telle animosité dans l'opposition ?

Denis Tillinac : Le terrain des valeurs est toujours ce qui met la droite "populaire" dans la rue, bien que la droite politique ait toujours du mal à comprendre qu'elle peut rencontrer des victoires sur ce que l'on appelle le "champ épistémologique". Il faut pourtant qu'un parti comme l'UMP finisse par sortir de sa résignation sur les questions culturelles afin de s'atteler à ces chantiers cruciaux, sans quoi elle continuera de voir son électorat s'orienter vers l'abstention ou le Front national. 

Jean-Pierre Deschodt : Il s’agit ici d’un rapport de force permanent entre ceux qui prétendent incarner le mouvement et ceux qui choisissent la résistance à ce même mouvement. À chaque fois que des sujets touchant à la vie en général deviennent des enjeux politiques, chacun des camps recherche la mise en place d’une propagande radicale pour imposer sa vision de la société. La mobilisation des énergies aboutit à une lutte titanesque dont le vainqueur veut s’assurer une victoire sans condition. Rien n’est moins sûr. Prenons l’exemple de l’IVG, la vive opposition actuelle s’explique d’autant plus facilement que cette question recouvre une dimension anthropologique et détermine l’avenir de la civilisation. Si l’on considère qu’il est nécessaire de s’opposer à ce mouvement mortifère, la résistance devient alors un devoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (86)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
HerveLE
- 10/02/2014 - 14:54
qu'est-ce que c'est
la gauche serait elle capable de définir meme ce qu'est le mot "républicain?"
arcole 34
- 06/02/2014 - 14:59
@GLIOCYTE - 05/02/2014 -- 12h50
Gliocyte, rassurez-vous je ne suis pas aveugle mais vous comprendrez peut-être que le travail militant en groupe constitué de personnes élues ou non nécessite un débat et une confrontation interne à la structure. Lorsque une position est arrêtée il faut qu'elle soit en adéquation avec la ligne politique dans le cas contraire il ne sert à rien d'être dans un parti . Je persiste à dire que la MPT n'a aucune influence sur les débats parlementaires précités , je rappelle aussi que MLP , elle aussi n'a pris de position officielle sur le MPT ( elle fut assez critiquée pour cela ) . Ce mouvement n'a pas voulu être récupéré par les partis politiques traditionnels et devenir la propriété intellectuelle de certaines personnalités politiques. Cela se respecte dans une démocratie, je ne mets pas en doute vos sentiments anti - PS mais parfois des propos tenus sur ce site m'incline à penser le contraire mais je me dis que nous sommes en période électorale alors tout est permis même d'énoncer des mensonges . J'espère avoir répondu à vos interrogations de toute façon le débat politique est rendu de plus en plus difficile actuellement , à qui cela profite je ne le sais pas .
PATRIE63
- 06/02/2014 - 11:51
@Anguerrand
J e n'ai jamais dit que critiquer le programme du FN était débile..mais comme vos maitres à penser, vous ne savez lire , écouter ou comprendre vos adversaires ! Ce qui est débile en revanche c'est d e faire le procés de ceux qui , selon vous, voteraient FN sans avoir lu le programme de ce parti....je réitère donc ma question : pensez vous qu 'il y ait beaucoup d'électeurs de Hiollande ou de Sarkosy qui aient lu leur programme avant de se prononcer ? L e problème que vous évoquez n'est donc pas spécifique au FN, mais général pour l 'ensemble de l 'électorat. L 'électeur ne se prononce pas en fonction d'un programme (qui ,de toute façon, ne sera jamais integralement appliqué, quel que soit le parti), mais de "grandes lignes" : fiscalité, sécurité, chomage..