En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 16 min 1 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 12 heures 14 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 8 heures 55 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 10 heures 54 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 12 heures 43 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
Beaucoup de Français seraient prêts à renoncer à des services publics pour payer moins d’impôts.
© Reuters
Beaucoup de Français seraient prêts à renoncer à des services publics pour payer moins d’impôts.
Bonne nouvelle

Inutile de renoncer à des services publics pour payer moins d'impôts, ce qu'il faut c'est un meilleur management de la fonction publique

Publié le 27 janvier 2014
Les Français seraient plus de 60 % à se dire prêts à renoncer à des services publics pour payer moins d’impôts (enquête BVA-Institut Paul Delouvrier). Mais envisager la question sous cet angle est une erreur, puisque cela revient à dire que lesdits services sont bien gérés et qu'ils pâtiraient forcément d'une baisse de financement.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français seraient plus de 60 % à se dire prêts à renoncer à des services publics pour payer moins d’impôts (enquête BVA-Institut Paul Delouvrier). Mais envisager la question sous cet angle est une erreur, puisque cela revient à dire que lesdits services sont bien gérés et qu'ils pâtiraient forcément d'une baisse de financement.

Un récent sondage d’opinion a jeté les bases de la nouvelle communication gouvernementale: beaucoup de Français seraient prêts à renoncer à des services publics pour payer moins d’impôts. L’affirmation vaut d’être bien pesée : elle nourrit l’idée que les services publics sont bien gérés et que, pour diminuer les impôts, la seule solution consiste à supprimer des services rendus aux citoyens.

Cette équation est une aubaine pour les fonctionnaires: elle évite de pointer du doigt la gabegie dans les dépenses publiques. C’est probablement le principal cheval de bataille de la technostructure publique aujourd’hui: éviter à tout prix que le contribuable ou ses représentants ne mettent le nez dans les petits arrangements entre amis et alliés qui prospèrent depuis plusieurs années à l’abri des regards. Que des réductions de dépenses soient inévitables, certes! Mais les fonctionnaires font tout pour qu’elles les épargnent, et qu’elles ne nuisent qu’aux contribuables eux-mêmes.

C’est probablement le paradoxe de la politique gouvernementale : sous couvert de diminuer les dépenses publiques, se prépare une préservation du périmètre des administrations existantes, et une diminution des services rendus aux citoyens. Pour maîtriser les dépenses, on garde la Mercedes, mais on diminue les kilomètres parcourus, là où il faudrait tout simplement changer de véhicule et de moteur.

Lors de ses vœux aux fonctionnaires, à Metz, Jean-Marc Ayrault l’a d’ailleurs revendiqué avec un aplomb totalement stupéfiant: « Pourquoi voulez-vous que les économies se fassent sur le dos des fonctionnaires ? », a-t-il déclaré aux journalistes. Forcément, si les économies ne se font pas sur le dos des fonctionnaires, elles se feront sur le dos des contribuables...

La caricature de cette lutte becs et ongles pour préserver des rentes de situation est probablement donnée par les douanes. Le 21 janvier, les douaniers sont descendus dans les rues un peu partout en France pour protester contre les réductions d’effectifs dans les services d’ici à 2018. Il faut pourtant rappeler quelques réalités simples. En 1950, la France comptait 15.000 douaniers. En 2014, alors que les frontières directes avec la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, ont disparu, la France compte 17.000 douaniers. Comment expliquer que les effectifs de la douane augmentent alors que les frontières diminuent?

Les douaniers aiment à répéter, pour justifier cette évolution aberrante, que les missions ont changé, que l’activité à augmenté, et autres fariboles qui sont autant de nuages de fumée pour égarer le citoyen. Là encore, un exemple simple suffit à montrer la folie des résistances farouches dans l’administration. La Normandie compte deux régions (la Basse-Normandie dont le chef-lieu est Caen, et la Haute-Normandie dont le chef-lieu est Rouen), mais... trois directions régionales de la Douane (Caen, Rouen et Le Havre), alors que le seul contact de la Normandie avec l’étranger se fait par la mer. Qui peut encore justifier ce genre d’aberrations ?

Il est évident qu’un programme visant à ramener les effectifs de la Douane française au volume existant il y a cinquante ans, époque où tout véhicule sortant de France était arrêté et contrôlé, permettrait une diminution de la masse salariale de 15 % dans cette direction très grassement rémunérée, sans qu’aucun Français ne s’en aperçoive. Mais, pour rendre cet arbitrage élémentaire, il faudrait que les ministres aient encore une quelconque autorité sur les départements qu’ils dirigent, et qu’ils soient décidés à en faire usage.

Dans cet ordre d’idée, les fonctionnaires savent tous qu’aucun département ministériel n’échappe à ces petits arrangements. Mais comme à la glorieuse époque de Dominique Strauss-Kahn où pas un journaliste ne parlait des dangereuses déviances du personnage, pas un fonctionnaire aujourd’hui ne se décide à mettre sur la place publique les dysfonctionnements connus de chacun.

Pourtant, certains sont accablants. Par exemple, en 2014, le ministère de l’Education Nationale ouvre 75 postes aux concours externes de philosophie, et 275 postes en lettres classiques. Dans le même temps, l’inspection de philosophie plaide pour l’extension de la philosophie à la classe de première, parce que les sureffectifs sont tels qu’on ne parvient plus à les écouler devant les classes de terminale. En lettres classiques, les effectifs inscrits au lycée sont également confidentiels, et le ministère se garde bien de les communiquer. Mais il est de notoriété publique que les cours de latin ou de grec se donnent souvent devant des classes de moins de 10 élèves.

Pourquoi maintenir des concours pléthoriques chaque année dans ces filières ? Parce que l’existence de ces enseignements dans certaines universités de province en dépend. L’enseignement de la philosophie dans des universités comme Caen, des lettres classiques dans des universités comme Reims, doit sa survie aux débouchés offerts par les concours nationaux du second degré. C’est pour cette raison que ces options sont artificiellement maintenues en vie dans les lycées: il ne s’agit pas de mieux former les élèves, mais de protéger le fromage d’universitaires influents qui veulent garder leur pré carré local.

Lorsque Vincent Peillon prétend sauver l’enseignement en France en ouvrant 60.000 emplois aux concours, il commet une imposture scandaleuse au regard de l’avenir de nos enfants. L’enjeu ne consiste en effet pas à mettre les emplois en adéquation avec les besoins effectifs des élèves, mais plutôt à préserver des filières d’emplois publics qui bloquent l’évolution de l’offre éducative depuis des années. Les principaux bénéficiaires de cette politique ne sont pas les citoyens (en l’espèce les élèves), mais les fonctionnaires (en l’espèce des universitaires qui voient leurs emplois protégés de cette façon).

Ces quelques exemples montrent qu’il serait tout à fait possible de diminuer les dépenses publiques dans de fortes proportions sans toucher à la qualité du service rendu aux citoyens. Mais, pour y arriver, il faudrait que l’administration soit "managée". Et cela, c’est un gros mot pour les hauts fonctionnaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kiki08
- 01/02/2014 - 11:47
économies
les économies vont se faire bientôt et obligatoirement ,tout simplement par manque d'argent.
il n'y aura pas de reprise avant longtemps
les préteurs vont bientôt couper les vivres.
et ça durera tant qu'on se moquera des productifs du pays.
vivement qu'on ne trouve plus de moquette a fumer.
GBCKT
- 28/01/2014 - 10:02
gliocyte. Charte signée par les ministres.
Charte lue. Elle est intéressante par ce qui est écrit:
-coordination des travaux entre ministères,
- probités, montant maximum des cadeaux acceptés, conflits d'intérêt,
-comportement ostentatoire (gyrophares, code de la route)
-Recueil de l'avis des citoyens.
Si le Premier Ministre est cohérent elle aurait du être opposée à certains des signataires.

Elle est intéressante par ce qui aurait pu être écrit notamment concernant les relations avec la haute administration et les points de chute après départ du gouvernement.
zelectron
- 27/01/2014 - 22:46
mesures drastiques
un meilleur management de la fonction publique à effectifs réduits de un à deux millions de fonctionnaires et apparentés (sur dix à douze ans) en ne négligeant surtout pas "la haute", sans état d'âme, y compris quelques "zénarks" pour l'exemple.