En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 2 min 27 sec
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 41 min 14 sec
décryptage > Société
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

il y a 1 heure 11 min
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 16 heures 12 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 16 heures 58 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 18 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 19 heures 44 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 22 heures 21 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 23 heures 4 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 20 min 31 sec
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Au secours, l’OMC se réveille et autorise Donald Trump à taxer les produits d’origine européenne

il y a 58 min 57 sec
décryptage > Société
Le multiculturalisme est l'un des problèmes ?

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

il y a 1 heure 32 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 16 heures 39 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 17 heures 15 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 18 heures 53 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 19 heures 52 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 21 heures 43 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 1 jour 17 min
© Reuters
François Hollande a fixé un objectif à l'État : économiser au moins 50 milliards d'euros entre 2015 et 2017.
© Reuters
François Hollande a fixé un objectif à l'État : économiser au moins 50 milliards d'euros entre 2015 et 2017.
Démasqué

Tout ce qui prouve que François Hollande ne se donne pas les moyens de faire des économies

Publié le 24 janvier 2014
Malgré les déclarations de François Hollande, notamment lors de sa conférence de presse, les signaux politiques renvoyés montrent que les économies ne sont pas une priorité pour le gouvernement car il ne cherche pas à s'attaquer aux vraies possibilités de modération de la dépense publique.
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré les déclarations de François Hollande, notamment lors de sa conférence de presse, les signaux politiques renvoyés montrent que les économies ne sont pas une priorité pour le gouvernement car il ne cherche pas à s'attaquer aux vraies possibilités de modération de la dépense publique.

Atlantico : Lors de sa conférence de presse du 14 janvier, François Hollande a fixé un objectif à l'État : économiser au moins 50 milliards d'euros entre 2015 et 2017. C'est dans cette optique de réaliser des économies que s'est réuni, jeudi matin, le Conseil stratégique de la dépense publique. Ce conseil, qui regroupe uniquement des ministres (Jean-Marc Ayrault, Pierre Moscovici, Michel Sapin, Marylise Lebranchu ou encore Marisol Touraine) n'est-il pas l'illustration du manque d'ambition et d'imagination du gouvernement en matière de réduction des dépenses publiques ?

Jean-Luc Boeuf :  Le conseil stratégique de la dépense publique se voit assigner une démarche particulièrement ambitieuse. Passons tout d'abord sur la pseudo-nouveauté qui consisterait à n'être composé que de politiques et pas de techniciens ou technocrates. Dans le fonctionnement de la démocratie, cela n'est tout simplement pas possible. Pour la simple et unique raison que, s'il appartient aux politiques de prendre les décisions, il appartient à l'administration d'effectuer le travail de fond, avant et près lesdites réunions.

Rappelons ensuite que, au-delà des "15 milliards d'économies" prévus en 2014, le Président de la République entend en réaliser "entre 2015 et 2017 au moins 50 milliards de plus". Dès lors, le Conseil stratégique de la dépense publique est "chargé de proposer et de suivre le programme de réalisation des économies structurelles" et "assure le redressement de la Nation tout en veillant à favoriser la croissance et l'emploi". Ses décisions sont "mises en oeuvre par le gouvernement en vue d'être traduites dans la programmation pluriannuelle des finances publiques transmise aux autorités européennes" et, "le cas échéant, dans le budget annuel et le budget triennal." Son objectif est donc particulièrement ambitieux, et dans un temps très court : le travail préparatoire du budget 2015 commence dans quelques semaines et le budget de l'Etat de 2017 sera un budget d'affichagel'année de la présidentielle. Ainsi, ce conseil traduit la volonté de "trouver une solution" face à l'impasse des finances publiques. Mais l'on connaît la phrase de Clemenceau sur le rôle des commissions, faites selon le Tigre pour enterrer les problèmes.

Quels sont les éléments qui prouvent que, aujourd'hui, François Hollande ne se donne pas les moyens de faire des économies ?

Les analyses économiques sont claires : Pour espérer redresser la situation de la France, il faut engager une vraie baisse des dépenses publiques, préalable à une baisse de la fiscalité, qui permettra enfin un retour à la croissance et l’emploi. Dès lors, la question est moins de savoir si le président de la République se donne les moyens de faire des économies que s'il peut tout simplement les réaliser en ne comptant que sur des mesures "homéopathiques" ! Et comme le chef de l'Etat a indiqué – martelé plutôt – qu'il est hors de question de "procéder à des coupes budgétaires aveugles – comme cela a pu se faire dans le passé – et indifférenciées qui touchent tout le monde et qui sont injustes", la marge de manœuvre est particulièrement étroite.

Le plus grave est que le mur budgétaire de la France est actuellement composé de trois éléments principaux : la rémunération des agents publics de l'Etat, qu'ils soient en activité ou en retraite (plus de 80 milliards d'euros) ; les concours de l'Etat aux collectivités territoriales (en fonction de la comptabilisation retenue, on avoisine les 100 milliards d'euros) et la charge de la dette (les intérêts) pour plus de 40 milliards d'euros. Cumulés, ces trois éléments représentent donc plus de 220 milliards d'euros par an, pour un peu plus de 300 milliards d'euros de recettes. Et encore, sans compter le capital de la dette. Une fois enlevés ces trois éléments, il faudrait enlever entre le quart et le tiers des autres dépenses de l'Etat, dont la sécurité à tous les sens du terme. Et cela s'apparentera plus à du travail à la hache que du ciselage d'orfèvre ! 

Quels sont les exemples au niveau de la réforme des collectivités locales ?

La résolution de la « question » des collectivités locales est traitée depuis 2012 de façon éparse, avec en toile de fond trois aspects fondamentaux que sont les finances locales, le découpage territorial et les compétences locales. Les finances locales sont au cœur des préoccupations de l’Etat, puisque ce dernier contribue à près de la moitié des recettes des budgets locaux, pour un montant supérieur à 100 milliards d’euros chaque année. Pour les collectivités locales qui, cumulées, représentent un budget de 230  milliards d'euros, le gisement d'économies est important. La simplification du mille-feuille est certes une piste mais qui, en aucune façon, ne fera ressentir ses effets à court terme. La clarification des compétences entre les différents échelons peut permettre de diminuer le nombre d'agents. Mais il s'agit là aussi de mesures de moyen terme. La réduction des investissements sera nécessairement une piste étudiée. En renonçant à certains projets, les collectivités peuvent économiser 4 à 5 milliards d'euros par an. Et, là, il s'agit d'une mesure à effet immédiat. 

Et au titre du fonctionnement de l'État et de la sécurité sociale ?

Tous les arguments présentés ci-dessus rendent très difficile la position de l'Etat. Et c'est un euphémisme ! Par exemple, lorsque le Premier ministre promet, le 20 janvier à Metz, lors de ses voeux aux fonctionnaires que "les économies prévues d'ici la fin du quinquennat ne se feraient pas sur le dos des fonctionnaires", mécontents de voir leurs rémunérations gelées depuis 2010, ce discours risque de passer pour de la pure langue de bois pour les fonctionnaires et pour les marchés qui scrutent l'évolution des performances de la France vis-à-vis de sa dépense publique.

Au titre de la sécurité sociale, les médicaments sont souvent brandis comme l'une des causes du déficit social. Or, quand on considère le poids – très faible – des remboursements de médicaments dans le total de la dépense sociale, cela laisse rêveur. Si l'on s'attaque à des dépenses faibles en masse mais symboliques, l'on obtient des petites économies faibles mais bien sûr nécessaires en ces temps de disette de recettes budgétaires. Mais ce faisant, on ne règle en rien la résolution de l'équation budgétaire impossible. Car cette dernière repose sur les trois inconnues massives que sont le poids des rémunérations, les dotations aux collectivités et le remboursement de la dette. On n'ose imaginer les ajustements à prendre si les taux d'intérêt remontaient subitement de 1%. Cela se chiffrerait en milliards d'euros annuels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
aviseur
- 25/01/2014 - 09:51
Quand réaliserons nous l'incapacité gouvernementale....?
Faut-il continuer de grimper au sommet de la dette. Cet Himalaya aura raison des incapables gouvernementaux (de droite comme de gauche), car à toujours courser le PIB, il arrivera un moment où le PIB ne vaudra plus rien? Et alors que ferons nous quand nous serons acculés "au cul du camion"; Ce sera la fin de la France, de l'Europe et du continent. Une "civilisation" disparaîtra au profit d'une autre. C'est la roue de l'Histoire

http://aviseurinternational.wordpress.com/2014/01/25/la-une-de-keg-du25012014-anonyme-cest-quoi-a-notre-epoque-les-kommandantur-sont-fermees-ne-restent-que-les-bureaux-de-denonciation-citoyenne/
Daisy.A
- 25/01/2014 - 04:05
En 2012, les Français auraient dû écouter Sarkozy,
qui traitait F.Hollande de menteur: "Quand on dit à la presse anglaise qu'on est libéral et quand on vient expliquer aux Français que son ennemi c'est la finance, on ment".
A la conférence de presse, Hollande a reconnu implicitement qu'il mentait pendant la campagne électorale.
"François Hollande ment matin et soir!", disait Nicolas Sarkozy. "Quand on met en danger la politique familiale, on affaiblit la France", une référence à la volonté de moduler le quotient familial formulée par François Hollande.
Depuis François Hollande a diminué le quotient familial deux fois, de 2200 euros à 1500 euros par enfant. Toutes les familles françaises avec enfants ont dû payer plus d'impôts!
Depuis 20 mois qu'il a été élu, Hollande nous ment matin, midi et soir.
Nicolas Sarkozy AVAIT RAISON.

vangog
- 24/01/2014 - 22:03
@GOGGOS votre proposition est fondée sur le bon-sens!
Et je ne vous raconte pas les difficultés que rencontrent un administré qui veut obtenir le budget de sa municipalité...
Après moult difficultés et questions inquisitoriales, j'ai réussi à obtenir le budget de la mienne (UMP) et la réponse à votre question concernant les subventions aux associations s'y trouve!
Et j'ai compris les réticences de la Mairie quand je me suis aperçu que les subventions aux associations avaient augmenté de 12% en un an (la part de la dette aussi!).
La réélection du maire est à ce prix...