En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
L'ONU lance une alerte sur le déréglement climatique.
Course contre la montre
L'ONU lance une alerte sur l'inaction face au dérèglement climatique : combien va finir par nous coûter notre attentisme ?
Publié le 20 janvier 2014
L'ONU tire la sonnette d'alarme : les bonnes intentions sur la lutte contre le changement climatique n'ayant pas débouché sur des actions concrètes efficaces, la facture de l'immobilisme pour l'ensemble de la planète s'annonce salée.
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ONU tire la sonnette d'alarme : les bonnes intentions sur la lutte contre le changement climatique n'ayant pas débouché sur des actions concrètes efficaces, la facture de l'immobilisme pour l'ensemble de la planète s'annonce salée.

Atlantico : Par le biais d'un rapport préliminaire du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), obtenu par l'agence AP, l'ONU tire la sonnette d'alarme quant au coût d'une action trop tardive sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Quelles sont les conséquences économiques potentielles d'un tel attentisme sur la question ? A quels niveaux de l'économie ces conséquences se produiront-elles ?

Christian Gollier : Dans les années 90, il y avait une valeur d’option à attendre pour mieux comprendre le phénomène de changement climatique sur lequel pesait tant d’incertitude. A l’époque, le risque de se lancer dans des investissements irréversibles pour assurer la transition énergétique étaient très importants, compte tenu des incertitudes scientifiques qui pesaient sur l’origine humaine du phénomène. Aujourd’hui, l’essentiel de cette incertitude a été balayée par un effort scientifique international sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. Le problème, c’est que cette transition coûte extrêmement chère, et est in fine payée par les ménages à travers notamment une facture énergétique élevée, comme on le voit chez notre voisin allemand. Par ailleurs, dans le domaine des transports, la voiture électrique est encore hors de prix, et les transports collectifs nécessiteraient des investissements colossaux pour répondre aux enjeux climatiques.

L’impact sur l’emploi des politiques de transition énergétique rapide n’est pas clair, la ponction sur le pouvoir d’achat des ménages qu’elle implique ayant des impacts négatifs sur la croissance et l’emploi dans tous les autres secteurs de l’économie. Une transition énergétique rapide sera nécessairement un sacrifice pour les générations présentes, mais ce sacrifice est aujourd’hui indispensable compte tenu du coût énorme de l’inaction porté par les générations futures. Si tout le pétrole, le gaz et le charbon présent sur Terre est exploité, il faut s’attendre à une augmentation de la température moyenne de la Terre supérieure à 5°C, avec des effets incommensurables pour les générations dans un siècle ou deux, et ceci pendant plusieurs centaines d’années.

Certes, nous pourrions reporter cet effort de dix ou vingt ans. Les prétextes ne manquent pas ! Mais retarder l’effort rendra le coup de frein à imposer sur les émissions de CO2 plus tard encore plus brutal et dévastateur pour le bien-être des générations qui la subiront. Le coût de la transition sera d’autant plus élevé que les délais pour la mettre en œuvre seront courts. Aujourd’hui, il est encore possible de laisser jouer l’obsolescence naturelle de certains modes de production écologiquement inefficaces. Mais plus on tarde à envoyer les bons signaux économiques aux émetteurs, plus il sera socialement coûteux à l’avenir de fermer ces installations inefficaces. 

L'attentisme provoquant, en plus de la hausse de la production des gaz à effet de serre, la nécessité de sommes d'argent exponentiellement plus importantes, risquons-nous d'atteindre un point de non-retour ? Pouvons-nous être pris au piège d'une incapacité financière à faire machine arrière ?

Des collègues comme Philippe Aghion de Harvard et André Grimaud de la Toulouse School of Economics ont bien montré le piège d’une économie intensive en énergie fossile. Quand toute une économie se fonde sur des technologies sales, il est très difficile de réorienter la R&D privée vers des innovations en faveur de la transition verte. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui que les innovateurs verts sont très mal récompensés de leurs efforts de recherche, la valeur de leur brevet étant indexés sur le prix des permis d’émission de CO2 qui s’est effondré en Europe. Les gouvernements ont là un rôle évident à jouer, et actuellement une lourde responsabilité. Au lieu de soutenir la recherche verte, la plupart des états ont soutenu à bout de bras et à fond perdu l’installation de technologies vertes immatures, en particulier dans le photovoltaïque. Le tout sur fond de guerre industrielle pour faire émerger un champion national, un jeu à somme nulle à l’échelle mondiale.

Quelle est la part de responsabilités des différents gouvernements nationaux dans cet attentisme ? Dans quels secteurs cela se joue-t-il essentiellement ?

Une politique internationale de lutte contre le changement climatique est à mon avis irrémédiablement condamnée, ceci pour deux raisons essentielles, l’une géopolitique, l’autre temporelle. Seul 1% des dommages climatiques liés aux émissions de la France affectent les citoyens français. Hors, on voit bien que l’électeur français s’intéresse avant tout aux problèmes des français. Dans ce contexte, il serait suicidaire pour tout gouvernement français de sacrifier le bien-être de leurs électeurs sur l’autel de l’intérêt général mondial. On l’a bien vu avec la taxe carbone votée par le gouvernement précédent, qui fut massivement rejetée par les Français dans les sondages. La France n’est pas le pays des bisounours. Et c’est la même chose partout ailleurs !

De plus, les générations présentes ne supporteront qu’une toute petite partie des dommages climatiques qu’elles généreront à travers leurs émissions, l’essentiel étant porté par les générations futures. Et, comme on le voit dans les dossiers des retraites, de la dette publique ou de l’emploi des jeunes par exemple, la génération au pouvoir aujourd’hui se moque bien du devenir de celles qui les suivront !  L’attentisme des gouvernements nationaux n’est donc que le reflet du manque d’altruisme de leurs électeurs.

Tant pour des raisons de concurrence économique que des raisons techniques, stabiliser ou au moins réduire l'émission des gaz à effet de serre peut-il se faire autrement qu'à travers une coopération mondiale ? Et comment ?

Effectivement, cette coopération internationale impossible est en même temps indispensable. Il est autant suicidaire qu’inutile de faire cavalier seul dans ce domaine. Pénaliser les émissions de CO2 en Europe a fait fuir de l’activité industrielle et les emplois correspondants vers d’autres pays écologiquement moins disant, avec un effet net sur les émissions mondiales probablement quasi nul. Les Américains l’ont bien compris qui exigent de la Chine un réel engagement dans la lutte contre l’effet de serre avant de s’engager eux-mêmes. Les bonnes paroles des conférences internationales ne servent à rien. Il faut des engagements précis de chaque pays, sans free-rider, avec une gouvernance mondiale forte, capable de vérifier les émissions, contrôler les pays et punir les récalcitrants. L’émergence d’un tel schéma est très improbable, d’autant plus que les pays riches en ressources fossiles se feront forts de torpiller toute velléité dans ce sens, tant leur survie économique et politique en dépend. Un suicide collectif est en cours, et il va être difficile de l’arrêter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (50)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 21/01/2014 - 07:18
Panic panic panic
Je vois que l'article ne parle plus de réchauffement, mais de dérèglement.
Il est vrai que 17 années de stabilité des températures contrairement aux prévisions "scientifiques" du GIEC font douter du réchauffement annoncé.
Comme la peur fait vendre, vous verrez que bientôt on nous affolera avec le retour à l'âge de glace.
Qui était annoncé en 1975 : "Newsweek, du 28 avril 1975 déclare qu’ « il y a des signes évidents que le climat de la terre est en train de changer dramatiquement, ces changements vont provoquer une baisse colossale dans la production alimentaire avant la fin de la décade ! »
Time Magazine, le 13 août 74 annonce « Un nouvel âge glaciaire ! De nombreux scientifiques pensent que les températures vont chuter vers une nouvelle ère glaciaire »
Dans The Cooling, [Le Refroidissement] (1976), Lowel Ponte annonce des millions de morts dans les nations pauvres et des « famines mondiales, le chaos, ainsi qu’une guerre mondiale, avant l’An 2000. »
.
Pour rappel, le climat à toujours évolué, et en France il y a un réchauffement depuis Louis XIV - période que les historiens nomment le petit âge glaciaire.
Le gorille
- 21/01/2014 - 03:34
Dernier paragraphe : la réalité
Dans le dernier paragraphe, la réalité est apparue toute crue.
Rien que ce paragraphe rend cet article intéressant, bien que finalement insuffisamment approfondi.
C'est pourtant cette réflexion qu'il faut creuser, dans le sens du pragmatisme pur et dur... et qui sera lui la réalité de demain.
Nous vivrons avec les poussières et le CO2, et nous nous adapterons, biologiquement, socialement, et nous conquerrons les terres aujourd'hui inhospitalières, et nous abandonnerons celles qui le deviendront...
Oui, il y aura des morts.
Oui, nous changerons.
Non, ce ne sera pas plus cher : on fera les dévaluations monétaires qui vont bien au fur et à mesure, c'est tout.
Tous événements déjà vécus, et l'histoire n'est qu'un éternel recommencement.
Le gorille
- 21/01/2014 - 03:27
Un sacrifice !
"Une transition énergétique rapide sera nécessairement un sacrifice pour les générations présentes"
Le monde à l'envers... les générations "investissent" pour leur propre vie et il n'est pas question de sacrifice.
Pire : la nature est si colossale que tout "sacrifice" de génération sera une goutte d'eau ou tout au plus inefficace....
Au fait contre quoi ? Contre la mini glaciation du soleil ? Une mini qui va durer quelques siècles quand même !