En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 8 heures 57 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 13 heures 30 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 13 heures 50 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 13 heures 14 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 14 heures 27 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
L'ONU lance une alerte sur le déréglement climatique.
© Reuters
L'ONU lance une alerte sur le déréglement climatique.
Course contre la montre

L'ONU lance une alerte sur l'inaction face au dérèglement climatique : combien va finir par nous coûter notre attentisme ?

Publié le 20 janvier 2014
L'ONU tire la sonnette d'alarme : les bonnes intentions sur la lutte contre le changement climatique n'ayant pas débouché sur des actions concrètes efficaces, la facture de l'immobilisme pour l'ensemble de la planète s'annonce salée.
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ONU tire la sonnette d'alarme : les bonnes intentions sur la lutte contre le changement climatique n'ayant pas débouché sur des actions concrètes efficaces, la facture de l'immobilisme pour l'ensemble de la planète s'annonce salée.

Atlantico : Par le biais d'un rapport préliminaire du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), obtenu par l'agence AP, l'ONU tire la sonnette d'alarme quant au coût d'une action trop tardive sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Quelles sont les conséquences économiques potentielles d'un tel attentisme sur la question ? A quels niveaux de l'économie ces conséquences se produiront-elles ?

Christian Gollier : Dans les années 90, il y avait une valeur d’option à attendre pour mieux comprendre le phénomène de changement climatique sur lequel pesait tant d’incertitude. A l’époque, le risque de se lancer dans des investissements irréversibles pour assurer la transition énergétique étaient très importants, compte tenu des incertitudes scientifiques qui pesaient sur l’origine humaine du phénomène. Aujourd’hui, l’essentiel de cette incertitude a été balayée par un effort scientifique international sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. Le problème, c’est que cette transition coûte extrêmement chère, et est in fine payée par les ménages à travers notamment une facture énergétique élevée, comme on le voit chez notre voisin allemand. Par ailleurs, dans le domaine des transports, la voiture électrique est encore hors de prix, et les transports collectifs nécessiteraient des investissements colossaux pour répondre aux enjeux climatiques.

L’impact sur l’emploi des politiques de transition énergétique rapide n’est pas clair, la ponction sur le pouvoir d’achat des ménages qu’elle implique ayant des impacts négatifs sur la croissance et l’emploi dans tous les autres secteurs de l’économie. Une transition énergétique rapide sera nécessairement un sacrifice pour les générations présentes, mais ce sacrifice est aujourd’hui indispensable compte tenu du coût énorme de l’inaction porté par les générations futures. Si tout le pétrole, le gaz et le charbon présent sur Terre est exploité, il faut s’attendre à une augmentation de la température moyenne de la Terre supérieure à 5°C, avec des effets incommensurables pour les générations dans un siècle ou deux, et ceci pendant plusieurs centaines d’années.

Certes, nous pourrions reporter cet effort de dix ou vingt ans. Les prétextes ne manquent pas ! Mais retarder l’effort rendra le coup de frein à imposer sur les émissions de CO2 plus tard encore plus brutal et dévastateur pour le bien-être des générations qui la subiront. Le coût de la transition sera d’autant plus élevé que les délais pour la mettre en œuvre seront courts. Aujourd’hui, il est encore possible de laisser jouer l’obsolescence naturelle de certains modes de production écologiquement inefficaces. Mais plus on tarde à envoyer les bons signaux économiques aux émetteurs, plus il sera socialement coûteux à l’avenir de fermer ces installations inefficaces. 

L'attentisme provoquant, en plus de la hausse de la production des gaz à effet de serre, la nécessité de sommes d'argent exponentiellement plus importantes, risquons-nous d'atteindre un point de non-retour ? Pouvons-nous être pris au piège d'une incapacité financière à faire machine arrière ?

Des collègues comme Philippe Aghion de Harvard et André Grimaud de la Toulouse School of Economics ont bien montré le piège d’une économie intensive en énergie fossile. Quand toute une économie se fonde sur des technologies sales, il est très difficile de réorienter la R&D privée vers des innovations en faveur de la transition verte. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui que les innovateurs verts sont très mal récompensés de leurs efforts de recherche, la valeur de leur brevet étant indexés sur le prix des permis d’émission de CO2 qui s’est effondré en Europe. Les gouvernements ont là un rôle évident à jouer, et actuellement une lourde responsabilité. Au lieu de soutenir la recherche verte, la plupart des états ont soutenu à bout de bras et à fond perdu l’installation de technologies vertes immatures, en particulier dans le photovoltaïque. Le tout sur fond de guerre industrielle pour faire émerger un champion national, un jeu à somme nulle à l’échelle mondiale.

Quelle est la part de responsabilités des différents gouvernements nationaux dans cet attentisme ? Dans quels secteurs cela se joue-t-il essentiellement ?

Une politique internationale de lutte contre le changement climatique est à mon avis irrémédiablement condamnée, ceci pour deux raisons essentielles, l’une géopolitique, l’autre temporelle. Seul 1% des dommages climatiques liés aux émissions de la France affectent les citoyens français. Hors, on voit bien que l’électeur français s’intéresse avant tout aux problèmes des français. Dans ce contexte, il serait suicidaire pour tout gouvernement français de sacrifier le bien-être de leurs électeurs sur l’autel de l’intérêt général mondial. On l’a bien vu avec la taxe carbone votée par le gouvernement précédent, qui fut massivement rejetée par les Français dans les sondages. La France n’est pas le pays des bisounours. Et c’est la même chose partout ailleurs !

De plus, les générations présentes ne supporteront qu’une toute petite partie des dommages climatiques qu’elles généreront à travers leurs émissions, l’essentiel étant porté par les générations futures. Et, comme on le voit dans les dossiers des retraites, de la dette publique ou de l’emploi des jeunes par exemple, la génération au pouvoir aujourd’hui se moque bien du devenir de celles qui les suivront !  L’attentisme des gouvernements nationaux n’est donc que le reflet du manque d’altruisme de leurs électeurs.

Tant pour des raisons de concurrence économique que des raisons techniques, stabiliser ou au moins réduire l'émission des gaz à effet de serre peut-il se faire autrement qu'à travers une coopération mondiale ? Et comment ?

Effectivement, cette coopération internationale impossible est en même temps indispensable. Il est autant suicidaire qu’inutile de faire cavalier seul dans ce domaine. Pénaliser les émissions de CO2 en Europe a fait fuir de l’activité industrielle et les emplois correspondants vers d’autres pays écologiquement moins disant, avec un effet net sur les émissions mondiales probablement quasi nul. Les Américains l’ont bien compris qui exigent de la Chine un réel engagement dans la lutte contre l’effet de serre avant de s’engager eux-mêmes. Les bonnes paroles des conférences internationales ne servent à rien. Il faut des engagements précis de chaque pays, sans free-rider, avec une gouvernance mondiale forte, capable de vérifier les émissions, contrôler les pays et punir les récalcitrants. L’émergence d’un tel schéma est très improbable, d’autant plus que les pays riches en ressources fossiles se feront forts de torpiller toute velléité dans ce sens, tant leur survie économique et politique en dépend. Un suicide collectif est en cours, et il va être difficile de l’arrêter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (50)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 21/01/2014 - 07:18
Panic panic panic
Je vois que l'article ne parle plus de réchauffement, mais de dérèglement.
Il est vrai que 17 années de stabilité des températures contrairement aux prévisions "scientifiques" du GIEC font douter du réchauffement annoncé.
Comme la peur fait vendre, vous verrez que bientôt on nous affolera avec le retour à l'âge de glace.
Qui était annoncé en 1975 : "Newsweek, du 28 avril 1975 déclare qu’ « il y a des signes évidents que le climat de la terre est en train de changer dramatiquement, ces changements vont provoquer une baisse colossale dans la production alimentaire avant la fin de la décade ! »
Time Magazine, le 13 août 74 annonce « Un nouvel âge glaciaire ! De nombreux scientifiques pensent que les températures vont chuter vers une nouvelle ère glaciaire »
Dans The Cooling, [Le Refroidissement] (1976), Lowel Ponte annonce des millions de morts dans les nations pauvres et des « famines mondiales, le chaos, ainsi qu’une guerre mondiale, avant l’An 2000. »
.
Pour rappel, le climat à toujours évolué, et en France il y a un réchauffement depuis Louis XIV - période que les historiens nomment le petit âge glaciaire.
Le gorille
- 21/01/2014 - 03:34
Dernier paragraphe : la réalité
Dans le dernier paragraphe, la réalité est apparue toute crue.
Rien que ce paragraphe rend cet article intéressant, bien que finalement insuffisamment approfondi.
C'est pourtant cette réflexion qu'il faut creuser, dans le sens du pragmatisme pur et dur... et qui sera lui la réalité de demain.
Nous vivrons avec les poussières et le CO2, et nous nous adapterons, biologiquement, socialement, et nous conquerrons les terres aujourd'hui inhospitalières, et nous abandonnerons celles qui le deviendront...
Oui, il y aura des morts.
Oui, nous changerons.
Non, ce ne sera pas plus cher : on fera les dévaluations monétaires qui vont bien au fur et à mesure, c'est tout.
Tous événements déjà vécus, et l'histoire n'est qu'un éternel recommencement.
Le gorille
- 21/01/2014 - 03:27
Un sacrifice !
"Une transition énergétique rapide sera nécessairement un sacrifice pour les générations présentes"
Le monde à l'envers... les générations "investissent" pour leur propre vie et il n'est pas question de sacrifice.
Pire : la nature est si colossale que tout "sacrifice" de génération sera une goutte d'eau ou tout au plus inefficace....
Au fait contre quoi ? Contre la mini glaciation du soleil ? Une mini qui va durer quelques siècles quand même !