En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 7 min 41 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 46 min 2 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 4 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 14 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 16 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 31 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 28 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 20 heures 53 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 25 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 45 min 5 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 48 min 3 sec
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 2 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 1 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 10 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 21 heures 45 min
© Flickr / stefdem
© Flickr / stefdem
Bonnes feuilles

Pourquoi la progressivité de l’impôt sur le revenu est un mythe

Publié le 19 janvier 2014
Progressivité de l’impôt sur le revenu, ISF, impôt sur les successions, fiscalité des entreprises, taxation du capital, financement de la protection sociale : sur toutes ces questions qui font plus que jamais débat, Pascal Salin livre une vision audacieuse pour en finir avec les "réformettes" électoralistes et les "mesurettes" qui prennent aux uns pour donner aux autres. Extrait (2/2) de "La Tyrannie fiscale", (Editions Odile Jacob).
Pascal Salin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.Ses ouvrages les plus récents sont  La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Progressivité de l’impôt sur le revenu, ISF, impôt sur les successions, fiscalité des entreprises, taxation du capital, financement de la protection sociale : sur toutes ces questions qui font plus que jamais débat, Pascal Salin livre une vision audacieuse pour en finir avec les "réformettes" électoralistes et les "mesurettes" qui prennent aux uns pour donner aux autres. Extrait (2/2) de "La Tyrannie fiscale", (Editions Odile Jacob).

L’idée d’« égalisation des sacrifices » et par conséquent le principe de progressivité, dont elle constitue un fondement idéologique essentiel, relève d’une vision mécaniciste de la société : tout comportement humain serait quantifiable, d’une manière peut- être imparfaite, mais toujours susceptible d’être améliorée. On pourrait donc, sinon mesurer exactement, tout du moins évaluer et apprécier l’utilité des biens et du revenu pour différents contribuables et les « sacrifices » que représente l’impôt pour eux.

Il faut revenir sur cette erreur car elle recèle en fait deux fautes majeures de raisonnement :

- La première consiste à imaginer l’utilité comme un état physique mesurable, appartenant au domaine matériel, alors qu’elle appartient, comme jugement de valeur, au domaine des idées, à la conscience. Cette confusion des genres est typique d’un certain scientisme, introduit dans la théorie économique par les mathématiques et qui n’a rien de plus pressé que de traiter l’homme comme une machine, d’éliminer l’esprit humain du champ de l’étude.

- Cette vision repose sur une seconde faute, impardonnable, qui consiste à prétendre réaliser, même « imparfaitement », des « comparaisons d’utilité », alors que la plupart de ceux qui raisonnent ainsi savent (sans toujours comprendre vraiment pourquoi) que ces comparaisons sont impossibles. On fait donc comme si ce qui est impossible était possible !

Le raisonnement en termes de comparaison des utilités individuelles rejoint d’ailleurs un discours habituel qui consiste à distinguer des biens de « première nécessité », des biens de « confort », des biens de « luxe » ou même des biens « superflus » ; à décider de ce qu’est la « consommation incompressible » ou à disserter sur le « coût de l’enfant » pour une famille. Ceux qui utilisent ce langage imposent leurs jugements de valeur à leurs concitoyens. Ce langage est exactement celui qui convient pour décrire une communauté animale, par exemple pour évaluer la ration minimale nécessaire à l’ouvrière dans une ruche ou à la croissance de la jeune abeille ; ou encore pour mesurer le coût d’un prisonnier : il lui faut un espace minimal, une certaine ration de nourriture.

De telles conceptions ne devraient pas être appliquées à une communauté d’hommes libres, et c’est pourquoi l’existence même de l’impôt progressif peut être interprétée comme un signe de totalitarisme. Loin de la pseudoscience, la théorie économique qui explique pourquoi il est impossible de comparer les satisfactions individuelles fournit le moyen de comprendre les sociétés d’hommes libres et de ne pas entraver leur fonctionnement.

Science de l’action humaine, elle s’intéresse aux choix effectués par les individus sans prétendre se substituer à eux.
Comme les jugements de valeur, phénomènes mentaux, sont incommunicables, rien ne permet de comparer la perte subie par un individu à qui on prend 10 à celle que subit un autre individu à qui on prend 1000. Et on peut se demander pourquoi les gouvernements et les parlements seraient dotés de lumières particulières leur permettant d’apprécier l’« égalité de sacrifice » entre les individus.

Si l’« égalité de sacrifice » pouvait s’évaluer précisément, comment se fait- il qu’on ne trouve pas les mêmes schémas de progressivité dans tous les pays ? De fait, la progressivité de l’impôt sur le revenu diffère de pays à pays. Cette différenciation est d’autant plus frappante qu’elle contraste avec l’uniformisation internationale des prix des biens vendus sur le marché libre : le prix d’un bien est à peu près le même partout dans le monde, alors qu’il résulte des choix de millions d’individus différents.

La variabilité de la progressivité selon les pays témoigne de son caractère arbitraire. On aboutit donc à cet étonnant paradoxe : un impôt qui conduit à confisquer à certains individus une part très importante de leurs ressources n’est justifié par rien. Il est purement arbitraire.

Extrait de "La Tyrannie fiscale", Pascal Salin, (Editions Odile Jacob), 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DES VESSIES POUR DES LANTERNES
- 19/01/2014 - 20:31
tu dieu ya plus simple
tu prends un clodo qui à 10 € en poche ,il achète ses clopes et son litron de rouge il a été fiscalisé à 80 % de son blé .Il est heureux et content et il ne lui reste rien .
Tu prends un mec qui à 2 millions € ,comme c'est l'entreprise qui paye la taxe 70% il est au mieux taxé à 30 % et il lui reste donc 1 million 4 ....hé bé il est pas content !
Donc la progressivité des impots et taxes en France =pipotage
smiti
- 19/01/2014 - 20:31
Ou la la que voilà une théorie iconoclaste.
Mais oui, il est urgentissime dans la société française totalement sclérosée par l'idéologie dominante, voire exclusive, qui du principe d'égalité est passée sans difficulté ni débat démocratique, à celui d'égalitarisme, de se poser enfin d'autres questions.
D'autant que l'auteur, sans doute pour ne pas compliquer sa démonstration, a omis d'évoquer les effets pernicieux du mitage fiscal, les fameuses niches, particularité bien française qui permet de fausser encore un peu plus la pertinence du système qui nous régit.
Au fait Zéro 1er et sa réforme fiscale, ils en sont où ? Non c'est juste une blague.