En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

01.

Claude Guéant ou le syndrome du cardinal

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 32 min 32 sec
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 7 heures 44 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 8 heures 43 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 8 heures 32 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 8 heures 54 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 20 heures 4 min
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 3 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 7 heures 37 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 14 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 21 heures 11 min
Bonnes feuilles

Tyrannie fiscale : de l’impossible transparence de l’impôt

Publié le 18 janvier 2014
Progressivité de l’impôt sur le revenu, ISF, impôt sur les successions, fiscalité des entreprises, taxation du capital, financement de la protection sociale : sur toutes ces questions qui font plus que jamais débat, Pascal Salin livre une vision audacieuse pour en finir avec les "réformettes" électoralistes et les "mesurettes" qui prennent aux uns pour donner aux autres. Extrait (1/2) de "La Tyrannie fiscale", (Editions Odile Jacob).
Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.Ses ouvrages les plus récents sont  La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.Ses ouvrages les plus récents sont  La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Progressivité de l’impôt sur le revenu, ISF, impôt sur les successions, fiscalité des entreprises, taxation du capital, financement de la protection sociale : sur toutes ces questions qui font plus que jamais débat, Pascal Salin livre une vision audacieuse pour en finir avec les "réformettes" électoralistes et les "mesurettes" qui prennent aux uns pour donner aux autres. Extrait (1/2) de "La Tyrannie fiscale", (Editions Odile Jacob).

L’une des caractéristiques importantes de l’impôt qu’il convient de souligner au début de notre réflexion sur la fiscalité, c’est son impossible transparence. Un exemple permettra de comprendre quel est le phénomène en cause. Imaginons une situation initiale où il n’existe pas d’impôt (par exemple parce que l’État est financé par les produits du domaine public) et prenons le cas d’un contrat de travail par lequel un employeur promet un salaire égal à 100 par journée de travail à un salarié.
Supposons maintenant que l’État décide soudainement d’imposer à l’employeur un impôt égal à 20 sur le salaire journalier. Initialement, le profit de l’employeur va être diminué du même montant puisqu’il a promis 100 à son salarié et qu’il doit payer en outre, de manière imprévue, 20 à l’État. Étant donné que, dans le secteur privé, on respecte ses contrats, il n’est pas possible pour l’employeur de baisser en conséquence le salaire de son salarié. Avec le temps il trouvera divers moyens pour répercuter, au moins partiellement, le poids de ce nouvel impôt sur le salarié. Ainsi, il peut attendre la fin du contrat de travail – ou même la provoquer – afin d’embaucher un autre salarié auquel il promettra, par exemple, un salaire égal à 90 (de telle sorte que l’employeur paiera effectivement 10 en impôts et que le salarié paiera indirectement 10). Ou bien il fera des gains de productivité, mais, au lieu d’en faire profiter son salarié – comme cela aurait été le cas en l’absence de ce nouvel impôt –, il maintiendra le salaire à son niveau de 100 jusqu’à ce qu’il ait retrouvé une rentabilité de son activité suffisante à ses yeux. De manière générale, on peut penser que le poids effectif de l’impôt sera, plus ou moins rapidement, supporté par l’employeur et par le salarié dans des proportions qui dépendent des circonstances et qu’un observateur extérieur est absolument incapable de connaître.

Cette connaissance est impossible puisqu’elle impliquerait de comparer le salaire existant à ce qu’il aurait été en l’absence d’impôt, information que personne ne peut évidemment avoir.

On peut le noter au passage, la plupart des impôts existants sont caractérisés par ce manque de transparence. Un impôt échapperait certainement à cette critique, l’impôt de capitation, que nous avons déjà rencontré, mais qui est malheureusement trop décrié parce qu’il est considéré comme désuet (et peut-être aussi comme incapable d’apporter à l’État les sommes considérables dont il se nourrit à notre époque !). En effet, si chaque citoyen devait payer une somme fixe indépendante de ses activités, chacun supporterait bien le poids de l’impôt qu’il paie, sans possibilité de le transférer à autrui. Tel n’est pas le cas des autres impôts, parce qu’ils sont généralement prélevés à l’occasion de l’exécution de contrats, c’est- à- dire d’activités qui mettent plusieurs personnes en cause. Tel est le cas, par exemple, pour un impôt sur le revenu du travail ou des cotisations sociales perçues à l’occasion de contrats de travail. Et c’est aussi le cas, par exemple, pour un contrat de prêt dont les intérêts sont soumis à l’impôt sur le revenu. Nous aurons bien des occasions, dans le présent livre, de rencontrer des situations de ce genre, par exemple au sujet de l’imposition de l’épargne ou à propos de la TVA. Cela signifie que celui qui paie l’impôt à l’administration fiscale n’est pas nécessairement celui qui en supporte effectivement et intégralement le poids. En d’autres termes, nous ne savons absolument pas par qui sont payés les impôts existants. Cette situation est d’autant plus inquiétante que le poids de la fiscalité est important, ce qui est particulièrement le cas de la France, l’un des pays du monde où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés ! Ce manque de transparence fait de la fiscalité le système le plus antidémocratique qu’on puisse imaginer, puisque la démocratie est fondée sur l’idée que les citoyens consentent à ce que fait l’État ; mais ils ne savent absolument pas ce que leur coûte l’État. Il y a de ce point de vue une différence supplémentaire essentielle entre l’activité publique et l’activité privée : dans la sphère privée, si j’achète un produit, je supporte intégralement et définitivement le poids du prix qui m’est demandé ; le système est donc parfaitement transparent. Dans le domaine des biens publics et des choix publics, on ne sait pas qui paie quoi. Il y aurait évidemment là une raison très forte de diminuer au maximum la sphère publique et de permettre l’élargissement maximal de la sphère privée. Contrairement à ce qu’on croit bien souvent, le système du contrat privé est le plus respectueux des personnes, tandis que le système des obligations publiques repose sur la dissimulation et la tromperie.

Extrait de "La Tyrannie fiscale", Pascal Salin, (Editions Odile Jacob), 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

01.

Claude Guéant ou le syndrome du cardinal

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vinas Veritas
- 18/01/2014 - 20:29
Erreur dans les la distribution des tiroirs
Au final de la pyramide, c'est toujours le consommateur final d'un produit commercialisé et acheté qui paye l'impôt car au vu de l'entreprise, les impôts font partie intégrante du coût de production sur lequel est calculé le prix de vente facturé au consommateur.
En extrapolant un peu plus, on peut en déduire que celui qui travaille consomme un emploi et l'impôt afférent. CQFD
cpamoi
- 18/01/2014 - 14:34
Le fisc se nourrit de votre liberté.
Merci pour cet article. J'ajouterai un point. Plus l'Etat retire d'argent aux gens via les impôts, plus il les confine, leur ôte toute liberté d'action comme celle de pouvoir souffler en prenant une année sabbatique par exemple. Pire : à la pratique d'un de ces hobbies qui font le sel de la vie, certains n'auront d'autres choix que de travailler davantage pour maintenir un budget familial précarisé. L'argent donne de la liberté, le voler réduit cette liberté. Désormais l'Etat fiscalisé, budgétivore, devient le prédateur d'une certaine forme de bonheur. Le voleur du temps de vivre.
brennec
- 18/01/2014 - 10:54
qui paye?
En fait on ne sait pas qui paye l'impot, constat qui avait déjà été effectué me se'mble-t-il par Acrithène sur son blog et qui doit être en fait partagé par la grande majorité des économistes.